Jean-Marie Barbérà 
Übersetzer:in

auf Lyrikline: 2 Gedichte übersetzt

aus: katalanisch nach: französisch

Original

Übersetzung

Post Escriptum

katalanisch | Antoni Vidal Ferrando

Hem profanat el temps i ens ha colpit
de sobte aquest desfici de saber-ho.
Amb lentitud i amb el desassossec
dels gossos dels llaüts, les nits de boira,
transcorren els instants on ara som.
Hem profanat el temps i l’escarment
serà una singladura irreversible
a l’estupor d’esdevenir-ne ostatges.
T’evoc, des de l’absurd, com qui demana
Imperiosament el benefici
D’un ull de sol, el frec d’una gardènia.

© Antoni Vidal Ferrando
aus: Cartes a Lady Hamilton
Columna, 1990
Audio production: Institut Ramon Llull

Post Scriptum

französisch

Nous avons profané le temps, et le sachant,
soudain le mal-être nous a envahis.
Avec des gestes lents et l’inquiétude
des chiens de traîneau, les nuits de brouillard,
s’écoulent les instant où nous sommes en ce moment.
Nous avons profané le temps et la punition
sera une course irréversible
vers la stupeur d’en devenir otages.
Je t’évoque, depuis l’absurde, comme qui demande
impérieusement le bénéfice
d’une place en plein soleil, le frôlement d’un gardénia.

Traduit par Jean-Marie Barbérà

Àvia Magdalena

katalanisch | Antoni Vidal Ferrando

Un altre hivern no t'ha vençut l'absència.
La posta tornarà i és com si fossis
encara la cansada silueta
que es deixa posseir per un somrís
a l'hora de besar-se, aquella mà
que encén l'espelma del rebost i malda
per treure'n les ampolles o cireres
sagnants o l’escomesa del terrible
dolç de la confitura.
Vivim mentre qualcú roman als porxos
indemnes que bastírem
un dia, enfront del temps; i l'alba nostra
és el present que som a dins uns ulls
lleials en caure el vespre.

© Antoni Vidal Ferrando
aus: Bandera Blanca
Proa, 1994
Audio production: Institut Ramon Llull

Grand-Mère Magdalena

französisch

Un autre hiver ou l’absence ne t’a pas vaincue.
Le coucher reviendra et c’est comme si tu étais
encore la silhouette lasse
qui se laisse posséder par un sourire
à l’heure de m’embrasser, cette main d’avant
qui allume la chandelle de la réserve et s’efforce
d’en tirer les bouteilles ou les cerises
couleur de sang ou l’assaut de la terrible
douceur de la confiture.
Nous vivons tant que quelqu’un demeure sous les portiques
intacts que nous avons bâtis
un  jour, face au temps : et notre aube
c’est le présent que nous sommes au bond d’un regard
loyal à la tombée du jour.

Traduit par Jean-Marie Barbérà