Ponç Pons

katalanisch

Tristia

Al darrer món de Tomis,
cobert de terra estranya,
en una tomba ignota
 que el vent salí colpeja,
potser visquis encara
en el record d'antigues,
enamorades dones
i et cantin vells poetes
com jo mateix que, líric,
madur, pausat, els versos
i plany dolgut, romànic,
la nostra vida incerta.
El temps, que tot ho esfondra,
solida el teu prestigi
i fa el teu nom de mestre
per sempre inesborrable.
Però ja clàssic, mite,
amant d'amor, ni el sexe
perdura i és inútil,
llorer marcit, la fama.
Tots som llavor d'oblit.
El celistre que corca
quaderns, carpetes, llibres,
ho amara tot de sal.
Ser feliç és un plagi,
escriure un deure amarg.
No vivim, les paraules
ens desviuen i ens fan,
cercadors enfebrits
de bellesa, perduts
presoners d'una pàgina.
Naufragam en gargots.
A l'Olimp, pura ossera
de castanyers i núvols
que el càlid sol grec besa,
els déus també s'han mort.
Tot és fum i no hi queda
ja res etern, Ovidi.

© Edicions 62
Aus: Estigma
Barcelona: Edicions 62, 1995
Audioproduktion: Institut Ramon Llull

Tristia

Dans le dernier monde de Tomis,
couvert de terre étrange,
dans un tombeau inconnu
que le vent de sel fouette,
peut-être vis-tu encore
dans le souvenir d’amoureuses
femmes d’antan
et des vieux poètes te chantent
comme moi-même qui, lyrique,
mûris, posé, les vers
et pleure meurtri, roman,
notre vie incertaine.
Le temps, qui détruit tout,
rend ton prestige solide
et ineffaçable à jamais
ton nom de maître.
Mais désormais classique, mythe,
amant d’amour, même le sexe
ne perdure pas et c’est un vain
laurier flétri que la renommée.
Nous sommes tous graine d’oubli.
Le fort vent qui ronge
cahiers, dossiers, livres,
imprègne tout de sel.
Être heureux est un plagiat,
écrire un amer devoir.
Nous ne vivons pas, les mots
nous dévivent et ils nous rendent
et ils nous rendent,
chercheurs fébriles
de beauté, prisonniers
perdus d’une page.
Nous naufrageons dans des gribouillis.
Sur l’Olympe, pur ossuaire
de châtaigniers et de nuages
que le chaud soleil grec embrasse,
les dieux aussi sont morts.
Tout est fumée et il ne reste
plus rien d’éternel, Ovide.

Translated into French by Estrella Massip and Francesc Niubo