Ponç Pons

katalanisch

Obituari

People change and smile, but the agony abides.
                                   T.S. Eliot

He anat a caminar pel camp fins a Son Bou
i he vist els trencs solcant l'enfront de Llucalquelba
Sota un cel generós perfumat de llentrisca
les figueres lliuraven en terra els seus fruits
Pel barranc verd d'Es Bec entre Ses Canessies
Son Boter dava a un mar d'un profund blau turquesa
Desterrades les aus orfe d'antigues dunes
jo em pensava gelós que el paisatge era nostre
dins les sísquies la gent llença faunes i fems
Ara em tanc en la nit de Sa Rocassa i cant
amb amor tot allò que perviu d'aquesta illa
explotada que estim amb dolor de fill pària
Ja no hi ha vellmarins als penyals de Fornells
S'omplen totes les cales de bars i de murs
La llum grega es tenyeix de renous asfaltats
L'idioma en què escric no l'entenen ni els morts

© Edicions Proa
Aus: El salobre
Barcelona: Edicions Proa, 1997
Audioproduktion: Institut Ramon Llull

Obituaire

People change and smile, but the agony abides.
                                   T.S. Eliot

Je suis allé marcher à travers champ jusqu’à Son Bou
et j’ai vu les brèches qui sillonnent la façade de Llucaquelba
Sous un ciel généreux parfumé de lentisque
les figuiers délivraient leurs fruits par terre
À travers le ravin vert d’Es Bec entre Ses Canessies
Son Boter donnait sur une mer d’un profond bleu turquoise
Bannis les oiseaux moi orphelin d’anciennes dunes
je pensais jaloux que le paysage était à nous
dans les canaux les gens jettent des canettes et des ordures
À présent je m’enferme dans la nuit de Sa Rocassa et chante
avec amour tout ce qui perdure de cette île
exploitée que j’aime avec douleur de fils paria
Il n’y a plus de veaux marins sur les rochers de Fornells
Toutes les criques se remplissent de bars et de murs
La lumière grecque se teinte de vacarme goudronné
La langue dans laquelle j’écris n’est même pas comprise par les morts

Translated into French by Estrella Massip and Francesc Niubo