Nabačeno more

Nabačeno more na papiru stenje,
podiže se protiv pretijesnih mu međa
nasukanih riječi: radije bi stijenje
što božanskom gnjevu podastire leđa.

Meni je pak dò tog da mjerim tišinu
tom moru, toj mori, tim romoru, rimi.
Iz utihe čula htio bih da sinu
suncem osovljeni nijemi bozi svi mi.

Ali ubrzo se uvrnulo u se,
sakrilo u formu, razišlo u stanke
(u pripeci cvrčci komentare bruse).

Kako će ga slova izblijedjela skupit?
List strepi, treperi od prepasti tanke,
sulicama sunca pogođeni upit.

© Zvonimir Mrkonjić
De: Šipanski soneti
Dubrovnik: Ogranak Matice hrvatske Dubrovnik, 1992
Producción de Audio: Udruga radio mreža 2008

La mer gémit

La mer gémit, jetée sur la feuille,
elle se soulève contre les étroites frontières
des mots échoués: elle préférerait les écueils
qui tendent le dos à la divine colère.

Il m'importe se mesurer le silence
de cette mer, cauchemar, murmure, rime.
Je voudrais que, surgissant de la stupeur des sens,
érigés par le soleil, tous les dieux muets se raniment.

Mais elle s'est lovée sur elle-même en vitesse,
blottie dans une forme, dispersée en espacements
(les cigales liment des commentaires dans la sécheresse).

Comment les lettres pâlies vont-elles la ramasser?
Le papier frémit, de mince effroi tremblant,
question que les flèches du soleil font vibrer.

Traduit par Borka Legras et Fernand Cambon