Tomaž Šalamun

slovenščina

JELEN

Najstrašnejša skala, bela bela želja.
Voda, ki izviraš iz krvi.
Naj se mi oži oblika, naj mi zdrobi telo,
da bo vse v enem: žlindra, okostja, prgišče.

Piješ me, kot bi mi izdiral barvo duše.
Lokaš me, mušico v drobnem čolnu.
Razmazano glavo imam, čutim, kako so se
gore naredile, kako so se rodile zvezde.

Spodmaknil si mi svoje teme, tam stojim.
Poglej, v zraku. V tebi, ki si zdaj zlit in
moj. Zlate strehe se ukrivljajo pod nama,

pagodini listi. V ogromnih svilenih bonbonih
sem, nežen in trdoživ. Meglo ti potiskam v
sapo, sapo v božjo glavo v mojem vrtu, jelen.

© Tomaž Šalamun
Iz: Živa rana, živi sok
Maribor : Založba Obzorja, 1990
Avdio produkcija: Študentska založba

CERF

Roc ô combien redoutable, désir blanc, si blanc.
Onde sourdant du sang.
Que ma forme se rétrécisse, qu’elle broie mon corps,
afin que tout soit en un : scorie, ossatures, poignée.

Tu me bois, comme si tu écorchais la couleur de mon âme.
Tu me lapes, moucheron dans une barque minuscule.
J’ai la tête écrabouillée, je sens la
formation des montagnes, la naissance des étoiles.

Tu m’as refusé tes tempes, je me tiens là.
Regarde, en l’air. En toi, maintenant répandu et
mien. Des toitures dorées se tordent sous nous,

feuillée de pagodes. En d’énormes bonbons soyeux
je suis, tendresse et vigueur. Je repousse la brume dans
ton souffle, le souffle dans ta tête divine en mon jardin, cerf.

Traduit du slovène par Mireille Robin et Zdenka Štimac avec l'auteur



© Tomaž Šalamun et les éditions Est-Ouest Internationales


In: Tomaž Šalamun : Poèmes choisis. Paris: éditions Est-Ouest Internationales 2001