Samira Negrouche 
Translator

on Lyrikline: 3 poems translated

from: турецкий, галисийский to: французский

Original

Translation

Onüç Karakuşa Birden Bakmanın Tek Yolu

турецкий | Gökçenur Ç.

1.

Geceyle çarpıştı onüç karakuş
yıldızlar darmadağın
gece kanat çırpıyor


2.

Tek sıra tünediler sarı bir kule vincin bomuna
Boşaldı güverteler. Yüklendi onüç karakuşu
gece bandıralı gemi.

O günden sonra
kaptanın karaya hiç ayak basmadığı
ve küçük bir fırtınanın
gemiyi tedbirli bir uzaklıktan izlediği söylenir


3.

“Tahran’a mı?” dedim
“Ordan geliyoruz zaten” dedi  biri
“Rumeli?”
“Kahveciye on beş lira borç taktık orda”
“Pazariçi?”
“Oralıyız biz, orda ağaçlar onüç karakuşun
adlarını yüksek sesle söyleyerek uzar”


4.

Kuyunun dibinde dolunay

Onüç karakuş kanat çırpmadan dönüyor
kuyunun üstünde

Kış uzun sürecek ve uykusu hafif olacak ağaçların


5.

“Yeni bir ad ver bana” dedi

adına alışırsa uçamaz karakuşlar

“bana yeni bir ad ver
geçen yıl nisanın yerini söyleyeyim sana”


6.

Biçilmiş bir tarlaya indiler
sevişmiştim bu tarlada
başakların sapları uzunken
gecelerden


7.

Bir serçe
bir saka, bir karga,
bir martı, bir iskete

Hepimiz rüzgârla yıldızlar arasında
bir seçim yapmak zorunda kaldık
bir karakuşa dönüşmeden önce


8.

Rüzgârım der karakuşlar,
yaşamım işte, işlerim,
işte dünyanın denizleri, işte denizin maviliği,
biz buyuz, seniniz,
bu bizim yağmurumuz,

Kimsenin olmayan şeyler yoktur karakuşlara göre


9.

Onlarla aramızda
ölmek fiilinin
karakuşların dilinde
gelecek zamandan başka bir kipte
kullanılmamasından kaynaklanan
yanlış anlaşmalar var


Amaçsız dolaşıyorum kırlarda
çimenler adımlarımı bir şiir gibi okuyor


10.

Gücünü gölgesinden alır dağ dedi karakuş
Gölgesinin altında gölgeleriniz var

Artık konuşmayalım
yanlış bir kelime söylersek
yeniden başlayabilir zaman


11.

Yine bir savaştan dönmüşüm yenik
anahtarlığım masada    

Onüç karakuş dizilmiş pencerenin pervazına


12.

Ay buzdan bir gong
karakuşlar geçti önünden
kısacık bir gölge tiyatrosu

Gömdük birini sardunya saksısına


13.

Oturmuştum pencerenin önüne
denizlikten havalandım.

© Gökçenur Ç.
Audio production: Literature Across Frontiers

La seule façon de regarder treize merles noirs tous à la fois

французский

1.

Treize merles on percuté la nuit
les étoiles se sont embrouillées
la nuit a tressailli


2.
ils étaient perchés au bras jaune de la grue
les plate-formes étaient dégagées. La nuit pavée de cargos
était chargée des
treize merles

On dit que
depuis ce jour-là
le capitaine n’a jamais posé le pied sur une terre sèche
et un petit ouragan a suivi le navire
à distance prudente


3.

J’ai dit « pour Téhéran ? »
« On y viens » dit l’un d’eux
« Roumanie ? »
« Nous y avons toujours quinze lires de dette dans un café »
« Istanbul ? »
« C’est là-bas qu’est la patrie, là-bas les arbres
poussent en disant à haute voix les noms des treize merles » 


4.

Pleine lune dans le puits

Treize merles tournent au-dessus du puits
leurs ailes immobiles

L’hiver sera long et les arbres dormiront tranquillement


5.

« Donne-moi un nouveau nom » a dit l’un d’eux

si un merle s’habitue à son nom, il ne peut pas voler

« Donne-moi un nouveau nom et je te dirai où est avril dernier »


6.

ils débarquèrent sur un champs moissonné
j’ai fait l’amour dans ce champs
quand le blé a poussé plus long
que les nuits


7.

un moineau,
un pinçon, une corneille
une mouette, un siskin

nous avions tous à faire un choix
entre les étoiles et le vent
avant de devenir des merles noirs


8.

« voici mon vent » dit un merle noir
« ma vie, mes travaux,
voici les mers des mondes
le bleu des mers,
nous sommes ainsi, nous sommes à vous
là sont nos pluies »

selon les merles noirs
les choses qui n’appartiennent à personne n’existent pas


9.

il y a certains malentendus
entre nous et les merles noirs
juste parce que le verbe mourir
n’existe pas
dans leur langage excepté dans la forme future

j’erre dans les domaines verts
où l’herbe lit mes empreintes comme un poème


10.

Un merle noir a dit que
la montagne tiens sa force de son ombre
et de ton ombre sous la sienne

arrêtons de parler maintenant
le mot inexact pourrait
recommencer le temps à nouveau


11.

Je rentre à la maison défait
encore de la guerre
mes clés sont sur la table

treize merles noirs perchés sur une rangée
au rebord de la fenêtre


12.

La lune est un gong de glace
les merles noirs sont passés à travers
le plus bref jeu d’ombres

j’ai enterré l’un d’eux dans un pot de géranium


13.

je me suis assis à la fenêtre
puis me suis retiré du rebord.

Traduit par Samira Negrouche

Dünyadayız, Dil De Dünyada, Ne Güzel Herkes Burda

турецкий | Gökçenur Ç.

1- Sabah bir musluk gibi tıslıyor.


2- Anlattıklarında boşluklar var diyorsun, diyorum rüzgâr,
     uyandı omzundaki şal, düğüm mü, delik mi danteli oluşturan?


3- Bir atmaca gölgesi gölgene çarpıyor, sen de atmaca da farkında değilsiniz
     bunun,


4- Bana gelince daha çok bir tabure olarak düşünmeyi seviyorum kendimi.


5- Öyküsü olan şeyler yazdım, öykülerini anlatmadan.


6- Dünyadayız, dil de dünyada, ne güzel herkes burda.


7- Saçlarımı çözüp tarasan ölü arılar dökülecek üstümüze başımıza


© Gökçenur Ç.
Audio production: Literature Across Frontiers

Nous sommes le monde, donc mots, que c’est beau, chacun est ici

французский

1 – Le jour siffle comme un robinet vide


2 – Il y a quelques lacunes dans ton histoire, tu dis, je dis le vent réveille
       le châle sur ton épaule, la dentelle est-elle faite de creux ou de nœuds ?


3 – L’ombre du faucon se heurte à ton ombre ni toi ni le faucon ne vous
       rendez compte de cela


4 – d’ailleurs je préfère penser à moi comme à une chaise


5 – J’ai écrit des choses qui ont des histoires, sans dire l’histoire


6 -  Nous sommes le monde, donc mots, que c’est beau, chacun est ici


7 – Si tu déteste et peins mes cheveux, des abeilles mortes pleuvront sur
      nous

Traduit par Samira Negrouche

HISTORIA DA TRANSFORMACIÓN

галисийский | Yolanda Castaño

Foi primeiro un trastorno
unha lesiva abstinencia de nena eramos pobres e non tiña nin aquilo
raquítica de min depauperada antes de eu amargor carente unha
parábola de complexos unha síndrome unha pantasma
(Aciago a partes iguais botalo en falla ou lamentalo)
Arrecife de sombra que rompe os meus colares.
Foi primeiro unha branquia evasiva que
non me quixo facer feliz tocándome co seu sopro
son a cara máis común do patio do colexio
a faciana eslamiada que nada en nada sementa
telo ou non o tes renuncia afaite traga iso
corvos toldando nubes unha condena de frío eterno
unha paciente galerna unha privada privación
(nena de colexio de monxas que fun saen todas
anoréxicas ou lesbianas a
letra entra con sangue nos cóbados nas cabezas nas
conciencias ou nas conas).
Pechei os ollos e desexei con todas as miñas forzas
lograr dunha vez por todas converterme na que era.

Pero a beleza corrompe. A beleza corrompe.
Arrecife de sombra que gasta os meus colares.
Vence a madrugada e a gorxa contén un presaxio.
Pobre parviña!, obsesionácheste con cubrir con aspas en vez de
co seu contido.
Foi un lento e vertixinoso agromar de flores en inverno
Os ríos saltaban cara atrás e resolvíanse en fervenzas rosas
borboletas e caracois nacéronme nos cabelos
O sorriso dos meus peitos deu combustible aos aeroplanos
A beleza corrompe
A beleza corrompe
A tersura do meu ventre escoltaba á primavera
desbordaron as buguinas nas miñas mans tan miúdas
o meu afago máis alto beliscou o meu ventrículo
e xa non souben qué facer con tanta luz en tanta sombra.

Dixéronme: “a túa propia arma será o teu propio castigo”
cuspíronme na cara as miñas propias virtudes neste
clube non admiten a rapazas cos beizos pintados de vermello
un maremoto sucio unha usura de perversión que
non pode ter que ver coa miña máscara de pestanas os
ratos subiron ao meu cuarto enluxaron os caixóns da roupa branca
litros de ferralla alcatrán axexo ás agachadas litros
de control litros de difamadores quilos de suspicacias levantadas
só coa tensión do arco das miñas cellas deberían maniatarte
adxudicarte unha estampa gris e borrarte os trazos con ácido
¿renunciar a ser eu para ser unha escritora?
demonizaron o esguío e lanzal do meu pescozo e o
xeito en que me nace o cabelo na parte baixa da caluga neste
clube non admiten a rapazas tan ben adobiadas
Desconfiamos do estío
A beleza corrompe.
Mira ben se che compensa todo isto.

© Yolanda Castaño
from: Profundidade de campo
Espiral Maior: La Coruña, 2007
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2015

Une histoire de transformation

французский

Au début ce fut un trouble
une abstinence nuisible petite nous étions pauvres je n’avais même pas ça
rachitique pauvre de moi-même l’amertume en moins une
parabole de complexes un syndrome un spectre
(Désastreux tout autant de perdre que de regretter)
Sombre récif qui brise mes colliers.
Au début ce fut une branchie évasive qui
n’allait pas me rendre heureuse au contact de son souffle
je suis le visage le plus commun de la cour du collège
une expression creuse qui ne sème rien de rien
tu l’as ou tu ne l’as pas laisse couler habitue-toi avale
corneilles couvrant nuages sentence d’un froid éternel
une tempête patiente une privation privée
(j’étais une élève de couvent elles finissent toutes
anorexiques ou lesbiennes la
lettre s’inculque avec le sang de nos coudes de nos cerveaux
de nos consciences ou de nos chattes)
j’ai fermé les yeux et désiré de toutes mes forces
une fois et pour toutes devenir qui j’étais.

Mais la beauté corrompt. La beauté corrompt.
Sombre récif qui use mes colliers.
L’aube gagne et la gorge contient un présage.
Ridicule petite chose! Tu étais obsédée par tout recouvrir de croix plutôt que
de contenu.
Ce fut une lente et vertigineuse éclosion de fleurs en hiver
Les rivières se sont renversées en cascades roses
papillons et escargots ont éclos sur mes cheveux
le sourire de mes seins a redonné du fuel aux avions
La beauté corrompt
La beauté corrompt
La raideur de mon estomac a escorté le printemps
les conques débordent de mes mains menues
mon plus beau compliment pince mon ventricule
et je ne savais plus que faire de tant de lumière dans une telle obscurité.

Ils ont dit: «ton arme sera ta propre punition»
ils m’ont jeté mes vertus à la figure ce
club n’accepte pas les filles avec des lèvres peintes en rouge
une sale marée une usure perverse qui
n’a rien à voir avec mon mascara les
souris montaient dans ma chambre souillaient le linge blanc
litres de déchets goudronneux surveillance dissimulée litres
de contrôle litres de diffamateurs kilos de soupçons soulevés
avec à peine la tension de l’arc de mes sourcils tu devrais être ligotée
affublée d’une apparence grise tes traits effacés à l’acide
renoncer à être moi-même pour devenir écrivain?
ils ont diabolisé le gentil et l’allongé dans mon cou la naissance
de mes cheveux en bas de ma nuque ce
club n’accepte pas les filles si bien foutues
Nous nous méfions de l’été
La beauté corrompt.
Demande-toi bien si tout ceci vaut le coup.

Traduit par Samira Negrouche