Pitit Malere [Creole]

Sa ou vle nèg-la fè?
madanm-li ap pase rad,
li minm l-ap pase tray
pitit li kouche
tou rèd tou plat
kon nap joudlan.

yon ti moun si zan
tou chèchkò.
wa di you bwadan
seren fi-n souse,
wa dj you vye chalimo
fronmi ap pote ale.

vwazinay koumanse sanble
lan kay-la,
yo chita lan plenyen :
apa yè, mezanmi,
ti nonm-la t-ap pase la-a...
Hey! katye-a tankou
you bout bra
ki pa kenbe anyen.

Maladi lan san,
osnon maladi san non?
- Non madanm,
 se grangou k-ap pote-l ale,
 maladi lamizè
 ki kanpe lan tout kay-la
 lan mitan tout bagay.
 
Sa ou vlé nèg-la fè?
madanm-li ap pase rad,
li menm l-ap pase tray,
l-ap vanse je fèmen,
li pa konnen sa pou-l fè,
li tankou you vye revèy
ki rete sou midi:
vant-li vid,
bouch-li ap kimen.
Li pa touche depi twa mwa,
pitit-1i kouche tou rèd
epi-l tande
lantèman pou ka trè.

De: Biswit Leta
New York : Ed. I.N.I.P., 1978
Producción de Audio: 2002 M. Mechner, literaturWERKstatt berlin

L'enfant des pauvres

Que voulez-vous qu’il fasse ?
Sa femme repasse le linge
Lui, il passe et repasse par le chas d’une aiguille.
Son enfant est couché
tout raide, à plat,
comme une nappe du jour de l’an.

Un enfant de six ans
tout maigrelet
On dirait un cure-dent
que la rosée du soir
a fini de sucer,
on dirait une paille usagée
que des fourmis emportent.

Les voisins se rassemblent
dans la maison
et s’assoient au milieu des plaintes :
Pas plus tard qu’hier, mes amis,
le petit passait par la…Aie !
Le quartier
est comme un bras coupé
qui ne peut rien retenir.
S’agirait-il d’une maladie du sang
ou de maladies inconnues ?
      - Non madame,
c’est la faim qui l’a emporté,
cette maladie de la misère
qui s’empare de nos demeures
et qui se terre la dans les moindres objets.

Que voulez-vous qu’il fasse,
cet homme ?
Sa femme repasse le linge,
lui il passe et repasse
par le chas d’une aiguille.
il avance les yeux fermés
Il ne sait quoi faire
Il est comme un vieux reveil
bloqué sur midi :
Son ventre est vide,
sa bouche amère et écumante,
Pas un sous depuis trois mois
Couché raide mort et son enfant
Et voilà qu’on lui répète :
«l’enterrement c’est pour quatre heures.»

© Georges Castera



in: Biswit Leta. Ed. I.N.I.P., New York 1978