Laurent Cassagnau 
Translator

on Lyrikline: 10 poems translated

from: german to: french

Original

Translation

*** [história trágico-marítima]

german | Anne Seidel

      

                  história trágico-marítima. tragische seegeschichte. maritime 

                  geschichte als geschichte untergehender schiffe.

 
von der traurigkeit unserer kurzen saetze ende oktober - bleibt eine erinnerung: ein dunkler stadtwald der dich aengstigt. weiter oben dringt in die kulissen leise regen, ich moechte nicht sagen die wipfel. wie du sind die gefalteten levkojen nicht der raum. der bleibt ungedacht. auch nachlassender rauch kennzeichnet nicht den raum. die sprache ist nicht der raum. der raum ist eine bank auf der wir uns voreinander verstecken, spaeter vielleicht am abend, wenn wir diese bank schon lange verlassen haben, hat sie wieder aufgehoert, der raum zu sein.

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen, 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

*** [história trágico-marítima]

french

                              História trágico-marítima. Tragique histoire maritime.

                              Histoire maritime : une histoire de navires qui sombrent

 

de la tristesse de nos brèves phrases fin octobre – il ne reste qu’un souvenir : une sombre forêt urbaine qui t’angoisse. plus haut de la pluie pénètre doucement dans les coulisses, je ne dirais pas les cimes. comme toi les giroflées repliées ne sont pas l’espace. celui-ci reste impensé. une fumée qui diminue, non plus, ne caractérise pas l’espace. la langue n’est pas l’espace. l’espace est un banc sur lequel nous nous dissimulons l’un à l’autre, plus tard peut-être, quand nous aurons quitté depuis longtemps ce banc, il aura cessé d’être l’espace.

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau // Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020

ABWESENHEITEN X / batjuškov

german | Anne Seidel

 

batjuškov, bei dir wird es frueher dunkel, schleier und waende (batjuškov) ueber

schnee geschoben im warmen pelz (tier) vor den fassaden (haltungsboegen) der

russen mit den russischen augen im russischen oder sibirischen winter bei

russischem licht dein ausgestorbener blick.

 

der sprache noch im scheitern treu, wird der schnee kurz vor dem verschwinden

durch das kaelterwerden gerettet ein eiserner nachtzug zieht an dir vorueber

zerrt stille hinter sich her, fallende stuerme umwirken die fenster von außen.

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen, 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

ABSENCES X/ batiouchkov

french

 

batiouchkov, chez toi il fait sombre plus tôt. voile et murs (batiouchkov)

poussés sur la neige dans la chaude fourrure (animal) devant les façades

(questionnaire d’adoption) des russes avec les yeux russes dans l’hiver russe

ou sibérien à la lumière russe ton regard éteint.

  

fidèle encore à la langue jusque dans l’échec, la neige est sauvée juste

avant de disparaître en devenant plus froide un train de nuit en fer passe

à côté de toi entraîne le silence derrière lui, les tempêtes en tombant

entortillent de l’extérieur les fenêtres.

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau // Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020

zug durch belarus

german | Anne Seidel

klirren silbern loeffel (in den teeglaesern der reisenden) hinein in die erinnerung an das novgoroder kirchenspiel, gibt es (den unbeirrbaren) weg des sich entziehenden (sich mir entziehender verzweifelter griff in das federkissen). hier: schwarze schienen halbverdeckt, das ueberholende ueberholt uns nicht, hat es nie. wir sind versunken mit dem letzten stein (klang des regens auf dem blechernen zugdach).

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen, 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

train à travers la biélorussie

french

des cuillères argentées cliquètent-elles (dans les verres à thé des voyageurs) jusque dans le souvenir du carillon de novgorod, s’ouvre alors le chemin (l’imperturbable) de ce qui se soustraie (se soustrayant à moi, désespérément, la main qui plonge dans l’oreiller). ici : rails noir à demi-recouverts, ce qui dépasse ne nous dépasse pas, ne l’a jamais. nous avons sombré avec la dernière pierre (son de la pluie sur le toit en tôle du train).

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau // Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020

HYGIENE DER ANGST IV

german | Anne Seidel

 

schwarze spitzen, weiße linien, russland, so hilflos zieht

stille ein, die namen getraenkt, ende der waelder,

es fehlte immer eine hand, versunken im pelz

 
schwarze spitzen, weiße linien, da warst du, so hilflos zog

stille in dich ein, in namen und waelder, ferne,

es fehlte immer eine hand, versunken im schnee, solovki

 

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen, 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

HYGIENE DE LA PEUR IV

french

 

pointes noires, lignes blanches, russie, désemparé s’installe

le silence, les noms abreuvés, fin des forêts,

il manquait toujours une main, engloutie dans la fourrure

 

pointes noires, lignes blanches, tu étais là, désemparé s’installait

le silence en toi, dans les noms et les forêts, lointains,

il manquait toujours une main, engloutie dans la neige, solovki

 

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau // Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020

HYGIENE DER ANGST III

german | Anne Seidel

 

eingaenge, solovki, tiefschwarzes licht, signal der stadt.

opalisierend, solovki, gesichter, laute endlosigkeiten,

wenn alles einfiel, solovki, vielleicht, zuletzt zuckte es

 
keine ausgaenge, solovki, tiefschwarzes licht, signal der stadt.

augopal, solovki, gesichter, wenn nach lauter endlosigkeiten alles

einfiel, solovki, vielleicht aug in auge

 

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen, 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

HYGIENE DE LA PEUR III

french

 

entrées, solovki, lumière d’un noir profond, signal de la ville.

opalisant, solovki, visages, infinités à forte résonance,

quand tout s’effondra, solovki, peut-être, pour finir cela tressaillit

  

pas de sorties, solovki, lumière d’un noir profond, signal de la ville,

opale de l’œil, solovki, visages, quand à force d’infinités tout

s’effondra, solovki, peut-être les yeux dans les yeux

 

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau // Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020

HYGIENE DER ANGST I

german | Anne Seidel

 
statue, die den platz sezierte, hygiene der angst, eine kaelte, die

schneesaum, geronnenes erdoel und einen melancholischen hund

verzeichnet, leuchtendes andenken, logik des rauchgeruestes

 

statue, die den platz seziert, hygiene der angst, kaelte - stand:

ein schweres rieseln durchschreitend, negantia, aufstuende ein

melancholischer hund, vielleicht

 

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen , 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

HYGIENE DE LA PEUR I

french

 

statue qui disséqua la place, hygiène de la peur, un froid qui

consigne ourlet de neige, pétrole solidifié et un chien mélancolique,

souvenir lumineux, logique de l’échafaudage de fumée

  

statue qui dissèque la place, hygiène de la peur, froid – se dressait :

traversant un lourd ruissellement, negantia, se dresserait un

chien mélancolique, peut-être

 

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau. Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020

ABWESENHEITEN I / I am sitting in a room

german | Anne Seidel

 

gesichter, I am sitting in a room, regelmaeßigkeit des laechelns

 
  (gefunkel)


              in stillem wiederaufgenommenem nichts


abdruecke eines neurotischen schlafes, vielleicht schon

 
                                         gestillter muedigkeit


dunkle kuppe                wintergarten                   du schlaefst

 
             raumeinziger-einziger


 
                                              (nichts ruft mehr)

in die immanenz

                                                              chlebnikov weint


     (gewoelbt   vielleicht
                                
                           vielleicht                        konkav)

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen, 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

ABSENCES I / I am sitting in a room

french

  

visages, i am sitting in a room, régularité du sourire

 

  (scintillement)

 

                   dans le silencieux néant réenregistré

 

empreintes d’un sommeil névrotique, peut-être déjà

 

                                                      d’une fatigue étanchée

 

sombre mamelon                      jardin d’hiver                tu dors

 

                      espaceunique-unique

 

                                                 (rien n’appelle plus)

dans l’immanence

                                                         khlebnikov pleure

 

(voûté               peut-être

                           peut-être                        concave)

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau // Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020

*** [und das ist (erst) der anfang]

german | Anne Seidel

und das ist (erst) der anfang, das chaos, das umschattete verstoerte, welches den raum der vermischten praesenz aufzeigt. hier. eine lampe, ein tisch, ein stueck papier, die ganze welt in kisten, bis auf ein paar buecher. montale vor allem. die reise: ein abdruck der lautlosen folge ineinander gesprochener worte. sprach man sich zuvor an - so mit dem bedauern des geringsten. aber ja, sage ich dennoch. kleine dinge. wassergeraeusche, die nacht wird regiert und ein laut dringt durch die leerstellen der baeume, wie durch die schlaefen einer weißen entropie.

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen, 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

*** [et c’est (seulement) le début]

french

et c’est (seulement) le début, le chaos, la perturbation cernée d’ombres qui dévoile l’espace de la présence mélangée. ici. une lampe, une table, un bout de papier, le monde entier dans une caisse, excepté quelques livres. montale surtout. le voyage : une empreinte de la suite silencieuse de paroles imbriquées l’une dans l’autre. s’adressait-on auparavant la parole – c’était avec le regret du minime. mais oui, dis-je malgré tout. petites choses. bruits d’eau, la nuit est gouvernée et un son pénètre à travers les espaces vides des arbres, comme à travers les tempes d’une blanche entropie.

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau // Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020

komitas und dane zajc in minsk

german | Anne Seidel

 

komitas                                                                                            schwarzblaue amsel

auf einem blauen zaun                                                dein auge

                                                                                                     komita

                    unbewegt

             eine kleine hand                                            in aengstlichkeit zu dir

komitas                                                                                                beschienen vom

sonnenuntergang

                  in minsk                                                                                              april

              (dein april)                                                                              (dein minsk)

 

                      kom i ta                                                         wie ein sturm

                                    ein schwarm

                                                                                                              vorbeiziehender 

                                                                                        schwalben

so leis hallt dein stille gewordenes schweigen                          ass ass ass

      die scherben des wassers                            auf einem dunkel werdenden feld

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen, 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

komitas et dane zajc à minsk

french

komitas                                                                                             merle bleu noir

sur une clôture bleue                                                                ton œil

                                                                                                              komita

             immobile                                                                            

        une petite main                                                     en anxiété pour toi

komitas                                                                                                     éclairé par

le coucher du soleil

                 à minsk                                                                            avril

          (ton minsk)                                                                  (ton avril)

  

               kom i ta                                                                  comme une tempête

                           une nuée                                                                    

                                                                                           d’hirondelles

                                                                                                      de passage

si faible l’écho de ton silence devenu muet                      ass ass ass                                                   

            les tessons de l’eau                                  sur un champ s’obscurcissant

 

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau // Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020

OCEAN FACILE

german | Anne Seidel

[...]

zwei raender mit schach-                                         schwarzen kugeln in den raum

          des schnees ziehend                                                 den raum des irrtums

                       verlassen wir eines tages                                               das vage, wind,

          fuer diese passage                                               mit hineingetragenem regen,

 

    spiegelaltem schnee                                                           la

 
       tannen die flocken, stein.                                                 in situationierter ferne

                zitternd das                                                         klirren, rauschen,

klirren von wasser                                                     oder beschlagenem glas,

falls vier                                                                                   verlorene bilder...

                kostbar ist uns nur                                                der augenblick

                             des erkennens                                                          - zwei

                             abgebrochene graphitspitzen                               auf altem papier

die uns immer noch                                                    erschrecken koennen

© Anne Seidel
from: Chlebnikov weint
poetenladen, 2015
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2016

OCEAN FACILE

french

[...]

deux marges avec le noir des échecs -                    des billes passant dans

           l’espace de la neige                                              l’espace de l’erreur

                       nous quittons un jour                                                le vague, vent

                 pour ce passage                                               avec de la pluie rentrée

  

                neige d’antique miroir                         la

  

            sapins les flocons, pierre.                         dans un lointain en situation

                 tremblant le                                        cliquetis, bruissement

cliquetis de l’eau                                              ou du verre embué

au cas où quatre                                                   images perdues

                 seul nous est cher                                l’instant

                            de la connaissance                                  - deux

                            pointes de graphite brisées                   sur un vieux papier

qui encore et toujours                                        peuvent nous effrayer

 

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau // Khlebnikov pleure. Éditions Unes, 2020