Tsead Bruinja

frizijščina

Kim Andringa

francoščina

BRÊGEMAN (fy)

wyldfrjemd wie sy net dy’t my it nijs brocht
fan dyn oankommend ferstjerren ik tocht
dan sil ik sjonge sjonge om wat
ik noch fan dy wit foar de helsdoarren

wei te skuorren krij ik it ferjitboek
op skoat en begjin út dit deade skrift
dat ik net machtiger bin as
hokker taal ek dy op te fiskjen

sasto my besochtst út in wek
ûnder in brêge te lûken en
sels yn panyk wiet pak hellest sa
sil dit liet my net mije kinne

kom heit byn my de houtsjes ûnder
ik haw de krappe jongeslearskes hast oan
kom byn my de houtsjes ûnder
it iis is tin as dyn wurge antlit
út wetterige eagen stoarrest my oan
kom noch ien kear út dyn tsjûk wollen grêf
en byn my de houtsjes ûnder
it wetter sil ús op him fleanen sjen

sa brocht mem ús bliid oan de wâlskant
dêr’t ús earste reis begûn mei har
yn ús gedachten oer trochsichtich swart
oer pas op sjoch stroffeltûken en

beferzen bleien vissticks grapke
ik besocht it iis te brekken mei
bernehumor mei bernehannen
mar do wiest by dyn wiif siik thús

en hast yn it berteplak de lannen
dêr’t troch wite wintertekken grien gers
bedimme waard grien gers dat foarhinne
dyn sachte soallen koe fuotten dy’t no

sûnder faam iensum mei my oer tryst wetter jagen
as gjin oar better noch as mem
koenen dizze sleatsjes en greiden dy
dit doarp mei it tsjerkhôf fol kunde

de gouden hoanne de spitse tsjerketoer
deun by it hûs de pleats dêrsto
dysels it stjoeren it drummen leardest
dêr’t jim heit dy galoppearjen seach

it sadel in neaken hynsterêch
ier gie de skeppe foar him de grûn yn
dy’t my trijerisom syn namme liende
doe’t ik noch gjin heit hjitte koe

kom byn my de houtsjes ûnder
ik haw de krappe griene jongeslearskes oan
byn my de houtsjes ûnder
it iis is tin as de tydlike ôfstân tusken ús
no’t ik oer de grinzen hinne dy droech oansjen kin
moatst my noch ien kear de houtsjes ûnderbine
of klim noch ien kear yn `e pinne
en lit it papier ús oer it iis fleanen
jagen janken sjen

fertel noch ris hoest de learaar
muzyk dy’t dy mei de kaaien lef
om `e earen reage rjocht
yn `e sek wâdest flaufallen sabeare

ferrektest it sorry te sizzen
tsjin direkteuren bleaust koart foar de kop
thús dêrst tusken it krûme en it rjochte
dyn eigen djippe paad fan begrutsjen eidest

swier as stien lei it brek oan ferjeffenis
yn `e búk doest it krús net mear
om `e nekke ha koest en jim mem
gjin himels hûs mear hie om op dy te wachtsjen

byn my de houtsjes ûnder heit
dizze wrâld is de echte
tusken my en har wiesto de brêgeman
no is it slim simmer lizze de houtsjes
yn it fet yn `e kelder
foar ús dânsje skriuwerkes op it wetter
it wetter is as in blau laai
sa skjin sa tsjuster

© T.B. / Bornmeer
Iz: De man dy’t rinne moat
Leeuwarden: Bornmeer, 2001
Avdio produkcija: NLPVF, 2005

GARDE-PONT

pas tout à fait inconnue celle qui m’annonçait
ton décès imminent j’ai pensé
alors je vais chanter chanter pour éloigner
ce que je sais encore de toi des portes

de l’enfer je prends le livre de l’oubli
sur mes genoux et me mets dans cette écriture morte
que je ne maîtrise pas plus que
n’importe quelle autre langue à te repêcher

comme toi cherchant à me tirer d’un trou
sous un pont dans ta panique tu pris
toi-même un bain forcé de même
ce chant ne pourra m’éviter

viens père attache-moi mes patins de bois
j’ai bientôt mis les étroites bottes de gamin
viens attache-moi mes patins de bois
la glace est mince comme tes traits fatigués
les yeux pleins d’eau tu me regardes
sors une dernière fois de ton tombeau de laine épaisse
et attache-moi mes patins de bois
l’eau nous verra voler sur elle

ainsi mère heureuse nous mena sur la rive
où notre premier voyage commença avec elle
dans nos pensées sur un noir transparent
sur attention regarde des branches croche-pied et

des brèmes gelées bâtonnets de poisson je plaisantai
essayant de briser la glace avec mon
humour d’enfant mes mains d’enfant
mais tu étais avec ta femme malade à la maison

et presque dans ton lieu de naissance les terres
hivernales où sous une couche blanche l’herbe verte
se taisait herbe verte qui auparavant
connut les tendres plantes des pieds qui à présent

sans amie seuls avec moi filent sur une eau triste
comme nul autre mieux encore que mère
ces canaux et ces prés te connaissaient
ce village et son cimetière plein de connaissances

le coq doré la flèche élancée de l’église
tout près de la ferme où tu
appris tout seul la radio la batterie
où ton père te vit galoper

ta selle le dos nu d’un cheval
la pelle creusa tôt la terre pour celui
qui me prêta trois fois son nom
lorsque je ne pouvais encore m’appeler père

viens attache-moi mes patins de bois
je porte les étroites bottes vertes de gamin
attache-moi mes patins de bois
la glace est mince comme la distance du temps entre nous
à présent que par-delà les frontières je peux te regarder les yeux secs
il faut que tu m’attaches une dernière fois mes patins de bois
ou prends une dernière fois ta plume
et que le papier nous voie sur la glace
voler filer chialer

raconte encore comment tu donnas à ton professeur
de musique qui lâchement te frappa avec ses clefs
sur les oreilles un coup de pied
droit dans les couilles soi-disant évanoui

tu refusas de faire des excuses
à des directeurs tu gardais une rancune
chez toi où entre le droit et le travers
tu creusais toi-même ton profond sillon de pitié

lourd comme la pierre le manque de pardon
te pesait dans le ventre quand tu ne pouvais plus
porter la croix au cou et que ta mère
n’avait plus de maison céleste où t’attendre

attache-moi mes patins de bois père
ce monde est le vrai
entre moi et elle tu étais le garde-pont
maintenant l’été est entier mes patins de bois
sont à la cave dans la graisse
devant nous des tourniquets dansent sur l’eau
l’eau est comme une ardoise bleue
si belle si sombre

Traduction par Kim Andringa