Brankica Radić 
Translator

on Lyrikline: 21 poems translated

from: croate to: français

Original

Translation

Porgy & Bess Band

croate | Zvonko Maković

lagati, zašto ne. ionako su riječi
proizvoljne; riječi koje nisu stvari,
riječi koje nisu riječi. lagati, zašto ne:
riječima. ustajem i prilazim stolu: nisam ustao,
stolu nisam prišao. prekidač radio aparata
ne može van iskočiti: ako ga se pritisne, onda da.

riječi i riječi, lagati i ne-lagati. zašto ne bih
lagao? zašto ne bih izgovarao bilo koju riječ
koja me trenutno opsjeda i ne mislim na nju -
za izgovora - sasvim sigurno ne mislim. zašto:
govoriti (ne želim reći) i govoriti a ne
govoriti. "govoriti" u sva tri slučaja je laž.

lagati, zašto ne lagati. počeo sam izgovarati
i već sam slagao: perfekt nije prezent.
prezent je perfekt. riječi nisu riječi. riječi
su riječi. lagati, zašto ne? podesio sam usta
kao da cu reći: tavan. nisam rekao, usta su
prevarena: lagati, zašto ne. lagati riječi,

riječi slágati u laž. obrnuti ih. popljuvati,
izigravajući nježnost. riječi nisu riječi.
kopile usnice, dim usne šupljine, talog
brbljive memorije: riječi (lagati, zašto ne?)
obrtati s jezika na zube, sa zuba na désni,
onda u kovitlac: lagati, zašto ne?

© Zvonko Maković
from: Komete, komete...
Audio production: 2006, Literaturwerkstatt Berlin

Porgy & Bess Band

français

mentir, pourquoi pas. de toute façon les mots sont
arbitraires; les mots qui ne sont pas les choses,
les mots qui ne sont pas les mots. mentir, pourquoi pas:
avec des mots. je me lève et m'approche de la table: je ne me suis pas levé,
de la table ne me suis pas approché. le bouton du poste de radio
dehors ne peut saillir: si on appuie dessus, alors oui.

les mots et les mots, mentir et ne pas-mentir. pourquoi
ne mentirais-je pas? pourquoi ne prononcerais-je pas n'importe quel mot
qui m'obsède en cet instant et je ne le pense pas –
en le prononçant – assurément je ne le pense pas. pourquoi:
parler (je ne veux pas dire) et parler, et non pas
parler. «parler» dans les trois cas est un mensonge.

mentir, pourqoi ne pas mentir. j'ai commencé à prononcer
et déjà j'ai menti: le parfait n'est pas le présent.
le présent est le parfait. les mots ne sont pas les mots. les mots
sont les mots. mentir, pourquoi pas? j'ai arrondi la bouche
comme si j'allais dire: grenier. je n'ai pas dit, la bouche
est trahie: mentir, pourquoi pas. mentir aux mots,

en tirer des mensonges. les rouler. cracher dessus,
en jouant la tendresse. les mots ne sont pas les mots.
bâtard de la lèvre, fumée de la cavité buccale, lie
de la mémoire bavarde: les mots (mentir, pourquoi pas?)
rouler de la langue sur les dents, des dents sur les gencives,
puis dans le tourbillon: mentir, pourquoi pas?

Traduit du croate par Brankica Radić

Ime

croate | Zvonko Maković

Naravno da te prešućujem:
na brzinu izmišljam laži
kojima bih poticao sjećanje
na vrijeme kad nismo bili ništa osim riječi,
riječi koje su bujale i bujale
pretvarajući nas u gipku masu
svirepe iskrenosti.
Hladno je.
Osjećam se bespomoćno
i uz to veoma glupavo
dok se razmećem nekom vrsti samoljublja.
Zatim
u najbezizražajnijoj kretnji
prepoznajem znakove
očajničke želje za blizinom bez proturječja,
za plodnom tišinom
koja nesigurnost pretvara u prevrtljivu
smjelost.
Teško da mogu definirati
to stanje kad nismo bili
ni sasvim tužni, ni lišeni ratobornog
straha.
Kad smo lutali utiskujući
u predmete lica smrti.
Drhtim u mliječnoj svjetlosti
i osluškujem jutro
što dolazi veoma sporo:
kao dah,
kao tečno buđenje.
Kad se zaklope oči
tada iz sjećanja naviru slike gradova
utisnutih na brežuljke,
ocrtane plavetnilom Umbrije.
To su prije gnijezda u koja pohranjujemo
iznenada prepoznati stid.
To su rahle uspomene
koje nas povezuju u neprekinuti sistem
finih obmana.
Ja sam taj koji je povikao
iz dubine ulice kao iz sna.
Ja sam taj koji je iz strpljivosti
izvlačio poučke,
a divlju odanost shvaćao
kao najsvetiji zakon.
Istina, apsurdan, ali neizbježan.
Znaš dobro iz kako gustog spleta odnosa
mogu iznijeti na svjetlo dana
ove riječi.
Lišće sasvim tromo opada s drveta
ispred prozora.
Ta tromost postaje odjednom metafora
za neko više stanje.
To nije tek navođenje činjenice, kao:
čitam ponovno Pavesea.
Mali pomaci na ljestvici nesigurnosti,
to je ono što želim reći,
čime završiti.
Međutim, netko izgovara:
“Naša krv je u hrastu”,
misleći pri tom kako je moguće
othrvati se nerazjašnjivim izmišljotinama.
Tu rečenicu nikako ne mogu prešutjeti
i uzimam je pun ustrajne prostodušnosti.
posežem još za čašom u kojoj
preostala kapljica
svjetluca kao zrno mržnje.
Sviće li?
Odlaziš, ali zakratko.
Sitni koraci odaju hrabrost.
Shvaćam ih kao znakove jasnih indicija,
kao nedvosmislenu odluku.
S praznine papira sada nadiru nova lica
koja bismo mogli zajednički posjedovati,
dijeliti ih
kao režnjeve zrela voća,
kao daške tamnog mirisa.
Dijeliti ih poput rečenica,
poput žustrih riječi od kojih smo jednom
ispleli kristalno prozirnu
ljusku
ispod koje više ne možemo umaknuti
bez posljedica.
Jedino što možemo jest da
promatramo predmete
koji nam ostaju uvijek izvan,
uvijek nedohvatljivi.
Da osluškujemo vlastito disanje,
čujemo možda rečenice trećih lica
i sve to doživljavamo
kao jedinstveni objekt
koga već i golo trajanje
obogaćuje posebnim značenjima.
I onda?
Onda –
život se polako počinje pamtiti.

© Zvonko Maković
from: Točka bijega
Zagreb: Grafički zavod Hrvatske, 1990
ISBN: 86-399-0229-1
Audio production: 2006, Literaturwerkstatt Berlin

Nom

français

Bien sûr que je te tais:
j'invente rapidement des mensonges
pour éveiller le souvenir
d'une époque où on n'était rien d'autre que des mots,
mots qui grandissaient et grandissaient
nous transformant en une masse souple
de sincérité cruelle.
Il fait froid.
Je me sens impuissant
et par ailleurs très stupide
alors que je me pavane avec une espèce d'amour-propre.
Ensuite,
dans le geste le plus insignifiant
je reconnais les signes
d'une envie désespérée de proximité sans contradictions,
d'un silence fertile
qui transforme l'incertitude en une audace
inconstante.
Il me serait difficile de définir
cet état où on n'état
ni tout à fait triste, ni dépourvu d'une peur
belliqueuse.
Où on errait en attribuant
aux objects les visages de la mort.
Je tremble dans la lumière lactée
en  écoutant le matin
s'approcher très lentement:
comme un souffle,
comme un réveil fluide.
Lorsque les yeux se ferment
surgissent alors du souvenir les images des villes
gravées dans les collines,
dessinées avec le bleu de l'Ombrie.
ce sont plutôt des nids où on enterre
la honte soudain reconnue.
Ce sont des souvenirs friables
qui nous relient en un système ininterrompu
de fins leurres.
Je suis celui qui a crié
des profondeurs de la rue comme d'un rêve.
Je suis celui qui de la patience
tirait des enseignements,
et voyait la fidélité  féroce
comme la loi la plus sacrée.
En vérité, absurde, mais inévitable.
Tu sais bien de quelle dense combinaison de liens
je peux faire sortir ces mots
à la lumière.
Les feuilles tombent très lentement d'un arbre
devant la fenêtre.
Cette lenteur devient soudainement métaphore
d'un état plus élevé.
Ce n'est pas une simple citation du fait, comme:
je lis de nouveau Pavese.
Petits déplacements sur l'echelle de l'incertitude,
c'est ce que je veux dire,
par quoi terminer.
Cependant, quelqu'un dit:
«Notre sang est dans le chêne»,
en pensant qu'il est possible
de lutter contre des mensonges insolubles.
Je ne peux nullement taire cette phrase,
je la prends plein d'une ingénuité tenace.
J'attrape le verre dans lequel
la dernière goutte
scintille comme un grain de haine.
Le jour se lève?
Tu pars, mais brièvement.
Petits pas révèlent le courage.
Je les entends comme des indices clairs,
comme une décision sans ambiguité.
Du vide du papier surgissent de nouveaux visages
qu'on pourrait posséder ensemble,
les partager
comme des tranches de fruits mûrs,
comme des souffles de parfum sombre.
Les partager comme des phrases,
comme des mots rapides avec lesquels on a tissé
un jour une coquille de transparence
cristalline
d'où on ne peut plus s'échapper¸
sans conséquences.
Tout ce qu'on peut faire c'est
observer les objets
qui restent toujours dehors,
toujours inaccessibles.
Écouter notre propre respiration,
entendre peut-être les phrases des troisièmes personnes
et ressentir tout cela
comme un objet unique
que déjà sa propre durée
enrichit de significations particulières.
Et alors?
Alors –
la vie se met lentement à être mémorisée.

Traduit du croate par Brankica Radić

Infinitiv

croate | Zvonko Maković

Kad se stvari pomaknu,
ostanu samo sjene.
Šutnja iz prinude,
hladan zrak.
Rekao sam ti da sam ruža, dašak noći
što dopire do nosnica.
Rekao sam: stvari, dobro usklađeni
odnosi. Rekao sam: sjene,
višak ljubavi koja nekoć
bijaše tek nepoznata žudnja.
Mali, nedodirljivi plamenovi
dotiču moje srce – bez prestanka,
bez jasnog razloga.
Kao opala latica, kao netko zagledan
u krijesnicu mirisne lipanjske noći,
kao nečujna praznina iza čvrsto
stisnutih usana.
U vlažnom pogledu
to se uljuljkuju naši slabo prikriveni
dokazi,
naše jedva još nade,
jedva prešutne izdaje.
Blaženi dodiri koji su sada tek
puko trajanje.
Među sjenama skrivaju se druge sjene.
Pomak će lako iznuditi drugi pomak.
Ja sam šutnja:
skrivena slova oblažu moje čelo.

© Zvonko Maković
from: Prah
Audio production: 2006, Literaturwerkstatt Berlin

Infinitif

français

Quand les choses se déplacent,
ne restent que des ombres.
Silence forcé,
air froid.
Je t'ai dit que j'étais la rose, le souffle de la nuit
qui monte jusqu'aux narines.
J'ai dit: les choses, rapports bien
équilibrés. J'ai dit: les ombres,
excès d'un amour qui autrefois
n'était qu'un désir inconnu.
De petites flammes impalpables
effleurent mon cœur – sans cesse,
sans raison précise.
Comme un pétale tombé, comme quelqu'un fixant
une luciole une nuit embaumée de juin,
comme un vide silencieux derrière les lèvres
fermement serrées.
Dans un regard humide
voilà que s'endorment nos preuves mal
dissimulées,
nos espoirs à peine encore espoirs,
des trahisons à peine tacites.
Des caresses bienheureuses qui ne sont à présent
qu'une simple durée.
Entre les ombres se cachent d'autres ombres.
Un écart va facilement extorquer un autre écart.
Je suis silence:
des lettres secrètes recouvrent mon front.

Traduit du croate par Brankica Radić

Poslije

croate | Zvonko Maković

U pjesmama to uvijek izgleda drugačije.
Kada čitam rečenice koje drugi pišu,
sve mi se čini jasnim i laganim.
Kao list papira koji još odolijeva vatri,
koji jedva da osjeća znakove pepela
na sebi. U mojem dvorištu
pepeo je tako sveobuhvatan.
Poput varke, poput slike koja ushićuje.


Mnogi pišu o izgubljenoj ljepoti,
o nesreći koja dolazi iznenada i uvlači se
u neko tiho, napušteno srce.
Želio bih, međutim, nešto reći
o svojem dvorištu i velikoj rijeci
koja bi se trebala vidjeti s prozora.
O jasenu i dvjema lipama kojih
od neki dan više nema.


Mehanizam bajke postao mi je odjednom
sasvim nedokučiv.
Onaj pepeo koji se osipa s prozora,
ona crna čađ koja je još jučer
bila stol, krevet ili knjige,
nečiji život o kojemu se nije mnogo razmišljalo,
to mi stoji u grlu i zamagljuje vidik.
Kada zamahnem rukom,
hoću li još išta moći osjetiti?

© Zvonko Maković
from: Prah
Audio production: 2006, Literaturwerkstatt Berlin

Plus tard

français

Dans les poèmes ça semble toujours différent.
Quand je lis des phrases qu'écrivent les autres,
tout me paraît clair et facile.
Comme une feuille de papier qui résiste encore au feu,
qui sent à peine la présence de la présence de la cendre
sur ell-même. Dans ma cour
la cendre est si omniprésente.
Telle un tromperie, telle une image qui ravit.

Bon nombre écrivent sur la beauté perdue,
sur le malheur qui arrive subitement et se faufile
dans un cœur silencieux, abandonné.
Je voudrais, pourtant, dire quelque chose
sur ma cour et le grand fleuve
qu'on doit voir de ma fenêtre.
Sur le frêne et les deux tilleuls qui
depuis quelques jours ne sont plus.

Le mécanisme de la fable m'est devenu soudainement
complètement incompréhensible.
Cette cendre qui s'envole de la fenêtre,
cette suie noire qui hier encore
était la table, le lit ou les livres,
la vie d'un autre à laquelle on n'a pas beaucoup pensé,
cela me reste dans la gorge et me trouble la vue.
Quand j'agiterais la main,
pourrais-je encore ressentir quelque chose?

Traduit du croate par Brankica Radić

tvoja braća trče

croate | Dražen Katunarić

tvoja braća trče
u zemlji Kronosa
koraci im izbrojeni
sjene združene
igraju igrice za sebe
u samoći bez riječi
provjeravaju poruke
i opet trče

tvoja braća ne žele upoznati
ni radosti ni tuge
ni ljubavi ni mržnje
trče bez većeg naprezanja
zategnutih mišića
ravnomjernih kretnji
koraci im izbrojeni

tvoja braća postala su gluha
za izgovorene riječi
razvezuju slušalice
iznenađena lica
kimaju glavom
u nevoljama tišine

tvoja braća trče
provjeravaju poruke
i opet trče
u zemlji Kronosa
s laganom naprtnjačom
nabacana prezira

tvoja braća trče
ne dotičući bokove laktovima
šutljivi, ozbiljni, odsutni
s krunom bešćutna sjaja
koraci im izbrojeni
sjene oduljene

© Dražen Katunarić
Audio production: Croatian P.E.N. Centre

tes frères courent

français

tes frères courent
au pays de Kronos
leurs pas sont comptés
leurs ombres jointes
ils jouent pour eux-mêmes aux jeux vidéo
solitaires sans paroles
vérifient leurs messages
et courent à nouveau

tes frères ne veulent connaître
ni joie ni tristesse
ni amour ni haine
ils courent sans grand effort
les muscles bandés
l’allure uniforme
les pas comptés

tes frères sont devenus sourds
pour les mots prononcés
ils ôtent leurs écouteurs
le visage surpris
hochant la tête
dans l’embarras du silence

tes frères courent en baskets
vérifient leurs messages
et à nouveau courent
au pays de Kronos
leur léger sac à dos
bourré de mépris

tes frères courent
et nomment vie cette course
sans toucher des coudes leurs hanches
silencieux, graves, absents
leurs pas sont comptés
leurs ombres allongées

Traduit du croate par Brankica Radić

kompilacija

croate | Dražen Katunarić

Ne znam odakle puše
tramontana
slijeva il' zdesna
da u ušima titrati

...the answer my friend
is blowing in the wind...

nasloni se na moje rame
i slušaj muziku ljeta
ptice su blizu
gnijezde se oko zvonika
u Lodèveu
pa razlijeću oko njega
dolje srce odbija satove
snuje o nemogućem

čuješ li onu staru melodiju
u zraku

...che colpa ne ho
se il cuore è uno zingaro e va


u ljeto 2010-te
sreo sam jednog Ciganina
u crnoj košulji
s bijelim biljegom na tjeme n u

rasplakao je mnoge žene
i stidljive muškarce
kad je svirao na harmonici

... catene non ha, il cuore è uno zingaro e va.


srce je sladunjavo
sedam puta zašećereno bademom
nećeš ga očistiti
ne ulijepiš li prste
između do i fa

srcu nije dovoljno
da otima protekle sate
želi ih utopiti u malo vanilije
i predati zaboravu

...e si fermerà chissà...
...e si fermerà chissà...

© Dražen Katunarić
Audio production: Croatian P.E.N. Centre

compilation

français

j’ignore d’où souffle
la tramontane
de gauche ou de droite
pour me vibrer aux oreilles

… the answer my friend
is blowin’ in the wind…

pose la tête sur mon épaule
écoute la musique de l’été
les oiseaux sont proches
ils nichent autour du clocher
de Lodève
et volètent à l’entour
en bas le cœur frappe les heures
songeant à l’impossible

entends-tu dans l’air
cette vieille mélodie

… che colpa ne ho
se il cuore è uno zingaro e va

à l’été 2010
j’ai rencontré un Tsigane
en chemise noire
avec une marque blanche
sur le sommet du crâne
il a fait pleurer nombre de femmes
et d’hommes timides
en jouant de l’accordéon

… catene non ha, il cuore è uno zingazo e va.

le cœur est douceâtre
sept fois sucré d’amandes
tu ne le nettoieras pas
sans te poisser les doigts
entre do et fa

au cœur il ne suffit pas
d’arracher les heures passées
il veut les couler dans un peu de vanille
et livrer à l’oubli

… e si fermerà chissà…
… e si fermerà chissà…

Traduit du croate par Brankica Radić

H.P.

croate | Tomica Bajsić

x

Bahia. Zlatousta čeka na plavom prozoru.
Jutros je zapalila svijeću van vjetra
U rupi u pješčanom zidu među
Oštrim bridovima, algama, otplavinama.
Pustila je stručak cvjetova u vodu
(Trik iz Salvadora)
Da vidi hoće li ga more vratiti.
Ali nije.

(Mreža za spavanje na trijemu je prazna, to je njegova mreža.)

Umjesto njega na vrhu vala su došla djeca, dar pjene, male
Crne točke u dugačkom popodnevu. U njihovim dječjim očima
Rebra slomljenih ribarskih čamaca
Postaju rebra nasukanih kitova. Atlantik sijeva

U stablima eukaliptusa.

            xx

Kiša. Limeni oblaci lutaju zemljom. Trava uranja u ocean.
Voda se diže preko kotača automobila. Stajem na pola puta.
Red zemljanih koliba u jarku. Ispred kantine bilijarski stol sa
stolicom umjesto jedne noge. Magarac vezan uz stup i
zaboravljen. SEVEN-UP. Svjetlost se prima za vrhove drveća.
Zatvaram prozore. Mašina pušta paru. Kiša odnosi granje i šiblje.
Voda vri. Horizont nestaje. Lava nadire iz skrivenih bunara.
Radio se gasi. Brazil šuti.
Brazil je svijetložuta pukotina u mutnom nebu,
koridor za ptice.

Brazil su njegovi ljudi od crne tinte.
Uskoro, ova će cesta postati rijeka koja će se spojiti s morem,
Voda će se uliti u vodu i razlike će nestati.

            xxx

Tvoj mornar je mrtav, Zlatousta.
Vidio sam ga noćas u dva sata ujutro. Stajao je sam
Na palubi broda upravljenog za Argentinu i pio iz boce.
Njegove oči su na crno-bijeloj fotografiji izgledale neprobojno,
Prkos ih je učinio fluorescentnima.
Zadignuo je ovratnik na kaputu, trudio se djelovati opasno
Ali vidjelo se da je blag i plemenit.

U ruci je držao koncem u križ opšiveni crveni
Kvadratić na kojem piše XANGÔ ili nešto slično.
“Gringova macumba”, rekao je i nestao.

© Tomica Bajsić
from: Južni križ
Goranovo proljeće, 1998
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

H. P.

français

x

Bahia. Bouche dorée attend à la fenêtre bleue.
Ce matin elle a allumé une bougie à l’abri du vent
Dans un trou du mur de sable parmi
Des arêtes affilées, des algues, des dépôts marins.
Elle a posé une gerbe de fleurs dans l’eau
(Une ruse de Salvador)
Pour voir si la mer la rendrait.
Mais non.

(Le hamac sur le véranda est vide, c’est son hamac.)

A sa place, sur la crête de l’onde sont arrivés les enfants, cadeau de l’écume, de petits
Points noirs dans un long après-midi. Dans leurs yeux enfantins
Des côtes cassées des barques de pêcheurs
Deviennent des côtes des baleines échouées. L’Atlantique éclate

Dans les arbres d’eucalyptus.

xx

Il pleut. Des nuages en tôle traînent sur la terre. L’herbe plonge dans l’océan.
L’eau monte au-dessus des roues d’automobiles. Je m’arrête à mi-chemin.
Une file de huttes en torchis dans le fossé. Devant la cantine une table de billard
avec une Chaise à la place d’un pied. Un âne attaché au poteau et oublié.SEVEN-UP.
La Lumière se dépose sur les pointes des arbres. Je ferme les fenêtres. La vapeur
sort de la machine. La pluie emporte des branches et des broussailles. L’eau bout.
L’horizon disparaît. La lave remonte des puits
cachés. La radio s’éteint. Le Brésil se tait.
Le Brésil est une fente jaune clair dans le ciel opaque,
un couloir pour les oiseaux.

Le Brésil sont ses gens en encre noire.
Prochainement, cette route deviendra un fleuve qui se jettera dans la mer,
L’eau se déversera dans l’eau et la différence se diluera.

xxx

Ton marin est mort, Bouche dorée.
Je l’ai vu cette nuit à deux heures du matin. Il était seul
Sur le pont du bateau dirigé vers l’Argentine et vidait une bouteille.
Sur la photo en noir et blanc, ses yeux avait l’air impénétrable,
L’obstination les a rendus fluorescents.
Il a levé le col de son manteau, il voulait se donner un air dangereux
Mais on voyait qu’il était doux et généreux.

Dans sa main il tenait un petit carré rouge ourlé par un
point chausson. Dessus l’inscription XANGÔ ou quelque chose comme ça.
« Macumba de Gringo », a-t-il dit avant de disparaître.

Traduit par Brankica Radić & Vanda Mikšić

VESLO JE PROŠLO KROZ VODU U KOVITU CRNIH LEDENIH IGLICA

croate | Tomica Bajsić

Ušao sam u sobu i našao te kako spavaš
tako nepomična da mi se učinilo kao da si mrtva.
Da živimo i dvjesto godina uvijek bi ostalo stvari
koje nismo stigli reći jedno drugom.

© Tomica Bajsić
from: Južni križ
Goranovo proljeće, 1998
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

LA RAME A PARCOURU L’EAU DANS UN TOURBILLON D’AIGUILLES NOIRES ET GLACÉES

français

Je suis entré dans la chambre et je t’ai trouvée endormie
et si immobile que j’ai cru te voir morte.
Même si nous vivions deux cent ans, il resterait toujours des choses
que nous n’avons pas eu le temps de nous dire.

Traduit par Brankica Radić & Vanda Mikšić

APOKRIFI O TITU

croate | Tomica Bajsić

Tito glođe svinjsku glavu na tavanu
jednim okom vreba ulicu da ga roditelji ne uhvate
baš me briga / misli / pobjeći ću biciklom

Tito ilegalno u bečkom tramvaju
obukao je svoje najbolje sivo odijelo
misli: što sam ja gori od tih studenata?

Tito je Walter / John Smith / Fantomas / Caspar
Hauser / Howard Hughes / Tito je alias / alias je Tito
koliko imam imena / divi se Tito sam sebi

Tito jaši Romanijom
iza njega starina Nazor posrće kroz snijeg
Vladimire Vladimire / misli Tito dobrohotno

Tito maše okupljenoj djeci iz Mercedesa
crvene marame im vezane kao omčice oko vrata / i sunce
će se jednom ugasiti / misli Tito filozofski

Tito je elegantan u smrti
spisak neutješnih po abecednom redu:
akrobati u cirkusu / činovnici / djelatnici
Instituta za historiju radničkog pokreta /
engleska kraljica / filmski radnici / hipiji /
Ilich Ramirez Sanchez a.k.a. Carlos / krojači /
kubanska industrija cigara / lijepe žene /
ljudi koji nose brkove / medvjedi nosorozi lavovi /
nastavnici u osnovnim školama / nogometaši /
oficiri iz vatrogasnih domova / odlični učenici /
operni pjevači / povijesne ličnosti / predsjednici

ribičkih društava / prodavač kukuruza na radnom
mjestu br. 7 / punkeri / rezervni milicioneri /
Sai Baba / šahisti / šefovi kućnih savjeta /
umirovljeni stariji vodnici / zeleni
Tito se opet pojavio u balonu iznad istočne Afrike
spušta dalekozor na krdo zebri
prugasti đavli / misli Tito / svi su isti

Tito kaže NE Staljinu a Staljin
njemu baš me briga / ko te jebe
umiješ li računati?
imam ih dvadesetjednu tisuću osamstopedesetšest
umrvljenih u lišće Katynske šume / imam ih tristo tisuća
zakopanih krišom
imam ih deset milijuna likvidiranih likvidacijama
imam sve njihove papire / fotografije njihove djece / pisma puna
neopravdanog optimizma / njihove olovke / sitan novac
imam ih sve čitko provedene kroz knjige

© Tomica Bajsić
from: Južni križ
Goranovo proljeće, 1998
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

APOCRYPHES SUR TITO

français

Tito dans le grenier cure la tête d’un cochon
d’un œil furtif surveille la rue pour ne pas être surpris par les parents
je m’en fous / pense-t-il / je m’échapperai en vélo


Tito clandestin dans un tramway à Vienne
a mis son meilleur costume gris
il pense : pourquoi serais-je pire que ces étudiants ?

don’t marry her
marry me

Tito est Walter / John Smith / Fantômas / Caspar
Hauser / Howard Hughes / Tito est alias / alias est Tito
j’ai tant de noms / Tito s’admire

don’t marry her
marry me

Tito traverse à cheval la Romania
derrière lui le vieux Nazor chancelle dans la neige
Vladimir Vladimir / pense Tito bienveillant

Tito de sa Mercedes salue les enfants rassemblés
des foulards rouges autour de leurs cous comme de petits nœuds coulants / même
                                                                                                            le soleil
s’éteindra un jour / pense Tito en philosophe

Tito est élégant dans sa mort
la liste des inconsolables par ordre alphabétique :
acrobates du cirque / fonctionnaires / employés
de l’Institut d’histoire du mouvement ouvrier /
reine d’Angleterre / cinéastes / hippies /
Ilich Ramirez Sanchez a.k.a. Carlos / couturiers /
industrie cubaine de cigares / belles femmes /
hommes moustachus / ours rhinocéros lions/
instituteurs d’école primaire / footballeurs /
officiers pompiers / meilleurs élèves /
chanteurs d’opéras / personnages historiques / présidents
des clubs de pêcheurs / vendeur de maïs au poste
n° 7 / punks / policiers de réserve /
Saï Baba / joueurs d’échec / présidents de conseil d’immeuble /
lieutenants retraités / verts

Tito est réapparu en montgolfière au-dessus de l’Afrique de l’Est
il baisse ses jumelles vers un troupeau de zèbres
diables aux rayures / pense Tito / ils sont tous pareils

don’t marry her
marry me

Tito dit NON à Staline et Staline
répond je m’en fous / vas te faire foutre
sais-tu compter ?
j’en ai vingt et un mille huit cent cinquante six
réduits en feuilles dans la forêt de Katyn / j’en ai trois cent milles
enterrés secrètement
j’en ai dix millions de liquidés dans les liquidations
j’ai tous leurs papiers / photos de leurs enfants / lettres remplies
d’optimisme injustifié / leurs stylos / monnaie
je les ai tous bien inscrits sur les registres

Traduit par Brankica Radić & Vanda Mikšić

U KRUGOVIMA

croate | Tomica Bajsić

čovjek hoda mirnije prema noći
                                                       koji u svom srcu nosi mnoge ponoći
                                                                                        Edvin Rolfe

kojiput mi se čini da živim posuđeno vrijeme
moji prijatelji mrtvi rasuti po grobljima
izbrisani s ploče nijedan nije dohvatio tridesetu
ti ljudi s kojima sam dijelio kruh
spavao u istim bunkerima hodao kroz istu
travu i noć penjao se na tenkovima i padao
licem u zemlju pritisnut mecima i granatama
(o slatka mirna zemlja koja poznaješ naše molitve)
njihovi duhovi sada dolaze u posljednjim glasovima:
ima li još soka? pita jedan koji će poginuti napadajući
čuvaj mi brata kaže drugi koga će ubiti tenk
treći se pokušava sjetiti tko je i odakle dolazi
dok mu se mozak polako gasi (pogođen je u glavu)
što ima tamo? pita četvrti i steže čašu bevande
pogleda uprtog u brda u kojima ga čeka zasjeda
a peti šuti ali njegove oči mogu reći:
                                   smrt.

kojiput mi se čini da sam prekinuo lanac
probudim se u noći bez zraka kroz
otvoreni prozor šumi četrnaest katova
(iz drvenih sanduka penje se miris spaljenog mesa)
Krist Iskupitelj je uvijek svježa rana u crnim oblacima
električne krijesnice jurcaju i proklinju i slave
vrijeme kada su se svinje hranile ljudima
ima dolje jedna kuća koja je prije sto godina bila plava
a sada nema krova i prozori su joj otvorene duplje
iznutra je ruševina ali čudno noću oživi
zaboravljeni balkoni pune se cvijećem i svjetlošću
okrugle crnkinje u turbanima naslanjaju se na
zahrđalu ogradu i mali odjeci njihova razgovora
šapuću da je tristo tisuća ljudi mrtvo na onim poljima
gdje su moje čizme ostale bez đonova
gdje su moje oči potonule u blato svemira a
srce mi je kao željezno uže otkinuto od sidra
prozviždalo kroz zrak u slijepim krugovima:
                                                bez cilja, bez cilja.

© Tomica Bajsić
from: Južni križ
Goranovo proljeće, 1998
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

EN RONDS

français

                       l’homme qui dans son cœur porte de nombreux minuits
                       marche plus calme vers la nuit
– Edwin Rolfe

parfois il me semble vivre un temps emprunté
mes amis morts épars dans des cimetières
effacés du tableau aucun n’a atteint la trentaine
ces hommes avec qui je partageais le pain
dormais dans les mêmes bunkers marchais dans la même
herbe dans la même nuit montais les chars et tombais
le visage dans la terre écrasé par les balles et les obus
(ô terre douce et paisible qui connais nos prières)
leurs esprits viennent à présent dans les dernières voix :
y a-t-il encore du jus ? me demande celui qui mourra lors de l’attaque
prends soin de mon frère dit l’autre qui sera tué par un char
le troisième tente de se rappeler qui il est et d’où il vient
lorsque son cerveau s’éteint doucement (il a été touché à la tête)
qu’est-ce qu’il y a là-bas ? demande le quatrième qui serre son verre de vin
les yeux fixés dans les montagnes où l’attend une embuscade
et le cinquième se tait tandis que ses yeux racontent :
                                                                 la mort.


parfois il me semble avoir rompu la chaîne
je me réveille la nuit manquant d’air par
la fenêtre ouverte bruissent quatorze étages
(des caisses en bois remonte l’odeur de la chair brûlée)
le Christ Rédempteur est toujours une plaie fraîche dans les nuages noirs
des lucioles électriques se précipitent et maudissent et glorifient
le temps où les cochons se nourrissaient de gens
là-bas il y a une maison qui était bleue il y a cent ans
à présent elle n’a pas de toit et ses fenêtres sont des orbites ouvertes
à l’intérieur c’est une ruine mais curieusement la nuit elle s’anime
les balcons oubliés se remplissent de fleurs et de lumière
des femmes noires et rondes aux turbans s’accoudent sur
la balustrade rouillée et de petits échos de leur conversation
susurrent que trois cent mille hommes sont morts sur ces champs-là
où mes bottes sont restées sans semelles
où mes yeux ont sombré dans la boue de l’univers et
mon cœur telle une corde arrachée de l’ancre
a volé en l’air sifflant en ronds aveugles :
                                     sans but, sans but.

traduit par Brankica Radić & Vanda Mikšić

jednom sam se ipak uspjela zaljubiti...

croate | Olja Savičević Ivančević

jednom sam se ipak uspjela zaljubiti, pričala je žena na palubi neznancima. toliko me jako volio da mi je izbio dušu. da mi je izvadio oči i dah i zube. i odnio ih doma svojoj pravoj djevojci.
zakopaj ovo u najtajnije dvorište. ono nad kojim ćemo podizati kuće i djecu. zakopaj ovo u najtajnije dvorište, spasi me.

al ljubav uvijek iskopa neki pas.

© Olja Savičević Ivančević

j´ai tout de même réussi à tomber amoureuse une fois...

français

j´ai tout de même réussi à tomber amoureuse une fois, racontait une femme à des inconnus sur le pont du bateau. il m´a aimé si fort qu´il m´a extirpé l'âme. qu´il m'a arraché les yeux, le souffle et les dents. et les a emportés chez lui, à sa vraie petite-amie. enterre ça dans la cour la plus secrète. celle où l´on élevera nos maisons et nos enfants. enterre ça dans la cour la plus secrète, sauve-moi.

mais l´amour est toujours déterré par un chien.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

ti hodaš na glavi...

croate | Olja Savičević Ivančević

ti hodaš na glavi. rekli su joj. izmišljaš. o čemu ti pričaš. jednoga dana ćeš poludjeti.
pođi tamo. popni se na vrh uzbrdice. skotrljaj nam dvije tri dinje. skotrljaj nam dvije tri svinjske glave. unučiće pelinkovca. a onda svoj smijeh.
njena gola leđa lelujaju uzvodno u omari srpnja.
tamni dečko s očima koje skakuću s očima koje žmirkaju s takvim nemirnim očima reže joj bijeli kruh na pola. siječe joj kvarat bijelog trbuha.
ja sam iz drugog grada kaže njemu. iz sasvim drugog grada. ja sam ona koja te čeka kad staviš lokot na vrata dućana. ona koja te čeka pokraj govornice u toj pjesmi koju ćeš napisati.
ti si dijete. veli mladić s očima koje skakuću. ti ništa ne znaš o ovakvom muškarcu koji stavlja lokot na vrata radnje, a onda okupan mirisima u svirepost večeri silazi ližući bolne usne žena. ja sam neznani junak dana.
znam, nasmijala se kao da zna. i istresla na pult nekoliko dragocjenosti.

© Olja Savičević Ivančević

tu marches sur la tête...

français

tu marches sur la tête. lui dit-on. tu inventes. de quoi parles-tu. un jour tu vas perdre la raison. vas là-bas. monte au sommet de cette côte. fais-nous rouler deux ou trois melons, deux ou trois têtes de cochon. des verres de vermouth. puis ton rire.
son dos nu ondoie en amont dans la canicule de juillet.
un garçon bronzé aux yeux qui sautillent aux yeux qui clignotent aux yeux si agités lui coupe un pain blanc en deux. il lui coupe un quart de ventre blanc.
je viens d´une autre ville, lui dit-elle. d´une ville tout-à-fait autre. je suis celle qui t´attend au moment où tu mets le cadenas sur la porte de l´épicerie. celle qui t´attend près de la cabine téléphonique dans ce poème que tu vas écrire.
tu es une enfant. dit le jeune homme aux yeux qui sautillent. tu ne sais rien d´un tel homme qui met le cadenas sur la porte de l´épicerie, et qui imprégné d´odeurs descend ensuite vers la cruauté de la soirée, en léchant les lèvres douloureuses des femmes. je suis le héros inconnu du jour.
je sais, sourit-elle comme si elle savait. puis déverse quelques objets précieux sur le comptoir.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

imati tako malo tijelo...

croate | Olja Savičević Ivančević

imati tako malo tijelo, ponekad je praktično. i ladica može poslužiti kao sklonište. svugdje možeš spremati takvo tijelo.
u ormaru ga stavi u očev džep i pronaći ćeš ljute bombone i mrve duhana ili se popni uz svileni rukav i ostani u mekoći haljine, u oporosti znoja i parfema dok se ne začuje: ručak!
ukradi jednu kuglicu naftalina.
dvije naguraj u nosnice ormarskom patuljku koji ti pipa pupak.

© Olja Savičević Ivančević

avoir un corps si menu...

français

avoir un corps si menu, c´est pratique parfois. même un tiroir peut servir d´abri. un corps pareil, tu peux le ranger partout.
si dans l´armoire tu le mets dans la poche de ton père, tu y trouveras des bonbons qui piquent ou des miettes de tabac ; sinon, grimpe le long d´une manche de soie et reste dans la douceur d´une robe, dans l´âpreté de la sueur et du parfum, jusqu´à ce que tu entendes: à table !
vole une petite boule de naphtaline.
enfiles-en deux dans les narines du nain qui touche ton nombril dans l'armoire.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

najednom sam razvila ljubav...

croate | Olja Savičević Ivančević

najednom sam razvila ljubav za jako slatko i suho voće.
za bademe i med. za ćupove pune šećera, kave i začina. za
korice limuna i crni papar.

živjela sam od grožđica i smokava, močila sam prste u
rum i lizala jagodice, krišom. udisala sam požudno miris
duhana iz lule. miris paste za cipele. miris tamnozelene
boje za drvo.

drhtala sam sama između zidnih tapeta i kredence.

slabu hranu nisam htjela ni kušati: samo repove rakova,
samo datule, školjke i cimet.

za poljubac sam jedva dočekala trinaestu.

© Olja Savičević Ivančević

tout d'un coup j´ai pris goût...

français

tout d'un coup j´ai pris goût aux fruits très sucrés ou secs. aux amandes et au miel. aux pots pleins de sucre, de café et d´épices. au zeste de citron et au poivre noir.

je vivais des raisins secs et des figues, je trempais mes doigts dans le rhum et en léchais les pulpes, en cachette. j´inhalais voluptueusement l´odeur du tabac à pipe. l´odeur du cirage. l´odeur du vernis à bois vert foncé.

je tremblais toute seule entre le papier peint et le vaisselier.

je ne voulais surtout pas goûter de la nourriture insipide: rien que des crevettes, des dattes, des coquillages et de la cannelle.

pour goûter au baiser, j´ai attendu impatiemment d'avoir treize ans.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

na pultu između tetrapaka mlijeka...

croate | Olja Savičević Ivančević

na pultu između tetrapaka mlijeka i grozdova banana, on zapisuje riječi po rubu masnog papira. ljeto je i muhe su zapljuvale strop. ljeto je i ulazi kvartovska gospođa. petnaest deka pureće salame.
u malom dućanu na vrhu uzbrdice stenju propeleri plavog ventilatora i pred kućom su dječji koraci zapečeni na asfaltu. on reže salamu, pod pult se ruše riječi. lude riječi. rasprskavajuće petarde sjaja. rečenice kojima je na pultu rastvorio bedra i baš se spremao svakoj izvaditi košticu.
roj pijanih muha tare s čela. gospođa ga gleda podozrivo. tako mlad i nervozan čovjek. gospođa prebire nanizane kugle svoje ogrlice, uzima zamotuljak u masnom papiru i odlazi bez kruha. tako nervozan. bože.
dolje, već su mu niz nogavice iscurile riječi. već su se istopile. nestale među prljavim fugama pločica. ispod gajbi u kojima zriju dlakave breskve. u kojim se vrpolji crv.

© Olja Savičević Ivančević

sur le comptoir, entre les boîtes de lait...

français

sur le comptoir, entre les boîtes de lait et les régimes de bananes, il note des mots sur le bord d´un papier sulfurisé. c´est l´été et les mouches ont taché le plafond. c´est l´été et une dame du quartier entre. cent-cinquante grammes de jambon de dinde.
dans la petite épicerie en haut de la montée, les hélices du ventilateur bleu gémissent, et devant la maison des pas d'enfants sont gravés dans le bitume. il coupe le jambon, les mots s'écroulent sous le comptoir. des mots fous. d'éclatants pétards de brillance. des phrases dont il écarte les cuisses sur le comptoir et s'apprête à leur arracher le noyau.
il chasse de son front un essaim de mouches ivres. la dame l´observe méfiante. un homme si jeune et si nerveux. la dame égrène les perles de son collier, prend le paquet emballé dans du papier sulfurisé et s´en va sans pain. si nerveux, mon dieu.
en bas, les mots ont déjà dégouliné le long des jambes de son pantalon. ils ont déjà fondu. ils ont disparu parmi les joints crasseux entre les carreaux. sous les caisses où mûrissent des pêches duveteuses. où remue le ver.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

moje noge rastu u kadi...

croate | Olja Savičević Ivančević

moje noge rastu u kadi. moje noge odlaze od mene. još
jučer sam mogla stopalo staviti na tjeme.

moje noge odlaze od mene ili to moja glava čini tlu.

ne znam što se događa, al stižu mi u susret knjige s najviših
polica.

© Olja Savičević Ivančević

mes jambes poussent dans la baignoire...

français

mes jambes poussent dans la baignoire. mes jambes s'éloignent de moi. hier encore, je pouvais poser mon pied derrière ma tête.

mes jambes s'éloignent de moi, ou alors c´est ma tête qui s´éloigne du sol.

je ne sais pas ce qui se passe, mais les livres des étagères les plus hautes viennent à ma rencontre.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

živi li u parku vitturi...

croate | Olja Savičević Ivančević

živi li u parku vitturi još uvijek onaj ćuk?
prije sna, pjevala sam sestri. mislila sam da to dobro radim, vikala sam i vjetar je kotrljao moj glas preko šahti niz usku ulicu.
kasnije bih još dugo gledala u čudan reljef štukature na plafonu. a onda bi se javio taj ćuk. njegova ću pune samoću, a tišine među njima nadijevaju jezu.
tajan kao noć u parku. tajan kao staro groblje u parku. iz duplje neke pinije koja nestvarno visoko čuva naprsle šiške pune naše čežnje.
crkveno zvono, pa ćuk, pa zvono. i ponekad, nad pinijama, nisko proleti avion. to je noćni let za mjesec. s tim zvukom slijećem u san.

© Olja Savičević Ivančević

la chouette vit-elle encore...

français

la chouette vit-elle encore dans le parc vitturi ?
avant de m’endormir, je chantais pour ma sœur. je pensais le faire bien, je criais et le vent faisait rouler ma voix par-dessus les plaques d’égout dans la rue étroite.
après, je regardais longuement l’étrange relief des moulures au plafond. puis la chouette poussait son cri. ses hou remplissent la solitude, et les silences qui les séparent insufflent l´effroi.
secrète comme la nuit dans le parc. secrète comme le vieux cimetière du parc. du creux d’un pin qui depuis les hauteurs iréelles veille sur ses pommes éclatées, pleines de nos désirs.
la cloche d’une église, puis la chouette, puis la cloche. et parfois, un avion passe au ras des pins. c’est le vol nocturne vers la lune. avec ce bruit-là j’atterris dans le sommeil.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

TVOJE ZGUSNUTO SUNCE

croate | Marko Pogačar

Kako se malim kandžama popeti gore u maslinu,
ostati crna gušterica i preživjeti propast sunca?
svaka je maslina ugasla zvijezda,
a male kandže su sve što imamo.

i to je tajna gravitacije, nestanak svjetlosti koja se njiše
zgusnuta u našim metalnim tijelima.
naše su kandže naša taština, otac ih jednim potezom strese
s čipkaste balkonske zavjese.

svijet je ogromna pedikerka Milena, ona ih sigurnom rukom tamani,
ona pjeva o sole mio, naše kandže su prezrela, gola ljepota
ljubav je naš dug prema mrtvima.

© Marko Pogačar
from: Poslanice običnim ljudima
Zagreb: Algoritam, 2007
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

TON SOLEIL ÉPAISSI

français

Comment monter en haut de l’olivier à l’aide des petites griffes,
rester un lézard noir et survivre à la chute du soleil ?
chaque olivier est une étoile éteinte,
et les petites griffes sont tout ce que nous avons.

et c’est le secret de la gravitation, la disparition de la lumière qui se balance
épaissie dans nos corps métalliques.
nos griffes sont notre vanité, notre père les enlève d’un coup
du rideau sur le balcon avec ses dentelles.

le monde est l’immense pédicure Milena, elle les éradique d’un geste infaillible de sa main.
elle chante o sole moi, nos griffes sont une beauté trop mûre, nue,
l’amour est notre dette envers les morts.

Traduit par Brankica Radic

SUSJEDIMA (MOJE MESO JE JUTROS SPUŠTENA ZASTAVA)

croate | Marko Pogačar

Med se topi u čaju, potpuno, za razliku od mene u tebi
i tebe u ozbiljnoj glazbi,

predugi telefonski pozivi, nikada mjesta kad trebaš
slobodan stol, uvijek pokvareni liftovi,

stepenice razmotane u beskonačnost, kao razgovor o politici,
i baš kada netko primijeti da se totalitarizam i demokracija

razlikuju samo u brojevnom sustavu
nestane slike i sve nanovo počinje: glasovi cure iz zidova,

potpuno bestjelesni, večer se spušta na dlanove, kao rudar
u jamu, ipak, cipele ostavljene

pred vratima dokazuju da postoje živi. ali što znači živjeti,
dok zima dolazi  kotrljajući se kao hladni dah iz mog grla,

i svija gnijezdo u tamnom alfabetu; svi ti užurbani nepoznati
ljudi s poznatim imenom, popodne prelomljeno na dvoje, kao Koreja,

čaj u kojem je med već do kraja otopljen, nerazdvojivo,
i ta viskozna otopina je ljubav; kako stići do tebe; kako te dohvatiti?

© Marko Pogačar
from: Poslanice običnim ljudima
Zagreb: Algoritam, 2007
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

AUX VOISINS (MA CHAIR EST UN DRAPEAU DESCENDU CE MATIN)

français

Le miel fond dans le thé, complètement, à la différence de moi dans toi
et de toi dans la musique classique,

des appels téléphoniques toujours trop longs, jamais de place lorsque tu as besoin
d’une table, des ascenseurs toujours en panne,

des escaliers déroulés à l’infini, comme une conversation sur la politique,
et justement au moment où quelqu’un fait la remarque que le totalitarisme et la démocratie

ne se distinguent que par leur système numéral
l’image disparaît et tout recommence : des voix coulent des murs,

totalement incorporelles, le soir se pose dans les creux des mains, comme un mineur
dans la fosse, des chaussures abandonnées devant la porte prouvent,

tout de même, l’existence des vivants. mais que veut dire vivre,
pendant que l’hiver arrive en se roulant comme un souffle froid sortant de ma gorge,

et construit son nid dans un alphabet sombre ; tous ces gens inconnus et pressés
avec des noms connus, un après-midi coupé en deux, comme la Corée,

un thé où le miel a déjà complètement fondu, inséparablement,
cette solution en viscose est l’amour ; comment arriver jusqu’à toi, comment te prendre ?

Traduit par Brankica Radic

NITKO NA TAVANU

croate | Marko Pogačar

Nikog nema na tavanu
     znam to
jer je iznad nas užareni betonski krov,
srebrni nosač neba,
i uopće nemamo tavana.
toliko je stvari
koje praktično definiraju odsustvo.
   tavana.
  kuće.
   svijeta.
sobom se rasipa plitki pospani zvuk
kao da su se na tavan uvukli puhovi, ali,
           već sam rekao,
nema tavana.  
više nam ne preostaje obala. čvrste točke su
predale svoje zidove.
 sutra ću obaviti tristo
odgođenih telefonskih poziva,
    već dugo ne mogu
podnijeti verbalnu bliskost.
počeo sam po četvrti put
gledati Fitzcarraldo. tu sam naučio kako
se brodovi mogu prenijeti preko brda
i kako nije nužno biti pobijeđen  
      da bi se osjećao loše,
                     štoviše,
kišni dani govore
    obrnuto.
Kinski je, čini se, najbolji.
   role s Jaggerom govore slomljenim jezikom.
nema razloga za tišinu
i nikoga ne treba kriviti:
poštu ne dobivam, reklame me ne zaobilaze,
      (kapital je noćna
   kapa za mirisnu
                kosu svijeta)   
kava nikada nije dovoljno vruća,
kao ni informacije, nikada dovoljno novih ploča
i nikad dovoljno šuštavih klasika
    sve je gigantska,
mlaka lokva tjeskobe.
stvari definirane odsustvom me uglavnom plaše.
na primjer  samoća (uvjetno),
      religija (i njeno grozno odsustvo drugog)
smrt (bezuvjetno) i sve
što bih mogao iz njih izvući je trenutna ljubav,
značenje nanizano na kišu,     
   kap
koja fizički prelije čašu.
nikog nema na tavanu.
nikada nikog
         nije bilo na tavanu.
ne postoji tavan i sve obješeno
nad našim glavama je golemo zvjezdano njihalo,
kolijevka glazbe, tamna
    plahta neba kojom se
pokrivam svake noći dok spavam.

© Marko Pogačar
from: Poslanice običnim ljudima
Zagreb: Algoritam, 2007
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

PERSONNE DANS LE GRENIER

français

Il n’y a personne dans le grenier
je le sais
car un toit en fer brûlant est au-dessus de nous,
le porteur argenté du ciel,
et nous n’avons point de grenier.
il y a tant d’objets
qui définissent d’une façon pratique l’absence.
du grenier
de la maison.
du monde.
un son plat somnolent se répand dans la chambre
comme si des loirs s’étaient faufilés dans le grenier, mais
je l’ai déjà dit,
il n’y a pas de grenier.
il ne nous reste plus de rivage. les points forts ont
rendu leurs murs.
demain, je passerai trois cents
coups de téléphone différés,
depuis longtemps je ne peux
supporter la familiarité verbale.
je me suis mis à regarder Fitzcarraldo
pour la quatrième fois. là j’ai appris comment
on pouvait transporter des bateaux sur une colline
et qu’il n’était pas nécessaire d’être vaincu
pour se sentir mal,
d’autant plus que
les journées pluvieuses disent
l’inverse.
Kinski est, paraît-il, le meilleur.
des bobines parlent une langue brisée avec Jagger.
il n’y a pas de raison pour le silence
et personne ne doit être accusé :
je ne reçois pas de courrier, la pub ne me contourne pas,
(le capital est un bonnet
de nuit pour les cheveux
parfumés du monde)
le café n’est jamais assez chaud,
de même que les informations, jamais assez de nouveaux disques
et jamais assez de classiques bruissants
tout est une gigantesque
flaque tiède d’angoisse.
en général des objets définis par l’absence me font peur.
par exemple la solitude (d’une façon conditionnelle),
la religion (et son affreuse absence de l’autre)
la mort (d’une façon inconditionnelle) et tout
ce que je pourrais en tirer est de l’amour momentané,
la signification enfilée sur la pluie,
goutte
qui fait déborder physiquement le verre.
il n’y a personne dans le grenier.
il n’y a jamais eu
personne dans le grenier.
le grenier n’existe pas et tout ce qui est suspendu
au-dessus de nos têtes est une immense balançoire étoilée,
un berceau de musique, un drap obscur
de ciel dont je me
couvre toutes les nuits pour dormir.

Traduit par Brankica Radic

LIJEPO JE

croate | Marko Pogačar

Lijepo je disati proljetni zrak na Soči
i pri tom ne biti mamuran.
upijati kapljice s izvora i onda u njima teći.
lijepo je dobro se osjećati. imati snage
za bilo kakav oblik vjere koja ne naudi drugome,
dakle, ne imati.
također je lijepo živjeti u Bosutskoj
i vjerovati da ona postoji.
svakog jutra ući u trgovinu i kupiti kruh, jesti ga
nad novinama koje si našao u pošti.
lijepo je kad te pošta pronalazi i kad ti možeš pronaći poštu.
pronalaženje je, općenito, lijepo.
pronaći poznato lice kada prolaziš pored stadiona
ili lošeg sveučilišta. podsmijeh je lijep.
lijepo je pronaći točku.
nož za mazanje koji si odavno izgubio i sad je svilen.
bataljun paradnih anđela spušta željezne uši
i to već graniči sa strašnim. sve graniči sa strašnim,
i to je također lijepo.
odlijepiti žvakaću s đona lagane cipele, zlo koje ti
poremeti ravnotežu i objasni gravitaciju.
Newton je lijep. Brodski je lijep.
barikade su srce umjetnosti i to je nepotkupivo.
kad svira savršen punk kad se ugleda Anna Karina kad se
pomrači mjesec kad se podignu zastave kad se
razdijeli mrtvo more. šetati je lijepo. utopiti se.
što je za mene lijepo za druge je opasno.
teško disati jer je zrak zasićen borovima. govoriti hrvatski.
klizati. također vrijedi i obrnuto.
lijepi su prozori koje možeš otvoriti
i kroz njih dotaknuti oblake. Mosor je lijep.
lijepo je hodati, penjati se i vjerovati u vrh, znati
koje je godine završio rat kada je dan oslobođenja poštovati
dan žena majčin dan voljeti ljubičice,
skidati se. padati. biti siguran da padaš, a onda se prenuti.  
buditi se. rezati. ispucavati nepotrebno duge rafale tvog imena,
biti sustavno tragičan.

© Marko Pogačar
from: Poslanice običnim ljudima
Zagreb: Algoritam, 2007
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

C’EST BEAU

français

C’est beau de respirer l’air printanier sur la Sotcha
et en même temps de ne pas se sentir las.
d’aspirer des gouttes d’une source et ensuite de couler en elles.
c’est beau de se sentir bien. d’avoir de la force
pour n’importe quelle forme de foi ne nuisant pas à autrui,
donc, ne pas en avoir.
il est également beau de vivre dans la rue Bosutska
et de croire qu’elle existe.
d’entrer tous les matins dans un magasin et d’y acheter du pain, en manger
au-dessus d’un journal trouvé dans la boîte à lettre.
c’est beau quand le courrier te trouve et que tu peux trouver ton courrier.
trouver, en général, c’est beau.
trouver un visage familier en passant près du stade
ou d’une mauvaise université. c’est beau de se moquer.
c’est beau de trouver un point.
un couteau à tartiner perdu il y a longtemps et à présent devenu soyeux.
un bataillon d’anges de parade baisse ses oreilles de fer
et c’est déjà à la limite de l’effrayant. tout est à la limite de l’effrayant.
et c’est beau aussi.
d’enlever un chewing-gum de la semelle de ta chaussure légère, le mal qui
trouble l’équilibre et explique la gravitation.
Newton est beau. Brodsky est beau.
les barricades sont le cœur de l’art et c’est incorruptible.
lorsqu’on joue du punk parfait, qu’on aperçoit Anna Karina qu’il y a
une éclipse de soleil qu’on hisse les drapeaux qu’on
divise la mer morte. se promener est beau. se noyer.
ce qui est beau pour moi est dangereux pour les autres.
d’avoir des difficultés pour respirer car l’air est saturé d’odeur de pins. de parler croate.
de glisser. le contraire est valable aussi.
belles sont les fenêtres que tu peux ouvrir
et au travers toucher les nuages. le Mosor est beau.
c’est beau de marcher, de monter et de croire au sommet, de savoir
en quelle année s’est terminée la guerre quel est le jour de la libération de respecter
la journée de la femme journée de la mère d’aimer les violettes,
de se déshabiller. de tomber. être sûr de tomber, et ensuite sursauter.
se réveiller. couper. tirer des rafales inutilement longues de ton nom.
être systémiquement tragique.

Traduit par Brankica Radic