Jean Portante 
ÜbersetzerIn

auf Lyrikline: 23 Gedichte übersetzt

aus: deutsch, serbisch, estnisch, spanisch nach: spanisch, französisch

Original

Übersetzung

teebeutel

deutsch | Jan Wagner

I

nur in sackleinen
gehüllt. kleiner eremit
in seiner höhle.


II

nichts als ein faden
führt nach oben. wir geben
ihm fünf minuten.

© Berlin Verlag
aus: Achtzehn Pasteten
Berlin : Berlin Verlag, 2007
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

bolsita de té

spanisch

I

envuelta sólo en
tela de saco. pequeña eremita
en su cueva.
            

II

nada más que un hilo
conduce hacia arriba. le damos
cinco minutos.

Traducción de Emma Julieta Barreiro y Jean Portante

Das Gras

deutsch | Hans Thill

Du hast den Hunger auf fremde Namen, die
ihre Vokale verbergen. Leute werden benannt nach
Dörfern, die sie nie sehen werden, nach einem einzelnen Stein

im Gras. Die Idee ist, den Inhalt eines Vokals
mit einer möglichst feinen Nadel
herauszuziehen wie der Vogel den Wurm

aus der besäten Erde. Leute werden benannt
nach Tätigkeiten, nutzlos, ein alter Schuh. Einen Hund
nenne ich Ohr, ein Mädchen könnte ich Apfel nennen,

einen Freund nenne ich Abdelwahab. Ganz nah
die Namen hinter den Leuten, die auf einer Treppe posieren,
ihre Vokale leuchten aus dem Schatten hervor.

Man steht bis zum Hals im Gras, es hat die
Sonne seit langem nicht gesehen. Mit der Wärme des Halms
gehe ich in die Stadt, die sich mal hebt, mal senkt
immer nur in Millimetern aus ihrem alten Beton.

Ich trage das Gras bei mir wie einen Namen, der fleischlich ist
und somit Wort von meinem Wort. Ich gehe über die Straße
weil ich drüben ein Anderer bin, der mit seinen Halmen
die Autos dekoriert. Die Ideen

liegen in der Vergangenheit. Wir sind vielleicht gewachsen,
größer als es in unserer Familie stand. Die Heiterkeit
des Essens liegt hinter uns. Man geht nicht zweimal
durch dassselbe Gras

© Hans Thill
aus: unveröffentlicht
Audio production: Haus für Poesie, 2018

L´herbe

französisch

Tu es affamé de noms étrangers qui
dissimulent leurs voyelles. On appelle les gens d’après
des villages qu’ils ne verront jamais, d’après une pierre seule

dans l ’herbe. L’idée est d’extraire si possible
le contenu d’une voyelle avec une aiguille
fine comme l’oiseau extrait le ver

de la terre labourée. On appelle les gens d’après des activités,
inutilement, une vieille chaussure. Un chien
je l’appelle oreille, une fille je pourrais l’appeler pomme,

un ami je l ’appelle Abdelwahab. Tout près
les noms derrière les gens qui posent sur un escalier,
leurs voyelles brillent dans les ombres.

On est jusqu’au cou dans l ’herbe, elle n’a pas vu
le soleil depuis longtemps. Avec la chaleur du brin
je vais à la ville qui tantôt s’élève tantôt se baisse

de quelques millimètres toujours du béton.
Je porte en moi une herbe comme un nom qui est charnel
et de ce fait verbe de mon verbe. Je traverse la rue

parce que de l’autre côté je suis un autre qui décore
les voitures avec ses brins. Les idées
gisent dans le passé. Nous avons peut-être grandi

davantage que ne le pouvaient nos familles. La gaieté
de manger se trouve derrière nous. On ne passe pas deux fois
par la même herbe

Traduit par Jean Portante, publié dans TRANSKRIT:10

Sex mit Texten

deutsch | Hans Thill

Er schloß die Tür, um den Wind
auszusperren, Wespen kamen
durch den Briefschlitz ins Haus.

Im Treppenflur atmete die Nachbarin
und es roch nach Asche und
Bananen. Ein Zug fuhr durch

die letzten Minuten der Stadt,
die Straßenbahn hinterher.
Dann ging er an den Kühlschrank,

und er nahm etwas heraus, gläsern
und klar. Er spürte die alte Substanz
klebrig an den Händen,

den übermäßigen Rippendruck
in den Wänden und draußen
ein Nachlassen nirgendwo.

Jetzt kratzten ihn die Flügel seines
Jeanshemds im Nacken
und es wurde ihm klar, daß er

nackt war bis auf die Baumwolle,
die an einem Haken hing

© Hans Thill
aus: unveröffentlicht
Audio production: Haus für Poesie, 2018

Sexe avec textes

französisch

Il a claqué la porte pour enfermer
dehors le vent, des guêpes sont entrées
dans la maison par la fente de la boîte aux lettres.

Dans la cage d’escalier respirait la voisine
et ça sentait la cendre et
les bananes. Un train est passé par

les dernières minutes de la ville,
le tramway derrière lui.
Puis il s’est approché du frigo

et en a retiré quelque chose, de vitreux
et clair. Il sentait la vieille substance
collant à ses mains,

la pression démesurée des côtes
dans les murs et dehors
nulle part un affaiblissement.

Maintenant le grattaient les ailes de sa
chemise jean dans la nuque
et il s’est rendu compte qu’il

était nu jusqu’au coton
suspendu à un crochet

Traduit par Jean Portante, publié dans TRANSKRIT:10

Ohne Titel (Trinkwasser)

deutsch | Hans Thill

Ich möchte nicht das Blatt sein, auf dem ein
ruheloses Insekt Platz nimmt. Ich trage
noch die Schuhe von gestern

als die Sprachen im Teich schwammen,
ungeduldig. Die Cronopien versammelten sich
an den Brunnen. Sie klapperten

mit Blechbüchsen, ihren Knochen.
Ich gehe ans Fenster das noch offen steht
aus der Zeit, als hier ein Garten war.

Es sind Luftlöcher im Karton, aber
die Insekten kommen durch.
Ich hoffe auf einen Warnton,
blättere in meinen

Erinnerungen. Als ein Kirchturm im See
erlosch. Jetzt zerfließen die Farben zu
Trinkwasser

Ich möchte nicht das Gras sein
unter den Sohlen der Famen. Ich hoffe
auf den Warnton, wenn das Wasser explodiert.
Wenn der Hund in der Erde gräbt

© Hans Thill
aus: unveröffentlicht
Audio production: Haus für Poesie, 2018

Sans titre (Eau potable)

französisch

Je ne voudrais pas être la feuille
sur laquelle un insecte anxieux
s’installe. Je porte encore
les chaussures
d’hier

Lorsque les langues nageaient
dans l’étang, impatientes.
Les visages accordés se réunissaient
autour des puits. Ils
tapotaient

Avec des boîtes en fer-blanc, leur os.
Le vent ici va-t-il de droite à gauche ?
Sur le clavier manque le o. Je vais
à la fenêtre

Ouverte encore depuis le temps où
il y avait un jardin ici. Ce sont des trous d’air
dans le carton, mais les insectes
arrivent à passer. J’espère

Un signal d’alerte, feuillette mes
souvenirs. De quand un clocher
s’est éteint dans un lac. Maintenant
les couleurs se fondent en eau potable

Je ne voudrais pas être l’herbe sous les semelles. J’espère
le signal d’alerte, quand
l’eau explose.
Quand le chien creuse dans la terre

Traduit par Jean Portante

ПОВОДАЦ

serbisch | Jovan Zivlak

улицом коју је обасјавао сутон
између дворишта где је певало ћудљиво знање
и загаситих поља по којима је крештао гавран
сићушни пас вучен је на затегнутом ланцу.
дечак који га је повлачио личио је на слепу
                                                             будућност
оштрих очију као суђење у срцу је носио одлуку
а глава му је била развезана као хоризонт
одсутан као оно што ће га преварити
светао као светлост што се само једном спозна
водио је пса низ косине таме
оног који на таму режи и не подноси је.
али разлог је био изнад обојице
он који је чинио ситна злочинства
и он који је држао поводац
ниједном од њих
мера није дата
ниједан није управљао лавежом на непознато
ниједан није дисао из побуда које је памтио
и нико није знао шта је у њиховом заметку.
тамни разлог је сравњивао рачуне
оно што ће се десити десиће се у вери
да је погибао изван знања
да је пут смрти пут ђаволског рођења
и да се пут љубави отвара кроз посртање.

© Jovan Zivlak
Audio production: Serbian PEN Centre

LA LAISSE

französisch

dans la rue qui a été éclairé par le crépuscule
entre les cours où la connaissance morose chantait
et entre les champs sombres sur lesquels un corbeau criait
un petit chien était tiré sur la chaîne tendue.
un garçon qui le tirait avait l’air d’un avenir aveugle
aux yeux aigus comme un jugement il portait au cœur la décision
et sa tête était déliée comme l’horizon
absent comme ça qui va le tromper
lumineux comme la lumière qu’on connaît une seul fois
il menait un chien le long de la pente des ténèbres
celui qui grognait sur l’obscurité et le détestait.
mais la raison était au-dessus des deux
lui qui a commis des crimes mineurs
et lui qui a tenu la laisse
à aucun d’entre eux
la mesure n’a pas été donnée
aucun n’a pas géré de l’aboiement sur l’inconnu
aucun n’a pas respiré des motifs dont il se souvenait
et personne ne savait pas ce qui était dans son germe.
la raison sombre réglait les comptes
ce qui arrivera arrivera dans la foi
qu’il a péri au-delà de la connaissance
que la voie de la mort est la voie de la naissance du diable
et que la voie de l’amour s’ouvre par la titubation.

Traduction du serbe par Tanja Pekić et Jean Portante

ПОСЕДИ

serbisch | Jovan Zivlak

када ми је умирао отац
поручио је да би волео да са мном
поразговара.
до тада смо
размењивали празнину и чуђење.
помислио сам да жели
изгубљено да надокнади.
обичан живот
не подноси тешке разговоре
који би нас учинили блиским
и који би нашу тугу увећали.
већ сам слутио како су поседи
пролазни и говорници непрепознатљиви
и растуживало ме је како
није одгурнуо камен који ствара привид
да је живот светла грађевина
а да су речи попут видиковца
како не види да то што хоће да каже
неће бити изговорено први пут
како не види да је умирање узалудно
и да нас не спасава од заборава.

© Jovan Zivlak
Audio production: Serbian PEN Centre

PROPRIÉTÉS

französisch

quand mon père était mourant
il a dit qu’il aimerait avec moi
parler.
jusque-là nous
échangions le vide et l’étonnement.
j’ai pensé qu’il voulait
rattraper perdu
la vie ordinaire
ne supportait pas des conversations difficiles
qui nous feraient plus proches
et qui agrandiraient notre chagrin.
j’imaginait déjà que les propriétés étaient
les passagères et les orateurs méconnaissables
et il me rendait triste qu’il
n’a pas poussé la pierre qui crée l’illusion
que la vie est une construction lumineuse
et que les mots sont comme un belvédère
comment il ne voyait pas que ça qu’il voulait dire
ne serait pas dit pour la première fois
comment il ne voyait pas que mourir est en vain
et que ça ne nous sauve pas de l’oubli.

Traduction du serbe par Tanja Pekić et Jean Portante

ОСТРВО

serbisch | Jovan Zivlak

рат никад није престајао. сећам се зоре кад
сам дом остављао. био је посвуд. за довратком је
држао секиру. на постељи је склупчао тело огрнуто
у вучју кожу.
личио је на пауна који ме подозриво посматра
и спрема се да ми искљује руке. на прозоре је
спуштао засторе. крио се да га не видим.
знао сам да ми је дисао за потиљком
везао ми дах и чинио ствари прозирним
на којима сам вид посвећивао.
ословљавао ме презирно:
ти који жваћеш кремен сачекаћеш да га повратиш
научићеш да памтиш оно што си заборавио
ја сам твоје знање које си будан прорицао
оно за чим ћеш се освртати биће тама
отац који се никад неће вратити
море са којег ће долазити пламен
од којег ћеш оглувети.
ко је јачи од рата
ја који се ни о чему не питам
острво од којег ће остати само име
лихвар који ће ме задужити
оружје које убија пре него што се искује
или змија која се вере тамо где јој није место.

© Jovan Zivlak
Audio production: Serbian PEN Centre

L’ÎLE

französisch

la guerre n’a jamais cessé. je me souvenais de l’aube quand
j’avais quitté ma maison. elle était partout. derrière la porte
elle tenait une hache. sur le lit elle a recroquevillé son corps drapé
en peau du loup.
elle ressemblait à un paon qui me regardait soupçonneusement
et se préparait de me becqueter les mains. sur les fenêtres
elle baissait les stores. elle se cachait pour que je ne la voie.
je savais qu’elle a respiré par mon cou
elle a attaché mon souffle et a rendu les choses transparentes
sur lesquelles j’ai consacré ma vue.
elle s’adressait à moi avec mépris :
toi qui mâches le silex tu vas attendre à le regagner.
tu vas apprendre se souvenir ce que tu avais oublié
je suis ta connaissance que tu as prédit éveillé
ce dont tu vas regarder en arrière ce sera l’obscurité
le père qui ne vas pas revenir jamais
la mer duquel la flamme va venir
de laquelle tu vas devenir sourd.
qui est plus fort que la guerre
moi que personne ne demande de rien
l’île duquel ne restera que le nom
un usurier qui va m’endetter
l’arme qui tue avant d’être forgé
ou le serpent qui monte là où il n’appartient pas.

Traduction du serbe par Tanja Pekić et Jean Portante

ГВОЗДЕНЕ ВИЛИЦЕ

serbisch | Jovan Zivlak

Какви су наши градови
каква села.
кућа до куће
путеви непредвидљиви
возила тушта
звукова небројиво.
свака је навика обичај
а обичај разлог за ридање
и кад смртника носе или испраћају
и кад се полиција усред дана окупља у ројеве
и кад се тма описа уредно одлаже
                           у непромочиве кесе.
колико тога има то нико не зна
а негдашње знање ипак беше поузданије
потпис комесара или вишег службеника
прилика која јамчи мудрост која се
                                          не заборавља
њега и данас лове из летилица бацајући
                                                      потернице
људи без имена
жене без страсти
портири без познате приљежности.
њуше се кости и вештачки кукови
снимају руке и гвоздене вилице
и отправљају напред без великих речи.
а кад улицом прођеш на сваком балкону
                                             шачица пророка
неки се успентрају на дрвени сандук само
                                                  да нас надвисе
где год се окренеш свуда су обећања
са екрана довикују да је дан одлуке
да је тренутак који се не пропушта
и да су пронашли видиковац са којег се
                                                 најдаље види.

© Jovan Zivlak
Audio production: Serbian PEN Centre

LES MÂCHOIRES DE FER

französisch

quelles sont nos villes
quels sont nos villages.
maison contre maison
routes imprévisibles
avalanche de véhicules
bruits innombrables
toute habitude est coutume
toute coutume raison pour sangloter
et lorsqu’on porte ou accompagne un mort
et lorsque des essaims de flics se rassemblent en plein jour
et lorsque l’amas de la description se dépose soigneusement dans des sachets imperméables.
nul ne sait combien il y en a
et le savoir de jadis était pourtant plus sûr
la signature du commissaire ou de l’employé responsable
une occasion assure la sagesse qu’on ne peut pas oublier
on le chasse même aujourd’hui en lançant d’en haut des mandats d’arrêt
des hommes sans nom
des femmes sans passion
des portiers sans diligence connue.
on flaire des os et des hanches artificielles
on radiographie des mains et des mâchoires en fer
et  expédie vers l’avant sans grands mots.
et quand tu passes la rue sur chaque balcon une poignée de prophètes
certains grimpent sur un coffre en bois pour se hisser au-dessus de nous
pour nous déverser la vérité d’en haut
des promesses partout
on crie d’écran que c’est le jour de la décision
un moment qui ne doit pas être manqué
et qu’ils ont trouve un belvédère qui permet de voir le plus loin.
si tu t’arrêtes tu ne sais pas combien ça durera
si tu t’assois tu manqueras ton autobus
si tu restes songeur tu oublieras où tu es parti. 

Traduction du serbe par Tanja Pekić et Jean Portante

[beim durchblättern dieser bewerbung]

deutsch | Martina Weber

beim durchblättern dieser bewerbung sind die zentralen motive
verloren gegangen. anders gesagt: farben lösten sich auf. gesichter,
die sich nur noch in wolken zeigen mit ihrem feinen, silbernen rand.

absicht und absichtslosigkeit, alles verschwimmt. ich kann diese ziffern
kaum lesen. ich hätte teilhaben wollen daran, die schuhe in händen,
ohne gewicht. septemberpläne, freiflächen, ein rhythmusgefühl. alles

wie wir. jeder kann etwas aufsagen, aber wie das abendlicht
auf autodächer fällt, ist auch nur aus wörtern gemacht. ein vorwurf
schwebte im raum, nicht wirklich berührbar. so blieben wir

unentschieden, im dunkeln. das schönste in dieser stadt
ist immer der fluss gewesen, sein unruhezustand, ein rauschen.
im abspann tauchten unsere namen schon gar nicht mehr auf.

© Poetenladen
aus: erinnerungen an einen rohstoff
Leipzig: Poetenladen, 2013
Audio production: Haus für Poesie / 2019

[en feuilletant cette candidature]

französisch

en feuilletant cette candidature se sont perdus les motifs centraux. autrement dit : des couleurs se sont dissoutes. visages qui ne se montrent plus qu’en nuages, avec leur délicat bord d’argent.

intention et absence d’intention, tout s’estompe. J’arrive à peine à lire ces chiffres. j’aurais voulu y prendre part, chaussures en main, sans poids. projets de septembre, espaces disponibles, un sentiment de rythme, tout

comme nous. tout le monde peut réciter quelque chose, mais comme tombe la lumière sur des toits des voitures est aussi fait de mots seulement. quelque chose planait dans l’espace, pas vraiment touchable. nous sommes donc demeurés

indécis, dans l’obscurité. le plus beau dans cette ville
ça a toujours été le fleuve, son état d’inquiétude, un bruissement.
dans le générique nos noms n’émergeaient certainement pas.

Traduction: Jean Portante

[kamerafahrt in ein anderes jahrhundert]

deutsch | Martina Weber

kamerafahrt in ein anderes jahrhundert, schwarzweiß. today
the documentary channel presents. um diesmal beim thema zu bleiben:
ein verstimmtes klavier, ein noch unbeschrifteter traum, nichts davon
kontrollierbar. offene und geschlossene linien, die signatur deiner augen
beim plötzlichen wechsel des lichts. kategorien, verrat, die gesetze
der schwerkraft, durch zeitrafferaufnahmen sichtbar gemacht. dabei
die zähne immer sehr weiß, fast blendend, wie alles, was aus
amerika kam. störfaktoren wie drogen und ihre nebenbedeutung
für das ewige zickzack im gleichgewicht der welt. die rote flagge?
ich weiß nicht. ich lösche das ein oder andere adjektiv über dich,
über mich. wir gingen raus und kauften ein brot. eine unkomplizierte
formel. auf nachfrage: diese musik will nichts, nur begleiten.

© Poetenladen
aus: erinnerungen an einen rohstoff
Leipzig: Poetenladen, 2013
Audio production: Haus für Poesie / 2019

[trajet en caméra dans un autre siècle]

französisch

trajet en caméra dans un autre siècle. noir et blanc. today
the documentary channel presents 
: pour rester cette fois-ci dans le thème : un piano désaccordé, un rêve encore non étiqueté, rien de contrôlable dans tout ça. lignes ouvertes et fermées, la signature de tes yeux lors du changement soudain de lumière. catégories, trahison, les lois de la gravitation rendues visibles par des prises en accéléré. avec ça les dents toujours toutes blanches, presque éblouissantes, comme tout ce qui venait d’amérique. facteurs perturbateurs comme les drogues et leur connotation du zigzag éternel dans l’équilibre du monde. la bannière rouge ? je ne sais pas. j’efface l’un ou l’autre adjectif au sujet de toi, de moi. nous sommes sortis et avons acheté un pain. une formule facile. sur demande : cette musique ne veut rien, seulement accompagner.

Traduction: Jean Portante

[Stenographie, Seismograph]

deutsch | Martina Weber

Stenographie, Seismograph, dieses Land schwimmt davon.

Ein ausgeleuchtetes Meer, nur die Flaschenpost segelt vorbei.

Hier ist dein Fahrschein. Zwischen uns eine Hecke oder ein

Drahtzaun (ich kann das nicht übersetzen), geflüstertes Licht.

Schnittmuster, grau, Morsezeichen wie verwaschene Ziffern. Es

gibt eine Grenze. Ich hatte ein bisschen herumgekritzelt, auf

diesem Papier, um etwas wiederzufinden. Die Wörter nicht

unterschätzen, aber es geht nicht um Wörter. Es ist eine kaum

beweisbare Wanderbewegung. Zieh deine Schuhe an, geh

weiter als über Asphalt, setz dich ruhig auf den Plastikstuhl, der

einmal zu einem Café gehörte und den die Nachmittagssonne

jetzt direkt beleuchtet. Es gibt keine Grenze, vielleicht. Der Titel

heißt: Die Autonauten gelangen ans offene Meer und diskutieren

über die Fortsetzung ihrer Erzählung. (Die Zahlen bedeuten nichts.)

© Poetenladen Verlag
aus: Häuser, komplett aus Licht
Audio production: Haus für Poesie / 2019

[Sténographie, Sismographe]

französisch

Sténographie, Sismographe, ce pays s’en va à la dérive.
Une mer éclairée, seul le message dans la bouteille passe. Voici ton billet de transport. Entre nous une haie ou une clôture en fil de fer (je ne sais pas traduire cela), lumière chuchotée. Modèle de coupe, gris, signaux en morse comme chiffres délavés. Il y a une frontière. J’avais gribouillé çà et là, sur ce papier, pour retrouver quelque chose. Ne pas sous-estimer les mots, mais il n’est pas question de mots. C’est un mouvement migratoire à peine vérifiable. Enfile tes chaussures, marche plus loin que sur de l’asphalte, assieds-toi sans problèmes sur la chaise en plastique qui faisait autrefois partie d’un café et que le soleil de l’après-midi éclaire directement désormais. Il n’y a pas de frontière, peut-être. Le titre dit : les autonautes arrivent au large et discutent de la suite de leur récit. (Les nombres ne signifient rien.)

Traduction: Jean Portante

[jetzt, da die letzten bilder verschwunden sind]

deutsch | Martina Weber

jetzt, da die letzten bilder verschwunden sind, atmen wir
einfach weiter, die abstufungen der dunkelheit und deine
und meine leise gesprochenen worte in decken gewickelt.

alles, was uns umgibt, hat mit uns zu tun. die zahlenverhältnisse
im universum. willkür, wie zeichen. kein spiel: die vorbereitung
einer bewegung. ein paar übrig gebliebene tiere
scharren irgendwo unten im laub. eine einfache wirklichkeit.

das schenke ich dir. die plötzlich verstummende landschaft.
die auf dem boden ausgeschüttete angst. ich werde nichts fragen.
es spielt keine rolle, was jemand sagt.

© Poetenladen
aus: erinnerungen an einen rohstoff
Leipzig: Poetenladen, 2013
Audio production: Haus für Poesie / 2019

[à présent que les dernières images ont disparu]

französisch

à présent que les dernières images ont disparu, nous continuons
simplement de respirer, les gradations de l’obscurité et tes mots
et les miens prononcés à voix basse, enveloppés dans des couvertures.

tout ce qui nous entoure a à voir avec nous. les proportions numériques
dans l’univers. arbitraires, comme des signes. pas un jeu : la préparation
d’un mouvement. quelques animaux qui restent
grattent quelque part au-dessous du feuillage. une simple réalité.

je t’en fais cadeau. le paysage qui soudain se tait.
la peur vidée sur le sol. je ne demanderai rien.
ça ne joue aucun rôle, ce qu’on dit.

Traduction: Jean Portante

Vikatitera

estnisch | Carolina Pihelgas

Mina ei tea, kellelt ma pärisin
silmad – pudikeelsetelt taevatähtedelt
või vikatiteralt. Olen lihtne
nagu tuules murdunud viljakõrs,
tühi nagu teokarp, mis mäletab endist elu.
Ihu vastas ämblikuvõrgu koorem, see
tihe hele lõng, päevade lai lävepakk.
Minu vaikus on õhtuse kodutänava
vaikus – nagu tol tuhmil tänavalambilgi,
mida laps nimetab jonnakalt kuuks.

© Carolina Pihelgas
aus: Pimeduse pisiasjad
Tartu: Kaksikhammas, 2017
Audio production: Eesti Kirjanduse Teabekeskus [Estonian Literature Centre]

Hoja de guadañ

spanisch

No se de quién heredé
los ojos – de estrellas ceceosas
o de la hoja de la guadaña. Soy sencilla
como un tallo mojado en el viento, vacía como
una concha que se acuerda de su vida anterior.
Carga de telaraña contra el cuerpo, este grueso
hilo ligero, ancho umbral de los días.
Mi silencio es el silencio de la calle de mi casa
en la noche – igual al de la farola borrosa
que un niño llama obstinadamente luna.

Traducción del estonio por Jean Portante y la autora

joggen im vondelpark

deutsch | Michael Speier

feinmalerei: januarmorgen mit sprühregen
aquarien die schuhe, licht-brüche, radlerinnen
blühen (sehn so vermeer-mädchen aus?), ein gelb
dem 17. jahrhundert geschuldet, spezieller grünton der die
hautpartien bestimmt, und das aus lapislazuli gewonnene
teure ultramarin, sein luxurierender gebrauch, da war noch
der einigermassen unbeholfne schal, ihr auftritt
auf meiner persönlichen altmeister-auktion blieb
unzugeschlagen, durchsichtig die völlig entlaubten bäume

© Aphaia Verlag
aus: welt/raum/reisen
Berlin: Aphaia Verlag, 2007
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2012

jogging au parc vondel

französisch

peinture fine : matin de janvier avec bruine
aquariums les chaussures, brisures de lumière, filles à vélo
qui fleurissent (est-ce à cela que ressemblent les filles de vermeer?), un jaune
dû au 17e siècle, tonalité verte spéciale déterminant
les parties principales, et le bleu outremer si cher
extrait du lapis-lazuli, son utilisation luxurieuse, et il y avait encore
l’écharpe un tantinet maladroite, son entrée
dans ma vente aux enchères personnelle de vieux maîtres est restée
sans être adjugée, transparents les arbres entièrement effeuillés

Traduction: Jean Portante

der moment wo meer und haut sich trafen

deutsch | Michael Speier

fanden uns auf dem rücken des wals
später schlägt unruhig der schwanz
der dogge an den küchentisch

die katze ist auch schon da
die tödliche blume
schwankt im fenster
niemand trocknet den schweiss
des vertobten nachmittags

rauch der sterne
krümelt das gesicht
wo du mich berührst
war noch keiner
nicht mal ich

© Aphaia Verlag
aus: welt/raum/reisen
Berlin: Aphaia Verlag, 2007
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2012

le moment où mer et peau se sont rencontrés

französisch

nous nous trouvions sur le dos de la baleine
plus tard inquiète la queue des dogues
se cogne à la table de cuisine

le chat est déjà là lui aussi
la fleur mortelle
vacille dans la fenêtre
personne ne sèche la sueur
de l’après-midi en rage

la fumée des étoiles
émiette le visage
là où tu me touches
personne n’a été
même pas moi

Traduction: Jean Portante

wolken

deutsch | Michael Speier

sicher dass das das jahrhundert der wolken ist?
ihre oberflächen so rätselhaft
wie ihr taktieren gegen die fliehkräfte
lockerer wechsel von zeit und möglichkeit
du siehst sie aus den elendsquartieren
der economy class in vorbeigleitenden zügen  
oder von der president‘s lounge wo man duscht
und drinks nichts kosten, denkst wolken
 - entstanden, schon verschollen -
in denen du deine depression badest
wenn die himmel schließen, wolken
birnenförmig oder wie mauern
in szene gesetzt, fraktal oder gutgelaunt
nicht fixiert aufs fixieren flüchtige
balance zwischen zerstäubung
und zentrierung (wie das ich) wie dateien
die man nicht wiederherstellen kann
wie die zeit zwischen copy & past

© Aphaia Verlag
aus: haupt/ stadt/ studio
Aphaia Verlag, 2012
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin, 2012

nuages

französisch

sûr que c’est ça le siècle des nuages?
si énigmatiques leurs surfaces
comme leurs tactiqueries contre les forces centrifuges
lâche alternance de temps et de possibilité
tu les vois depuis les bidonvilles
de l’economy class dans des trains qui passent
ou de la president’s lounge avec ses douches
et ses boissons gratuites, tu imagines des nuages
– à peine formés, déjà disparus –
dans lesquels tu baignes ta dépression
quand les ciels ferment, des nuages
en forme de poires ou mis en scène
comme des murs, fractals ou de bonne humeur
pas fixés sur la fixation balance
volatile entre pulvérisation
et recentrage (comme le moi) comme des fichiers
qu’on ne peut pas rétablir
comme le temps entre copy & past

Traduction: Jean Portante

Trabajar cansa

spanisch | Daniel Samoilovich

Permanecer inmóvil por la tarde
en el aire entre las altas rosas
requiere exactitud, concentración:
también el picaflor llega a cansarse.
Se prende de las matas bajas,
las inclina hasta el piso
y queda panza arriba, borracho,
agarrado a su dalia.

© Daniel Samoilovich
aus: La ansiedad perfecta
Buenos Aires: De la Flor, 1991
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2009

Travailler fatigue

französisch

Rester immobile dans l'après-midi
dans l'air entre les hautes roses
requiert de l'exactitude, de la concentration:
même le colibri finit par se fatiguer.
Il s'agrippe aux plantes basses, les incline vers le sol
et reste le ventre en l'air, ivre,
accroché à son dahlia.

Traduit par Jean Portante

Porto dos Ossos

spanisch | Daniel Samoilovich

La angustia del amor te aprieta la garganta
como si nunca más fueras a ser amado.
Apollinaire

¿Pero cómo se hará de noche si la sombra
no sabe qué hacer contra el pulido
azul de la bahía?
Los cascos de los barcos ya están negros
y el cielo rayado de mástiles negros
y el agua todavía resplandece.
En el bar, siluetas
que la tarde cortó de su papel plateado
toman whisky y murmuran
en media docena de lenguas. Y tu botella
se va poniendo igual a todas las botellas;
ya no es posible leer las etiquetas.
¿Pero cómo se hará de noche
si la noche vacila
ante el escudo azul de la bahía?
Alguien tal vez venga nadando
de los barcos, y por la estela negra
que dejen sus brazadas invisibles
entre la noche al mar. Entonces sí,
antes que llegue el nadador
será de noche y se habrá abierto
la mano que en un puño tu corazón tenía.

© Daniel Samoilovich
aus: La ansiedad perfecta
Buenos Aires: De la Flor, 1991
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2009

Porto Dos Ossos

französisch

L’angoisse de l’amour te serre le gosier
                                                Comme si tu ne devais jamais plus être aimé
                                                                                                Apollinaire

Mais comment fera-t-on de nuit si l'ombre
ne sait quoi faire contre le bleu
poli de la baie?
Les coques des navires sont déjà noires
et le ciel rayé de mâts noirs
et l'eau resplendit encore.
Dans le bar, des silhouettes
que le soir a découpées dans son papier argenté
boivent du whisky et murmurent
en une demi-douzaine de langues. Et ta bouteille
commence à ressembler à toutes les bouteilles;
il n'est déjà plus possible de lire les étiquettes.
Mais comment fera-t-on de nuit
si la nuit vacille
devant le bouclier bleu de la baie?
Il se peut que quelqu'un arrive à la nage
depuis les bateaux, et par la stèle noire
que laissent ses brassées  invisibles
entre la nuit et la mer. Alors oui,
avant que n'arrive le nageur
il fera nuit et se sera ouverte
la main qui dans un poing ton coeur tenait.

Traduit par Jean Portante

Piso alto

spanisch | Daniel Samoilovich

Tengo miedo, dijiste, no hizo falta
que explicaras de qué.
Entonces yo debo haber hablado de la muerte
porque recuerdo citas, un par
de escritores de lengua alemana,
un proverbio italiano, rimado,
Horacio, Catulo y quién sabe
qué más. En mi recuerdo hablo
sin dudar, como leyendo en voz alta,
o como si alguien hablara por mí
mientras yo me sustraigo a tu atención
para pensar en otra cosa.
Nuestra ropa tirada por el piso
es una colección de excéntricos cadáveres,
rojos, verdes y grises, ahí
donde un asesino los dejó; y se escucha,
abajo, afuera, patinar
los autos en la calle mojada.

© Daniel Samoilovich
aus: Superficies iluminadas
Madrid: Hiperión, 1996
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2009

Etage du haut

französisch

J'ai peur, as-tu dit, il n'y avait pas besoin
d'expliquer de quoi.
J'ai donc dû avoir parlé de la mort
parce que je me souviens de citations, une paire
d'écrivains de langue allemande, rimé,
un proverbe italien, Horace, Catulle et qui sait
quoi encore. Dans mon souvenir je parle
sans douter, comme  si je lisais à voix haute,
ou comme si quelqu'un parlait par moi
pendant que je me soustrais à ton attention
pour penser à autre chose.
Nos vêtements  gisent par terre,
une collection de cadavres excentriques,
rouges, verts et gris, là
où un assassin les a laissés; et on entend,
en bas, dehors, les voitures
qui dérapent sur la chaussée mouillée.

Traduit par Jean Portante

Lo que dijo el taxista
de Neuquén a Cipolletti

spanisch | Daniel Samoilovich

"Ahí tiene, por ejemplo, al tamarisco,
no sirve para nada, lo traería
algún tarado, vaya uno a saber
pensando qué, ni para leña sirve."
Pero la mole negra junto al río
tiembla de orgullo:
con sus negras espinas retorcidas
se burla de la tarde que se muere,
de todos los suaves
pensamientos de este mundo, y también
de los fuertes: de lo útil y lo inútil
se burla y es más firme
su divisa que la nuestra:
Ni para leña del hogar
ni de la hoguera sirvo
.

© Daniel Samoilovich
aus: Superficies iluminadas
Madrid: Hiperión, 1996
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2009

Ce qu'a dit le chauffeur de taxi
de Neuquén à Cipolletti

französisch

«Voilà, par exemple, le tamaris,
il ne sert à rien, l'a sans doute amené
un toqué, qui sait, et dire
qu'il ne sert même pas comme bois.»
Mais la masse noire près de la rivière
tremble d'orgueil:
de ses épines noires tordues
elle se moque de l'après-midi qui meurt,
de toutes les douces
pensées de ce monde, et aussi
des fortes: de l'utile et de l'inutile
se moque-t-elle, et elle est plus solide
que la nôtre sa devise:
Je ne sers ni de bois
de foyer ni de bûcher.

Traduit par Jean Portante

La sombra de mi mano derecha
Es una mano izquierda

spanisch | Daniel Samoilovich

lo que escribo
alguien lo escribe desde dentro del papel,
la punta de su lápiz contra el mío.
Me gustaría saber qué piensa ése.
Me gustaría saber cómo es que suenan
esos versos que corren al revés
rumbo al Oeste de un mundo inclinado.

© Daniel Samoilovich
aus: Superficies iluminadas
Madrid: Hiperión, 1996
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2009

L'ombre de ma main droite
est une main gauche

französisch

- ce que j'écris
quelqu'un l'écrit depuis l'intérieur du papier,
la pointe de son crayon contre le mien.
J'aimerais savoir ce qu'il pense lui.
J'aimerais savoir à quoi ressemblent
ces vers qui courent à l'envers
vers l'Ouest d'un monde incliné

Traduit par Jean Portante

El huet-huet

spanisch | Daniel Samoilovich

La memoria, pensada como lluvia,
y la lluvia como cristal de aumento
sobre la letra apretada del paisaje.
O si no, el rumor del verso, dicho
con voz áspera aunque no audible
tras la pantalla de la mano izquierda
alargando las sílabas tónicas —acentos
sobre el trébol ya mojado, sobre
las piedritas del camino.
Transparencia; pero también
convexidad en el borde de las gotas:
como si el mundo en sus extremos tendiera
a ponerse de perfil, el placer
en su límite a la agonía.
Y a través de esa lluvia sin rachas
inverosímil en su perfección
cruza el parque, sonámbulo, el huet-huet.

© Daniel Samoilovich
aus: Superficies iluminadas
Madrid: Hiperión, 1996
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2007

Le huet-huet

französisch

La mémoire, pensée en tant que pluie,
et la pluie en tant que verre amplifiant
sur l'écriture serrée du paysage.
Ou sinon, le bruit du vers, dit
d'une voix âpre bien qu'inaudible
à travers l'écran de la main gauche
allongeant les syllabes toniques - accents
sur le trèfle déjà mouillé, sur
les cailloux du chemin.
Transparence: mais également
convexité au bord des gouttes:
comme si le monde à ses extrémités avait
tendance à se mettre de profil, le plaisir
dans ses limites à l'agonie.
Et à travers cette pluie sans rafales
invraisemblable dans sa perfection
traverse le parc, somnambule, le huet-huet.

Traduit par Jean Portante

Casuarinas

spanisch | Daniel Samoilovich

Acostumbradas al rumor de sus ramas,
al aleteo de los pájaros,
al pico que perfora la corteza
persiguiendo un gusano,
las casuarinas no pueden creer
que esa otra bestia, el río, baje silencioso.
Más bien piensan que están un poco sordas
y se inclinan para escuchar mejor
y muchas veces este error las pierde.

© Daniel Samoilovich
aus: El Mago
Buenos Aires: De la Flor, 1984
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2009

Les casuarinas

französisch

Habituées au bruit de leurs branches,
au battement d'aile des oiseaux,
au bec qui transperce l'écorce
à la poursuite d'un ver,
les casuarinas ne peuvent pas croire
que cette autre bête, la rivière, descende en silence.
Elles pensent plutôt qu'elles sont un peu sourdes
et elles se penchent pour mieux écouter
et souvent cette erreur les perd.

Traduit par Jean Portante