Vanda Mikšić 
ÜbersetzerIn

auf Lyrikline: 37 Gedichte übersetzt

aus: kroatisch nach: französisch

Original

Übersetzung

H.P.

kroatisch | Tomica Bajsić

x

Bahia. Zlatousta čeka na plavom prozoru.
Jutros je zapalila svijeću van vjetra
U rupi u pješčanom zidu među
Oštrim bridovima, algama, otplavinama.
Pustila je stručak cvjetova u vodu
(Trik iz Salvadora)
Da vidi hoće li ga more vratiti.
Ali nije.

(Mreža za spavanje na trijemu je prazna, to je njegova mreža.)

Umjesto njega na vrhu vala su došla djeca, dar pjene, male
Crne točke u dugačkom popodnevu. U njihovim dječjim očima
Rebra slomljenih ribarskih čamaca
Postaju rebra nasukanih kitova. Atlantik sijeva

U stablima eukaliptusa.

            xx

Kiša. Limeni oblaci lutaju zemljom. Trava uranja u ocean.
Voda se diže preko kotača automobila. Stajem na pola puta.
Red zemljanih koliba u jarku. Ispred kantine bilijarski stol sa
stolicom umjesto jedne noge. Magarac vezan uz stup i
zaboravljen. SEVEN-UP. Svjetlost se prima za vrhove drveća.
Zatvaram prozore. Mašina pušta paru. Kiša odnosi granje i šiblje.
Voda vri. Horizont nestaje. Lava nadire iz skrivenih bunara.
Radio se gasi. Brazil šuti.
Brazil je svijetložuta pukotina u mutnom nebu,
koridor za ptice.

Brazil su njegovi ljudi od crne tinte.
Uskoro, ova će cesta postati rijeka koja će se spojiti s morem,
Voda će se uliti u vodu i razlike će nestati.

            xxx

Tvoj mornar je mrtav, Zlatousta.
Vidio sam ga noćas u dva sata ujutro. Stajao je sam
Na palubi broda upravljenog za Argentinu i pio iz boce.
Njegove oči su na crno-bijeloj fotografiji izgledale neprobojno,
Prkos ih je učinio fluorescentnima.
Zadignuo je ovratnik na kaputu, trudio se djelovati opasno
Ali vidjelo se da je blag i plemenit.

U ruci je držao koncem u križ opšiveni crveni
Kvadratić na kojem piše XANGÔ ili nešto slično.
“Gringova macumba”, rekao je i nestao.

© Tomica Bajsić
aus: Južni križ
Goranovo proljeće, 1998
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

H. P.

französisch

x

Bahia. Bouche dorée attend à la fenêtre bleue.
Ce matin elle a allumé une bougie à l’abri du vent
Dans un trou du mur de sable parmi
Des arêtes affilées, des algues, des dépôts marins.
Elle a posé une gerbe de fleurs dans l’eau
(Une ruse de Salvador)
Pour voir si la mer la rendrait.
Mais non.

(Le hamac sur le véranda est vide, c’est son hamac.)

A sa place, sur la crête de l’onde sont arrivés les enfants, cadeau de l’écume, de petits
Points noirs dans un long après-midi. Dans leurs yeux enfantins
Des côtes cassées des barques de pêcheurs
Deviennent des côtes des baleines échouées. L’Atlantique éclate

Dans les arbres d’eucalyptus.

xx

Il pleut. Des nuages en tôle traînent sur la terre. L’herbe plonge dans l’océan.
L’eau monte au-dessus des roues d’automobiles. Je m’arrête à mi-chemin.
Une file de huttes en torchis dans le fossé. Devant la cantine une table de billard
avec une Chaise à la place d’un pied. Un âne attaché au poteau et oublié.SEVEN-UP.
La Lumière se dépose sur les pointes des arbres. Je ferme les fenêtres. La vapeur
sort de la machine. La pluie emporte des branches et des broussailles. L’eau bout.
L’horizon disparaît. La lave remonte des puits
cachés. La radio s’éteint. Le Brésil se tait.
Le Brésil est une fente jaune clair dans le ciel opaque,
un couloir pour les oiseaux.

Le Brésil sont ses gens en encre noire.
Prochainement, cette route deviendra un fleuve qui se jettera dans la mer,
L’eau se déversera dans l’eau et la différence se diluera.

xxx

Ton marin est mort, Bouche dorée.
Je l’ai vu cette nuit à deux heures du matin. Il était seul
Sur le pont du bateau dirigé vers l’Argentine et vidait une bouteille.
Sur la photo en noir et blanc, ses yeux avait l’air impénétrable,
L’obstination les a rendus fluorescents.
Il a levé le col de son manteau, il voulait se donner un air dangereux
Mais on voyait qu’il était doux et généreux.

Dans sa main il tenait un petit carré rouge ourlé par un
point chausson. Dessus l’inscription XANGÔ ou quelque chose comme ça.
« Macumba de Gringo », a-t-il dit avant de disparaître.

Traduit par Brankica Radić & Vanda Mikšić

VESLO JE PROŠLO KROZ VODU U KOVITU CRNIH LEDENIH IGLICA

kroatisch | Tomica Bajsić

Ušao sam u sobu i našao te kako spavaš
tako nepomična da mi se učinilo kao da si mrtva.
Da živimo i dvjesto godina uvijek bi ostalo stvari
koje nismo stigli reći jedno drugom.

© Tomica Bajsić
aus: Južni križ
Goranovo proljeće, 1998
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

LA RAME A PARCOURU L’EAU DANS UN TOURBILLON D’AIGUILLES NOIRES ET GLACÉES

französisch

Je suis entré dans la chambre et je t’ai trouvée endormie
et si immobile que j’ai cru te voir morte.
Même si nous vivions deux cent ans, il resterait toujours des choses
que nous n’avons pas eu le temps de nous dire.

Traduit par Brankica Radić & Vanda Mikšić

APOKRIFI O TITU

kroatisch | Tomica Bajsić

Tito glođe svinjsku glavu na tavanu
jednim okom vreba ulicu da ga roditelji ne uhvate
baš me briga / misli / pobjeći ću biciklom

Tito ilegalno u bečkom tramvaju
obukao je svoje najbolje sivo odijelo
misli: što sam ja gori od tih studenata?

Tito je Walter / John Smith / Fantomas / Caspar
Hauser / Howard Hughes / Tito je alias / alias je Tito
koliko imam imena / divi se Tito sam sebi

Tito jaši Romanijom
iza njega starina Nazor posrće kroz snijeg
Vladimire Vladimire / misli Tito dobrohotno

Tito maše okupljenoj djeci iz Mercedesa
crvene marame im vezane kao omčice oko vrata / i sunce
će se jednom ugasiti / misli Tito filozofski

Tito je elegantan u smrti
spisak neutješnih po abecednom redu:
akrobati u cirkusu / činovnici / djelatnici
Instituta za historiju radničkog pokreta /
engleska kraljica / filmski radnici / hipiji /
Ilich Ramirez Sanchez a.k.a. Carlos / krojači /
kubanska industrija cigara / lijepe žene /
ljudi koji nose brkove / medvjedi nosorozi lavovi /
nastavnici u osnovnim školama / nogometaši /
oficiri iz vatrogasnih domova / odlični učenici /
operni pjevači / povijesne ličnosti / predsjednici

ribičkih društava / prodavač kukuruza na radnom
mjestu br. 7 / punkeri / rezervni milicioneri /
Sai Baba / šahisti / šefovi kućnih savjeta /
umirovljeni stariji vodnici / zeleni
Tito se opet pojavio u balonu iznad istočne Afrike
spušta dalekozor na krdo zebri
prugasti đavli / misli Tito / svi su isti

Tito kaže NE Staljinu a Staljin
njemu baš me briga / ko te jebe
umiješ li računati?
imam ih dvadesetjednu tisuću osamstopedesetšest
umrvljenih u lišće Katynske šume / imam ih tristo tisuća
zakopanih krišom
imam ih deset milijuna likvidiranih likvidacijama
imam sve njihove papire / fotografije njihove djece / pisma puna
neopravdanog optimizma / njihove olovke / sitan novac
imam ih sve čitko provedene kroz knjige

© Tomica Bajsić
aus: Južni križ
Goranovo proljeće, 1998
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

APOCRYPHES SUR TITO

französisch

Tito dans le grenier cure la tête d’un cochon
d’un œil furtif surveille la rue pour ne pas être surpris par les parents
je m’en fous / pense-t-il / je m’échapperai en vélo


Tito clandestin dans un tramway à Vienne
a mis son meilleur costume gris
il pense : pourquoi serais-je pire que ces étudiants ?

don’t marry her
marry me

Tito est Walter / John Smith / Fantômas / Caspar
Hauser / Howard Hughes / Tito est alias / alias est Tito
j’ai tant de noms / Tito s’admire

don’t marry her
marry me

Tito traverse à cheval la Romania
derrière lui le vieux Nazor chancelle dans la neige
Vladimir Vladimir / pense Tito bienveillant

Tito de sa Mercedes salue les enfants rassemblés
des foulards rouges autour de leurs cous comme de petits nœuds coulants / même
                                                                                                            le soleil
s’éteindra un jour / pense Tito en philosophe

Tito est élégant dans sa mort
la liste des inconsolables par ordre alphabétique :
acrobates du cirque / fonctionnaires / employés
de l’Institut d’histoire du mouvement ouvrier /
reine d’Angleterre / cinéastes / hippies /
Ilich Ramirez Sanchez a.k.a. Carlos / couturiers /
industrie cubaine de cigares / belles femmes /
hommes moustachus / ours rhinocéros lions/
instituteurs d’école primaire / footballeurs /
officiers pompiers / meilleurs élèves /
chanteurs d’opéras / personnages historiques / présidents
des clubs de pêcheurs / vendeur de maïs au poste
n° 7 / punks / policiers de réserve /
Saï Baba / joueurs d’échec / présidents de conseil d’immeuble /
lieutenants retraités / verts

Tito est réapparu en montgolfière au-dessus de l’Afrique de l’Est
il baisse ses jumelles vers un troupeau de zèbres
diables aux rayures / pense Tito / ils sont tous pareils

don’t marry her
marry me

Tito dit NON à Staline et Staline
répond je m’en fous / vas te faire foutre
sais-tu compter ?
j’en ai vingt et un mille huit cent cinquante six
réduits en feuilles dans la forêt de Katyn / j’en ai trois cent milles
enterrés secrètement
j’en ai dix millions de liquidés dans les liquidations
j’ai tous leurs papiers / photos de leurs enfants / lettres remplies
d’optimisme injustifié / leurs stylos / monnaie
je les ai tous bien inscrits sur les registres

Traduit par Brankica Radić & Vanda Mikšić

U KRUGOVIMA

kroatisch | Tomica Bajsić

čovjek hoda mirnije prema noći
                                                       koji u svom srcu nosi mnoge ponoći
                                                                                        Edvin Rolfe

kojiput mi se čini da živim posuđeno vrijeme
moji prijatelji mrtvi rasuti po grobljima
izbrisani s ploče nijedan nije dohvatio tridesetu
ti ljudi s kojima sam dijelio kruh
spavao u istim bunkerima hodao kroz istu
travu i noć penjao se na tenkovima i padao
licem u zemlju pritisnut mecima i granatama
(o slatka mirna zemlja koja poznaješ naše molitve)
njihovi duhovi sada dolaze u posljednjim glasovima:
ima li još soka? pita jedan koji će poginuti napadajući
čuvaj mi brata kaže drugi koga će ubiti tenk
treći se pokušava sjetiti tko je i odakle dolazi
dok mu se mozak polako gasi (pogođen je u glavu)
što ima tamo? pita četvrti i steže čašu bevande
pogleda uprtog u brda u kojima ga čeka zasjeda
a peti šuti ali njegove oči mogu reći:
                                   smrt.

kojiput mi se čini da sam prekinuo lanac
probudim se u noći bez zraka kroz
otvoreni prozor šumi četrnaest katova
(iz drvenih sanduka penje se miris spaljenog mesa)
Krist Iskupitelj je uvijek svježa rana u crnim oblacima
električne krijesnice jurcaju i proklinju i slave
vrijeme kada su se svinje hranile ljudima
ima dolje jedna kuća koja je prije sto godina bila plava
a sada nema krova i prozori su joj otvorene duplje
iznutra je ruševina ali čudno noću oživi
zaboravljeni balkoni pune se cvijećem i svjetlošću
okrugle crnkinje u turbanima naslanjaju se na
zahrđalu ogradu i mali odjeci njihova razgovora
šapuću da je tristo tisuća ljudi mrtvo na onim poljima
gdje su moje čizme ostale bez đonova
gdje su moje oči potonule u blato svemira a
srce mi je kao željezno uže otkinuto od sidra
prozviždalo kroz zrak u slijepim krugovima:
                                                bez cilja, bez cilja.

© Tomica Bajsić
aus: Južni križ
Goranovo proljeće, 1998
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

EN RONDS

französisch

                       l’homme qui dans son cœur porte de nombreux minuits
                       marche plus calme vers la nuit
– Edwin Rolfe

parfois il me semble vivre un temps emprunté
mes amis morts épars dans des cimetières
effacés du tableau aucun n’a atteint la trentaine
ces hommes avec qui je partageais le pain
dormais dans les mêmes bunkers marchais dans la même
herbe dans la même nuit montais les chars et tombais
le visage dans la terre écrasé par les balles et les obus
(ô terre douce et paisible qui connais nos prières)
leurs esprits viennent à présent dans les dernières voix :
y a-t-il encore du jus ? me demande celui qui mourra lors de l’attaque
prends soin de mon frère dit l’autre qui sera tué par un char
le troisième tente de se rappeler qui il est et d’où il vient
lorsque son cerveau s’éteint doucement (il a été touché à la tête)
qu’est-ce qu’il y a là-bas ? demande le quatrième qui serre son verre de vin
les yeux fixés dans les montagnes où l’attend une embuscade
et le cinquième se tait tandis que ses yeux racontent :
                                                                 la mort.


parfois il me semble avoir rompu la chaîne
je me réveille la nuit manquant d’air par
la fenêtre ouverte bruissent quatorze étages
(des caisses en bois remonte l’odeur de la chair brûlée)
le Christ Rédempteur est toujours une plaie fraîche dans les nuages noirs
des lucioles électriques se précipitent et maudissent et glorifient
le temps où les cochons se nourrissaient de gens
là-bas il y a une maison qui était bleue il y a cent ans
à présent elle n’a pas de toit et ses fenêtres sont des orbites ouvertes
à l’intérieur c’est une ruine mais curieusement la nuit elle s’anime
les balcons oubliés se remplissent de fleurs et de lumière
des femmes noires et rondes aux turbans s’accoudent sur
la balustrade rouillée et de petits échos de leur conversation
susurrent que trois cent mille hommes sont morts sur ces champs-là
où mes bottes sont restées sans semelles
où mes yeux ont sombré dans la boue de l’univers et
mon cœur telle une corde arrachée de l’ancre
a volé en l’air sifflant en ronds aveugles :
                                     sans but, sans but.

traduit par Brankica Radić & Vanda Mikšić

jednom sam se ipak uspjela zaljubiti...

kroatisch | Olja Savičević Ivančević

jednom sam se ipak uspjela zaljubiti, pričala je žena na palubi neznancima. toliko me jako volio da mi je izbio dušu. da mi je izvadio oči i dah i zube. i odnio ih doma svojoj pravoj djevojci.
zakopaj ovo u najtajnije dvorište. ono nad kojim ćemo podizati kuće i djecu. zakopaj ovo u najtajnije dvorište, spasi me.

al ljubav uvijek iskopa neki pas.

© Olja Savičević Ivančević

j´ai tout de même réussi à tomber amoureuse une fois...

französisch

j´ai tout de même réussi à tomber amoureuse une fois, racontait une femme à des inconnus sur le pont du bateau. il m´a aimé si fort qu´il m´a extirpé l'âme. qu´il m'a arraché les yeux, le souffle et les dents. et les a emportés chez lui, à sa vraie petite-amie. enterre ça dans la cour la plus secrète. celle où l´on élevera nos maisons et nos enfants. enterre ça dans la cour la plus secrète, sauve-moi.

mais l´amour est toujours déterré par un chien.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

ti hodaš na glavi...

kroatisch | Olja Savičević Ivančević

ti hodaš na glavi. rekli su joj. izmišljaš. o čemu ti pričaš. jednoga dana ćeš poludjeti.
pođi tamo. popni se na vrh uzbrdice. skotrljaj nam dvije tri dinje. skotrljaj nam dvije tri svinjske glave. unučiće pelinkovca. a onda svoj smijeh.
njena gola leđa lelujaju uzvodno u omari srpnja.
tamni dečko s očima koje skakuću s očima koje žmirkaju s takvim nemirnim očima reže joj bijeli kruh na pola. siječe joj kvarat bijelog trbuha.
ja sam iz drugog grada kaže njemu. iz sasvim drugog grada. ja sam ona koja te čeka kad staviš lokot na vrata dućana. ona koja te čeka pokraj govornice u toj pjesmi koju ćeš napisati.
ti si dijete. veli mladić s očima koje skakuću. ti ništa ne znaš o ovakvom muškarcu koji stavlja lokot na vrata radnje, a onda okupan mirisima u svirepost večeri silazi ližući bolne usne žena. ja sam neznani junak dana.
znam, nasmijala se kao da zna. i istresla na pult nekoliko dragocjenosti.

© Olja Savičević Ivančević

tu marches sur la tête...

französisch

tu marches sur la tête. lui dit-on. tu inventes. de quoi parles-tu. un jour tu vas perdre la raison. vas là-bas. monte au sommet de cette côte. fais-nous rouler deux ou trois melons, deux ou trois têtes de cochon. des verres de vermouth. puis ton rire.
son dos nu ondoie en amont dans la canicule de juillet.
un garçon bronzé aux yeux qui sautillent aux yeux qui clignotent aux yeux si agités lui coupe un pain blanc en deux. il lui coupe un quart de ventre blanc.
je viens d´une autre ville, lui dit-elle. d´une ville tout-à-fait autre. je suis celle qui t´attend au moment où tu mets le cadenas sur la porte de l´épicerie. celle qui t´attend près de la cabine téléphonique dans ce poème que tu vas écrire.
tu es une enfant. dit le jeune homme aux yeux qui sautillent. tu ne sais rien d´un tel homme qui met le cadenas sur la porte de l´épicerie, et qui imprégné d´odeurs descend ensuite vers la cruauté de la soirée, en léchant les lèvres douloureuses des femmes. je suis le héros inconnu du jour.
je sais, sourit-elle comme si elle savait. puis déverse quelques objets précieux sur le comptoir.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

imati tako malo tijelo...

kroatisch | Olja Savičević Ivančević

imati tako malo tijelo, ponekad je praktično. i ladica može poslužiti kao sklonište. svugdje možeš spremati takvo tijelo.
u ormaru ga stavi u očev džep i pronaći ćeš ljute bombone i mrve duhana ili se popni uz svileni rukav i ostani u mekoći haljine, u oporosti znoja i parfema dok se ne začuje: ručak!
ukradi jednu kuglicu naftalina.
dvije naguraj u nosnice ormarskom patuljku koji ti pipa pupak.

© Olja Savičević Ivančević

avoir un corps si menu...

französisch

avoir un corps si menu, c´est pratique parfois. même un tiroir peut servir d´abri. un corps pareil, tu peux le ranger partout.
si dans l´armoire tu le mets dans la poche de ton père, tu y trouveras des bonbons qui piquent ou des miettes de tabac ; sinon, grimpe le long d´une manche de soie et reste dans la douceur d´une robe, dans l´âpreté de la sueur et du parfum, jusqu´à ce que tu entendes: à table !
vole une petite boule de naphtaline.
enfiles-en deux dans les narines du nain qui touche ton nombril dans l'armoire.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

najednom sam razvila ljubav...

kroatisch | Olja Savičević Ivančević

najednom sam razvila ljubav za jako slatko i suho voće.
za bademe i med. za ćupove pune šećera, kave i začina. za
korice limuna i crni papar.

živjela sam od grožđica i smokava, močila sam prste u
rum i lizala jagodice, krišom. udisala sam požudno miris
duhana iz lule. miris paste za cipele. miris tamnozelene
boje za drvo.

drhtala sam sama između zidnih tapeta i kredence.

slabu hranu nisam htjela ni kušati: samo repove rakova,
samo datule, školjke i cimet.

za poljubac sam jedva dočekala trinaestu.

© Olja Savičević Ivančević

tout d'un coup j´ai pris goût...

französisch

tout d'un coup j´ai pris goût aux fruits très sucrés ou secs. aux amandes et au miel. aux pots pleins de sucre, de café et d´épices. au zeste de citron et au poivre noir.

je vivais des raisins secs et des figues, je trempais mes doigts dans le rhum et en léchais les pulpes, en cachette. j´inhalais voluptueusement l´odeur du tabac à pipe. l´odeur du cirage. l´odeur du vernis à bois vert foncé.

je tremblais toute seule entre le papier peint et le vaisselier.

je ne voulais surtout pas goûter de la nourriture insipide: rien que des crevettes, des dattes, des coquillages et de la cannelle.

pour goûter au baiser, j´ai attendu impatiemment d'avoir treize ans.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

na pultu između tetrapaka mlijeka...

kroatisch | Olja Savičević Ivančević

na pultu između tetrapaka mlijeka i grozdova banana, on zapisuje riječi po rubu masnog papira. ljeto je i muhe su zapljuvale strop. ljeto je i ulazi kvartovska gospođa. petnaest deka pureće salame.
u malom dućanu na vrhu uzbrdice stenju propeleri plavog ventilatora i pred kućom su dječji koraci zapečeni na asfaltu. on reže salamu, pod pult se ruše riječi. lude riječi. rasprskavajuće petarde sjaja. rečenice kojima je na pultu rastvorio bedra i baš se spremao svakoj izvaditi košticu.
roj pijanih muha tare s čela. gospođa ga gleda podozrivo. tako mlad i nervozan čovjek. gospođa prebire nanizane kugle svoje ogrlice, uzima zamotuljak u masnom papiru i odlazi bez kruha. tako nervozan. bože.
dolje, već su mu niz nogavice iscurile riječi. već su se istopile. nestale među prljavim fugama pločica. ispod gajbi u kojima zriju dlakave breskve. u kojim se vrpolji crv.

© Olja Savičević Ivančević

sur le comptoir, entre les boîtes de lait...

französisch

sur le comptoir, entre les boîtes de lait et les régimes de bananes, il note des mots sur le bord d´un papier sulfurisé. c´est l´été et les mouches ont taché le plafond. c´est l´été et une dame du quartier entre. cent-cinquante grammes de jambon de dinde.
dans la petite épicerie en haut de la montée, les hélices du ventilateur bleu gémissent, et devant la maison des pas d'enfants sont gravés dans le bitume. il coupe le jambon, les mots s'écroulent sous le comptoir. des mots fous. d'éclatants pétards de brillance. des phrases dont il écarte les cuisses sur le comptoir et s'apprête à leur arracher le noyau.
il chasse de son front un essaim de mouches ivres. la dame l´observe méfiante. un homme si jeune et si nerveux. la dame égrène les perles de son collier, prend le paquet emballé dans du papier sulfurisé et s´en va sans pain. si nerveux, mon dieu.
en bas, les mots ont déjà dégouliné le long des jambes de son pantalon. ils ont déjà fondu. ils ont disparu parmi les joints crasseux entre les carreaux. sous les caisses où mûrissent des pêches duveteuses. où remue le ver.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

moje noge rastu u kadi...

kroatisch | Olja Savičević Ivančević

moje noge rastu u kadi. moje noge odlaze od mene. još
jučer sam mogla stopalo staviti na tjeme.

moje noge odlaze od mene ili to moja glava čini tlu.

ne znam što se događa, al stižu mi u susret knjige s najviših
polica.

© Olja Savičević Ivančević

mes jambes poussent dans la baignoire...

französisch

mes jambes poussent dans la baignoire. mes jambes s'éloignent de moi. hier encore, je pouvais poser mon pied derrière ma tête.

mes jambes s'éloignent de moi, ou alors c´est ma tête qui s´éloigne du sol.

je ne sais pas ce qui se passe, mais les livres des étagères les plus hautes viennent à ma rencontre.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

živi li u parku vitturi...

kroatisch | Olja Savičević Ivančević

živi li u parku vitturi još uvijek onaj ćuk?
prije sna, pjevala sam sestri. mislila sam da to dobro radim, vikala sam i vjetar je kotrljao moj glas preko šahti niz usku ulicu.
kasnije bih još dugo gledala u čudan reljef štukature na plafonu. a onda bi se javio taj ćuk. njegova ću pune samoću, a tišine među njima nadijevaju jezu.
tajan kao noć u parku. tajan kao staro groblje u parku. iz duplje neke pinije koja nestvarno visoko čuva naprsle šiške pune naše čežnje.
crkveno zvono, pa ćuk, pa zvono. i ponekad, nad pinijama, nisko proleti avion. to je noćni let za mjesec. s tim zvukom slijećem u san.

© Olja Savičević Ivančević

la chouette vit-elle encore...

französisch

la chouette vit-elle encore dans le parc vitturi ?
avant de m’endormir, je chantais pour ma sœur. je pensais le faire bien, je criais et le vent faisait rouler ma voix par-dessus les plaques d’égout dans la rue étroite.
après, je regardais longuement l’étrange relief des moulures au plafond. puis la chouette poussait son cri. ses hou remplissent la solitude, et les silences qui les séparent insufflent l´effroi.
secrète comme la nuit dans le parc. secrète comme le vieux cimetière du parc. du creux d’un pin qui depuis les hauteurs iréelles veille sur ses pommes éclatées, pleines de nos désirs.
la cloche d’une église, puis la chouette, puis la cloche. et parfois, un avion passe au ras des pins. c’est le vol nocturne vers la lune. avec ce bruit-là j’atterris dans le sommeil.

Traduction: Vanda Mikšić & Brankica Radić

PREDMET (IZGUBLJEN, U SVOM PRETEŠKOM TEKSTU)

kroatisch | Marko Pogačar

Sjedi za svojim stolom,
stišće šalicu (najmanju šalu)
čaja, prinosi je ustima, pije
i piše neprevodivo.

bez njega, cijelom dužinom,
kroz prozor bi pržilo sunce–
ovako bljesak, božji nišan,
korača njegovim pročeljem,
spuštenim čelom. bez njega riječi
ne odrvenjuju:

putuju između tijela i vremena
u snažno nigdje. proces je dug.
značenje zamorno. on sjedi za svojim
stolom, podiže šalicu, pije;

i to se pismo odmata kao predugi
pseći jezik, njega opsjeda misao
o usjevima. iz slova,
tamnog pregiba grada, glasovi izviru,
uspinju se, silaze i dugo šapuću: sjemenke

u nama nađite svoju zemlju.

© Marko Pogačar
aus: Predmeti
Zagreb: Algoritam, 2009
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

UN OBJET (PERDU, DANS SON TEXTE TROP DUR)

französisch

Assis à son bureau,
il serre sa tasse de thé (doux thé),
la porte à sa bouche, boit
et écrit l´intraduisible.

sans lui, le soleil aurait frappé
sur toute la longueur de la fenêtre –
comme ça, un éclat, visée de dieu,
se promène sur sa façade,
sur sa face baissée. sans lui, les mots
ne durcissent pas :

ils voyagent entre le corps et le temps,
dans un nulle part puissant. le processus est long.
la signification épuisante. assis à son bureau,
il lève sa tasse, et boit ;

cette écriture se déroule comme une trop longue
langue de chien, il est obsédé par l´idée
des semailles. depuis la lettre,
sombre pli de la ville, des voix jaillissent,
montent, descendent et murmurent longuement : grains,

venez trouver en nous votre terre.

Traduit par Vanda Mikšić

ŠTO JE TO OBOD?

kroatisch | Marko Pogačar

Obod je kategorija. izraz tradicije, čvrsti
rub koji ne valja prijeći. njegovu riječ ne
osujećuju: pod obodom je najčešće glava,
kuća, rijetko i drsko ništa. glava se, ako je
kravlja, probuši čeličnim klinom. krava se
priveže lancima o vlažne zidove staje, zatim
se snažno udari. krv koja krene krv je domo-
vine. nju je krava, zubima, za se dugo svojatala.
ako je glava kokošja ona se otrijebi sjekirom.
kokoš se samo uzme, prenese na drugo mjesto,
položi na panj i na vrat se brzo & hladno sruči sječ-
ivo. kokoš još neko vrijeme urliče, ali je nitko
ne čuje. kunić se kolje pismenim, golim rukama.
krv ostaje unutar tijela i kola, sa svojom sumnjivom
prošlošću. uši, na kojima je iz tvoje ruke do sada
visio miruju, kao da se u šumi ništa ne čuje, ništa
ne dešava. polja miruju. zemlje miruju. domovina
od nekud kapi, a ljudi skupljaju grožđe. ogromna
je vrućina. što je to obod i što pod obodom ima?

© Marko Pogačar
aus: Predmeti
Zagreb: Algoritam, 2009
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

UN BORD, C´EST QUOI?

französisch

Le bord, c´est une catégorie. expression d´une tradition. stricte
limite, qu´il ne faut pas dépasser. on ne contrarie pas
sa parole : au-dessous du bord se trouve, le plus souvent, une tête,
une maison, rarement un rien effronté. si c´est une tête
de vache, on la transperce avec un clou en acier. avec des chaînes
on l´attache aux murs humides de l´étable, ensuite
on frappe fort. le sang qui gicle, c´est le sang de la patrie.
longtemps, à la force de ses dents, la vache la voulait toute pour elle.
si c´est une tête de poule, on l´enlève d'un coup de hache.
on prend la poule, tout simplement, on la déplace,
on la pose sur un tronc d´arbre ; rapide & froide, la lame
tombe sur son cou. la poule continue à hurler un peu, mais
personne ne l´entend. un lapin, on l´égorge de ses propres mains
qui savent écrire. le sang reste dans son corps et circule, et avec lui
son passé suspect. les oreilles, par lesquelles, jusque là, il était suspendu
à ta main, sont calmes, comme si dans la forêt rien ne bruissait, rien
ne se passait. les champs sont calmes, les pays sont calmes, la patrie
dégouline quelque part, et les gens récoltent le raisin. une vraie
canicule. un bord, c´est quoi, et qu´y a-t-il au-dessous?

Traduit par Vanda Mikšić

Žurim se, žurim

kroatisch | Sonja Manojlović

Žurim se, žurim
muškarac i žena
dijete i starac
topću pred vratima
Sad jednom, sad drugom dajem ruku
i jednoga vodim pravo, drugoga ne puštam s mjesta
Ne oklijevam
Od lišca do lišca, tanka, savršena, prozračna
Ne uzimam ih za sebe, ni za djelić sebe,
ni koliko na vrh noža stane,
ni danas. ni sutra, ni ikada
kad ispred kuće ima
ljudskih poslova i ruža

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

Je me dépêche, je me dépêche

französisch

Je me dépêche, je me dépêche
un homme et une femme
un enfant et un vieillard
trépignent devant la porte
Je donne la main à l'un, puis à l'autre
conduis l'un tout droit, gardant l'autre sur place
Je n'hésite pas
D'un petit visage à l'autre, mince, parfait, transparent
Je ne les prends pas pour moi, ni pour une infime partie de moi,
aujourd'hui, demain, ou jamais
lorsque devant la maison il y a
des affaires humaines et des roses

Traduit par Vanda Mikšić

Zovem

kroatisch | Sonja Manojlović

Zovem
riječima iz svojeg života
Ponekad kažu
ušutite usta
Ponekad
riječ
lijepi zreli plod
izrešetan čulima
obrću amo - tamo,
na vršcima prstiju,
neodlučni

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

J'appelle

französisch

J'appelle
en recourant aux mots de ma vie
Parfois on dit
faites-la taire, votre bouche
Parfois
un mot
beau fruit mûr
criblé par les sens
on le tourne et retourne
du bout des doigts
en hésitant

Traduit par Vanda Mikšić

Vježbe

kroatisch | Zvonko Maković

i otvoren prozor?
            - i otvoren prozor.
i stvari koje vidiš kroz otvoren prozor?
            - i stvari koje vidim kroz otvoren prozor.
i stvari koje ostaju ispred otvorenog prozora?
            - i stvari koje ostaju ispred otvorenog prozora.
i stvari koje ne ulaze u okvir otvorenog prozora?
            - i stvari koje ne ulaze u okvir otvorenog prozora.
i stvari koje možeš dotaknuti jer stoje ispred
otvorenog prozora?
            - i stvari koje mogu dotaknuti jer stoje ispred
            otvorenog prozora.
i stvari koje su nedohvatljive jer stoje iza
otvorenog prozora?
            - i stvari koje su nedohvatljive jer stoje iza
                 otvorenog prozora.
i stvari koje su blizu i stvari koje su daleko?
            - i stvari koje su blizu i stvari koje su daleko.
i otvoren prozor?
            - i otvoren prozor.
i prozor koji nije otvoren, ali bi mogao biti otvoren?
            - i prozor koji nije otvoren, ali bi mogao biti
            otvoren.
i otvoren prozor?
            - niti je prozor otvoren, niti bi mogao biti
            otvoren.
i prozor koji je ispred tebe?
            - niti je prozor ispred mene, niti sam ja iza
            prozora.
            niti je prozor otvoren, niti sam vidio otvoren
            prozor.
            niti sam vidio ikakve stvari iza otvorenog
            prozora.
            niti sam mogao bilo kakve stvari doticati
            ispred otvorenog prozora, jer prozor niti je
            bio otvoren, niti je bio prozor.
            konačno, nisam ni htio spominjati otvoren
            prozor.
i otvoren prozor?
            - i otvoren prozor.

© Zvonko Maković
aus: Činjenice
Audio production: 2006, Literaturwerkstatt Berlin

Exercices

französisch

la fenêtre ouverte aussi?
  - la fenêtre ouverte aussi.
le choses que tu vois par la fenêtre ouverte aussi?
 - le choses que je vois par la fenêtre ouverte aussi.
le choses qui se trouvent devant la fenêtre ouverte aussi?
- le choses qui se trouvent devant la fenêtre ouverte aussi.
le choses qui ne rentrent pas dans le cadre de la fenêtre ouverte aussi?
 - le choses qui ne rentrent pas dans le cadre de la fenêtre ouverte aussi.
les choses qui tu peux toucher, car placées devant
    la fenêtre ouverte aussi?
- les choses que je peux toucher, car placées
  devant la fenêtre ouverte aussi.
les choses qui sont insaisissables, car placées derrière
   la fenêtre ouverte aussi?    
- les choses qui sont insaisissables, car placées derrière
  la fenêtre ouverte aussi.
les choses qui sont proches et les choses qui sont lointaines aussi?
- les choses qui sont proches et les choses qui sont
  lointaines aussi.
la fenêtre ouverte aussi?
- la fenêtre ouverte aussi.
la fenêtre qui n'est pas ouverte, mais qui pourrait être
   ouverte aussi?
- la la fenêtre qui n'est pas ouverte, mais qui pourrait
  être ouverte aussi.
la fenêtre ouverte aussi?
- ni la fenêtre n'est ouverte, ni ne pourrait  être
  ouverte.
la fenêtre qui est devant toi aussi?
 - ni la fenêtre n'est devant moi, ni moi derrière
   la fenêtre.
  ni la fenêtre n'est ouverte, ni je n'en ai vu
  d'ouvertes.
  ni je n'ai vu de quelconques choses derrière la fenêtre
  ouverte.
  ni je n'ai pu toucher de quelconques choses
  devant la fenêtre ouverte, car, ni la fenêtre
  n'était ouverte, ni ce n'en était une.
  enfin, je ne voulais même pas mentionner la fenêtre
  ouverte.
la fenêtre ouverte aussi?
 - la fenêtre ouverte aussi.

Traduit du croate par Vanda Mikšić

utorak

kroatisch | Branko Čegec

još s vrata osjetila sam kako me gleda.
srednje visine, krupnih ramena, prosijede kose.
ne znam je li bio nijemac. nisam čula kako govori.
čučala sam nad kutijom s ribljim paštetama i lijepila cijene.
bijela, visoko raskopčana kuta; tek tada sam shvatila previsoko.
ispod nisam imala ništa. bilo je sparno, a kuta ionako
ne ostavlja mnogo prostora. voljela sam zaboraviti gaćice.
mislim da nisam osobito lijepa. sitna sam i pjegava,
no vitkih, otočkih nogu, oblikovanih kamenom i šipražjem.
dorađenih valovima, naizmjence jugom i burom.
možda nisam ljepotica, ali noge su mi stvarno lijepe.
on je stajao skamenjen. nije mogao odlijepiti pogled.
kao da nikad nije vidio ženski čuperak. ili ga, moguće,
nije vidio ispod bijele kute. ona mu je davala
posebnu mekoću i zagonetnost. i ta mala kovrčica
što se isticala u kontralihtu: kao da sam bacila golu udicu
u more iza punte, a riba je zagrizla istočasno i sad je
ni ne pokušava ispustiti. već sam namjeravala ustati,
kad me pogled prikovao za kutiju. nisam se uspjela mrdnuti.
bila je to hipnotička paraliza, ili neki teži slučaj.
priču je sjebao neki talijan s debelom gospođom.
ušao je u dućan i galameći protutnjao između svih
kupaca. zajedno s gospođom ispriječio se između nas,
ispred hladnjaka s mlijekom i sirevima.
lijepi su trenuci očito kratki. vidjela sam prosijedu glavu
kako se udaljava prema blagajni. ustala sam i zakopčala
tri slučajno otkvačena gumba. je li danas utorak?
nakon posla ostat ću u kući. od nekih dana ne treba tražiti više.

2004-8-10

aus: Tamno mjesto
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

Mardi

französisch

alors qu'il était à la porte, j'ai senti son regard.
de taille moyenne, aux larges épaules, aux cheveux argentés.
je ne sais pas s'il était allemand. je ne l'ai pas entendu parler.
accroupie au-dessus de la caisse aux pâtés de poisson, je collais les prix.
ma robe-tablier blanche était déboutonnée haut. trop haut, j'ai compris alors.
je ne portais rien en dessous. il faisait chaud, et l'uniforme
ne laissait pas trop de place. j'aimais oublier ma culotte.
je ne pense pas être particulièrement belle. je suis petite, mes joues sont tachées de son,
pourtant, mes jambes sont fines, modelées par la pierre et par le maquis de l'île.
dessinées par les ondes, tour à tour par le sirocco et par la bora.
peut-être ne suis-je pas une pin-up, mais j'ai une sacrée belle paire de jambes.
il est resté pétrifié. ne pouvait plus détacher son regard.
comme si jamais auparavant il n'avait vu la toison féminine. il se peut
qu'il ne l'ait jamais vue sous une robe-tablier blanche. elle lui donnait
une douceur particulière, la rendait mystérieuse. et une petite boucle
accentuée par le contre-jour : comme si j'avais jeté un hameçon nu
dans la mer derrière le promontoire. le poisson a mordu tout de suite et
désormais ne voulait plus s'affranchir. je voulais déjà me lever,
mais son regard m'a clouée à la caisse. je ne pouvais plus bouger du tout.
c'était une paralysie hypnotique, ou un cas encore plus grave.
un italien accompagné de sa femme obèse a foutu cette histoire en l'air.
Il est entré dans le magasin en criant et s'est fait une place parmi tous
les clients. avec sa femme il s'est installé entre nous deux,
devant le frigo rempli de lait et de fromages.
les beaux moments sont éphémères, évidemment. j'ai vu la tête argentée
s'éloigner vers la caisse. je me suis levée et j'ai boutonné
trois boutons dégagés par hasard. sommes-nous mardi aujourd'hui ?
après le boulot je resterai chez moi. certains jours il ne faut pas demander mieux.

2004-08-10

Traduit du croate par Vanda Mikšić

TEHNIKA PJESME

kroatisch | Marko Pogačar

Prvi hrvatski predsjednik kolje se zaboravom
njegova junta prevrućom juhom i mrtvom poslugom
koja ih ustrajno zaobilazi; dok hodam gradom u smjeru
suprotnom smrti, kupujem novine, kupujem kavu na
kiosku slušam svoj svadljivi šarm, meki karakter
i grupu Haustor; prosječan Hrvat kolje se suživotom,
snošenjem, ustima punim snijega– na njega legne širok
i lagan smog i ponese ga, skupa sa svom tom jeseni, njenim
jutarnjim tamnim, vodom koja se uspinje tvojim vratom,
vodom materijalnom i mekom; crkva se kolje trajnim citiranjem
Krista, bezuvjetnom i dugom ljubavlju; svinja nestane sama
od sebe, usuče se, u mlaku vlastitog daha, šaku krvi potekle
pred iskustvom; pjesma se kolje Dragom Štambukom, majka
kako je opisano u nekim preciznim spisima; ništa ne ostaje ništa
to sjajno sažgano sunce.

© Marko Pogačar
aus: Predmeti
Zagreb: Algoritam, 2009
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

TECHNIQUE DU POÈME

französisch

Le premier président croate, on l´égorge par l´oubli,
sa junte par une soupe trop chaude et les domestiques morts
les esquivant obstinément ; en traversant la ville dans le sens
opposé de la mort, j´achète un journal, j´achète un café
au kiosque, j´écoute mon charme chamailleur, mon caractère doux
et le groupe Haustor ; le Croate moyen, on l´égorge par le vivre ensemble,
la tolérance, la bouche pleine de neige – un smog ample et léger
se couche sur lui et l´emporte, avec l´automne tout entier, ses
matins sombres, son eau qui te monte au cou,
eau matérielle et douce ; l´église, on l´égorge en citant le Christ
en permanence, et par un lon amour sans réserve ; le cochon, lui, disparaît
tout seul, se réduit en une flaque de souffle, en une poignée de sang qui,
devant l´expérience, s´est mis à couler ; le poème, on l´égorge par Drago Štambuk ;
la mère à la manière décrite dans certains actes précis ; rien ne reste rien
ce soleil brillant brûlé.

Traduit par Vanda Mikšić

Svega se sjecam

kroatisch | Sonja Manojlović

Ako je to sve, svega se sjećam,
i kuća razbacanih u ono što se ne čuje,
i dječjeg govora, stiješnjenog, opsjednutog

u vrtu, medju jagodama
ugrizi života,
praštate li, dakle, najjednostavnije

Te oči uske !
Nije zaboravljeno !

Ubit će sve što volim,
čitam s materine ruke,
suhoća svijeta, riječi idu preko vode,
takav je to grad, razoren u predmete
Jedan po jedan
Toliko je ostalo od doma

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

Je me rappelle tout

französisch

Si c'est tout, je me rappelle tout
des maisons dispersées dans ce que l'on n'entend pas,
des discours enfantins, comprimés, hantés

dans le jardin, parmi les fraises
des morsures de la vie,
pardonnez-vous, donc, tout simplement?

Ces yeux serrés de haine!
Ce n'est pas oublié!

Elle va tuer tout ce que j'aime,
je lis dans la main de ma mère,
la sécheresse du monde, les mots traversent l'eau,
telle est cette ville, détruite et réduite en objets
Un par un
C'est ce qui reste d'un chez-soi

Traduit par Vanda Mikšić

sir i masline

kroatisch | Branko Čegec

selo dragozetići na krajnjem je sjeverozapadu otoka.
nadomak trajektnog pristaništa porozina.
strm prilaz, zbijene ulice, kuće s terasama,
crkva i stara talijanska škola: velika zgrada s velikim
razbijenim prozorima, jer u školi se odavno ne događa ništa.
jedino mjesto koje odiše prostorom, ispunjeno je prazninom.
ona slijedi pri˙u o otoku, velikom i pustom, ili se tako čini,
jer ljudi su uglavnom turisti, koji dolaze i odlaze,
a na otoku ostaju samo oni koji nikada nigdje nisu uspjeli pobjeći.
na otoku se ne nudi ništa cresko, jer to nitko ne proizvodi.
masline su posvud, a ulje je samo bračko.
ovce su posvud, a sir je samo paški.
da, janjetina: ona se sprema na specifičan način. u belom.
tek sam se danas sjetio da ne poznajem nikoga s cresa.
ni jednu jedinu osobu. i da sam davno, kao apsolvent
jugoslavistike poslao molbu za posao u cresu. i bio primljen.
i da prije toga nikad nisam bio na cresu. i da me uhvatila
silna panika. i da sam smislio neku odvratnu laž. i da
nikad nisam otišao ni vidjeti kakav je to posao zapravo.
i da nikad kasnije nisam ni pokušavao tražiti posao na školi,
jer opet bi me mogli primiti, a to zna˙i da sam u gabuli,
teškoj gabuli, jer i neko bi drugo mjesto moglo biti
napušteno i tužno poput cresa u studenom.
ali, čovječe, ovaj je otok prekrasan, vjerojatno i ljepši
nego sada kada horde talijana i slovenaca,
hrvata, francuza, nijemaca njuškaju po svakoj rupi,
prevrću svako ovčje govno, zaviruju iza svake zavjese,
i odlaze ne vidjevši ništa: odlaze bez mirisa u nosu i
okusa u ustima, jer jeli su ćevapčiće s lukom
i pljeskavicu s kajmakom, i pili su laško pivo ili ožujsko
namačući tjestasta dupeta u bistrim šljunčanim uvalama.
selo dragozetići na krajnjem je sjeverozapadu otoka.
nadomak trajektnog pristaništa porozina.
strm prilaz, zbijene ulice, kuće s terasama,
crkva i stara talijanska škola: velika zgrada s velikim
razbijenim prozorima, jer u školi se odavno ne događa ništa.
jedino mjesto koje odiše prostorom, ispunjeno je prazninom.

2004-8-9

aus: Tamno mjesto
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

Le fromage et les olives

französisch

le village de dragozetići est situé à l´extrémité nord-ouest de l´île.
tout près du débarcadère de ferry à porozina.
un accès escarpé, des ruelles entassées, des maisons avec terrasses,
une église et une ancienne école italienne : un grand bâtiment aux grandes
fenêtres cassées, car depuis longtemps il ne s´y passe plus rien.
le seul endroit qui ne manque pas d´espace est rempli de vide.
il prolonge l´histoire de l´île, grande et déserte, du moins semble-t-il,
car les gens ne sont pour la plupart que des touristes qui viennent et s´en vont,
et sur l´île ne restent que ceux qui n´ont jamais pu fuir nulle part.
sur l´île de cres, on n´offre pas de produits locaux, car personne ne produit rien.
les olives sont partout, mais l´huile, elle, vient de l´île de brač.
les moutons sont partout, mais le fromage, lui, vient de l´île de pag.
eh oui, l´agneau : ils ont une façon spéciale de le préparer. au village de beli.
ce n´est qu´aujourd´hui que j´ai réalisé que je ne connais personne originaire de cres.
pas une seule personne. je me suis rappelé qu´il y a longtemps, peu avant de terminer mes études en philologie yougoslave, j´avais postulé pour un emploi à cres. et que je fus reçu.
et que jamais auparavant je ne m´étais rendu à cres. et que je fus saisi
d´une panique totale. et que j´avais inventé un mensonge immonde. et que
je ne suis jamais allé voir de quel type d´emploi il s´agissait, en fait.
et que par la suite je n´ai plus jamais essayé de postuler dans une école,
car je risquais d´être reçu de nouveau, ce qui signifiait tomber dans un piège,
un piège infernal, car cet autre endroit aurait pu être
aussi désert et triste que l´île de cres au mois de novembre.
pourtant, mon vieux, cette île est magnifique, probablement même plus belle
qu´à présent, au moment où des hordes d´italiens, de slovènes,
de croates, de français, d´allemands fourrent leurs nez dans chaque trou,
retournent chaque crotte de mouton, écartent chaque rideau pour épier,
et s´en vont sans avoir rien vu : ils s´en vont sans aucune odeur dans les narines
et sans aucune saveur dans la bouche, car ils ont mangé des cevapcici à l´oignon haché
et des pitas au fromage frais de kajmak, et ils ont bu de la bière lasko ou ozujsko
en trempant leurs culs pâteux dans des baies cristallines et caillouteuses.
le village de dragozetići est situé à l´extrémité nord-ouest de l´île.
tout près du débarcadère de ferry à porozina.
un accès escarpé, des ruelles entassées, des maisons avec terrasses,
une église et une ancienne école italienne : un grand bâtiment aux grandes
fenêtres cassées, car depuis longtemps il ne s´y passe plus rien.
le seul endroit qui ne manque pas d´espace est rempli de vide.

2004-08-09

Traduit du croate par Vanda Mikšić

sintaksa koze, sintaksa mjesečine

kroatisch | Branko Čegec

Trijumf brojki silazi s ekrana.
Posustajem, nemoćan i nijem.
Kao da sam obnovljen
u zakasnjeloj filozofiji jezika i vina
pristajem na svaki
patetični slalom
iako je djevojčica s brojčanika
zaspala u naručju besanih noći
i ribarskih prigovaranja
iz kojih ljepljivo curi
idilična povijest književnosti.
Esej je zatim
neprobojan krug opasnosti:
pristižu nova objašnjenja
za potrošene riječi, za izlazne slike
i kadrove iz posuđena filma:
tutanj zrakoplova i prašina podzemlja
susret su zabilježen na tvome vlažnom dlanu:
opet si lijepa, radosna, pitoma
otpuzala u miris moje kože,
zanosno solarno ljepilo
iz kojeg nema povratka, u kojem nitko nije isti,
za koje saznajemo iz novina
i predaja zabludjelih leptira
na prozoru što nestaje
u mrak dubok, predubok.
Kažem ti: uđi u moje ogledalo
i primi me u hladno sjećanje
da se ugrijem, da zaspim nasmijan
kao da sam zaborav,
mirno more i Polić Kamov
na lutriji u Barceloni.
Mašu mi brodovi i klaviristice
dugih nogu i laserskih prstiju
kao u svakom pohodu
inovacija i smrti:
stereo tutnji još jedino ritam tvog dodira,
slijedi plahi bljesak kože na mjesečini
pored nasipa, u proljeće,
kada su vjetrovi još posve mladi,
a noć ne prestaje, kao ni rukopis,
ispisujuć’ elipsu malog slova  i
u nedogled.

aus: Ekrani praznine
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

Syntaxe de la peau, syntaxe du clair de lune

französisch

Le triomphe des chiffres descend de l’écran.
Je recule, impuissant et muet.
Comme si j’étais renouvelé
dans la philosophie tardive de la langue et du vin
j’accepte tout
slalom pathétique
même si la fille du cadran
s’est endormie dans les bras des nuits blanches
et des reproches de pêcheurs
d’où s’écoule visqueuse
l’histoire idyllique de la littérature.
L’essai est ensuite
le cercle imperméable des périls:
de nouvelles explications parviennent
pour des mots usés, pour des images éculées
et des cadres de films empruntés:
le grondement des avions et la poussière des souterrains
sont la rencontre marquée sur ta paume humide:
belle, joyeuse, docile, tu t’es glissée encore
une fois dans l’odeur de ma peau,
la colle solaire et sensuelle
d’où il n’y a pas de retour, où personne ne se ressemble,
qu’on trouve dans des journaux,
et la reddition des papillons égarés
à la fenêtre qui disparaît
dans les ténèbres profondes, trop profondes.
Je te dis: entre dans mon miroir
et reçois-moi dans la mémoire glaciale
pour que je me réchauffe, pour que je m’endorme souriant
comme si j’étais l’oubli,
la mer calme et Polić Kamov
à la loterie de Barcelone.
Je suis salué par les bateaux et les femmes pianistes
aux jambes longues et aux doigts laser
comme dans toute entreprise
d’innovation et de mort:
et seul le rythme de ton toucher gronde en stéréo,
suivi par l’éclat timide de la peau au clair de lune
près de la digue, au printemps,
quand les vents sont encore tout jeunes,
et que la nuit ne cesse pas, l’écriture non plus,
en écrivant l’ellipse du l minuscule
jusqu’à l’infini.

1992

Traduit du croate par Vanda Mikšić

ronjenje na dah

kroatisch | Branko Čegec

yves mi je poslao sms:
jedna me talijanka već  treći dan gleda pod vodom.
i ja gledam nju. dolje smo goli i sami. gore se ne poznajemo.

rekao sam mu, u našem svakodnevnom slengu:
bi kul! stej vel! nakon toga je, po podacima iz sljedeće poruke,
ponovno zaronio, jer "je dolje mirno i neponovljivo lijepo".
razumio sam njegov vapaj, na drugoj, udaljenoj obali.
zatim sam zaronio u orijentalne priče marguerite yourcenar:
otputovao u kinu, pa u kotor, dubrovnik, pa opet izronio
melankolično, makar to više ni približno nije u modi.
vidio sam nekoliko talijanki, četiri čehinje i sedam tustih mađarica.
vidio sam suncobran koji se vrpoljio u ritmu tijela,
vidio sam i jedne modre, neumorne i preduboke oči:
htio sam u sebi zatomiti strast za ronjenjem, ali nisam
mogao skinuti pogled, nisam mogao nataknuti sunčane naočale,
uopće: nisam se mogao pomaknuti s mjesta u pijesku,
u koji sam, staloženo i nijemo, tonuo i tonuo.

2001-08-18

aus: Tamno mjesto
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

plongée en apnée

französisch

yves m’a envoyé un sms :
depuis trois jours une italienne me regarde dans l'eau.
moi aussi je la regarde. en-bas nous sommes nus et seuls.
en haut nous ne nous connaissons pas.

je lui ai dit, dans notre argot quotidien :
– bi koul! stey ouel! après quoi, selon les données du prochain message,
il a replongé, car « en-bas c'est calme et singulièrement beau ».
j’ai saisi son cri, sur une autre côte, distante.  
ensuite j’ai plongé dans nouvelles orientales de marguerite yourcenar :
mélancolique, même si ce n’est plus du tout à la mode.
j’ai vu quelques italiennes, quatre tchèques et sept hongroises obèses.
j’ai vu un parasol qui vibrait au rythme des corps,
j’ai vu aussi des yeux bleus, infatigables et trop profonds :
je voulais réprimer mon désir de plonger, mais ne pouvais
en détacher le regard, ne pouvais mettre les lunettes de soleil,
en fait : je ne pouvais bouger de cet endroit dans le sable,
dans lequel, calme et muet, je sombrais et sombrais.

2001-08-18

Traduit du croate par Vanda Mikšić

Riječi

kroatisch | Sonja Manojlović

Uporno vrve
u istom smjeru
ako im ne kažem
u bijelom snu pristajem na sve
izranja okata galaksija
sisanče kipućeg mlijeka
njuška i pipa
u tom slijepom dodiru ponekad me ima
a ipak sam s onim s kim sam
i učinit ću ono što sam naumila

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

Les mots

französisch

Ils grouillent obstinément
dans la même direction
si je ne leur dis pas
lors du rêve blanc j'accepte tout
une galaxie aux grands yeux émerge
tète du lait bouillant
flaire et tâtonne
Des fois je suis dans ce contact aveugle
pourtant je reste avec qui je suis
et je ferai tout ce que je me suis proposée

Traduit par Vanda Mikšić

razgledavanje otoka

kroatisch | Branko Čegec

repertoar se neočekivano pokvario.
pjevača je počeo izdavati sluh i glas.
sparina je bila nesnosna, glavobolja neprolazna;
pivo mlako, kakofonija nepodnošljiva,
djevojke nervozne i nepristuipačne:
gospode, koji kaos u glavi!
a trebao sam se posve razbistriti
kružeći barkom oko otoka,
na kojem su bezbrižni nudisti
sunčali svoju cjelovitost,
lijepi, ružni, nezgrapni i elegantni:
čedo je čirio usamljene ljepotice na stijenama,
a onda važno uzimao dalekozor i
esejističkom pomnošću razmatrao detalje:
potom se naglo usidrio i bućnuo u more:
voda je jebeno topla! – rekao je smireno
čedo, kapetan duge plovidbe, s
matičnom lukom u hamburgu,
kojemu su danas brod poslali u rezalište
a on nije postio ni suzu,
nego je mirno pasao glatku kožu
mlade i nestašne njemice
koja je hladnokrvno zaplivala pored
usidrene barke i onda
plutajući na vrelom popodnevnom suncu,
naga i neponovljiva,
dozivala neodlučnog momka,
koji je još uvijek lijeno skidao
gaće na divljoj, šupljikavoj gromači  

2001–08–18

aus: Tamno mjesto
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

tour de l'île

französisch

le répertoire est tout à coup tombé en panne,
le chanteur a manqué d'oreille et de voix.
la canicule était intenable, la migraine constante
la bière tiède, la cacophonie insupportable,
les filles nerveuses et inaccessibles :
–, mon dieu, quel chaos dans la tête !
pourtant j'étais censé me ressaisir  
sur une barque en faisant un tour de l'île 
où des nudistes insouciants
exposaient leur totalité au soleil,
beaux, laids, grossiers, élégants :
tchedo épiait des beautés solitaires sur des rochers,
puis l'air important il prenait des jumelles
et les observait en détail comme un essayiste :
tout d'un coup il a jeté l'ancre et plongé dans la mer :
putain l'eau est tiède ! a dit calmement
tchedo, capitaine au long cours, attaché
du port de hamburg,
son navire a été envoyé aujourd'hui à la cqsse
et il n'a pas versé une seule larme,
il broutait plutôt bien calmement la peau lisse
d'une jeune allemande coquine
qui s'est mise d'abord à nager tranquillement
près de la barque ancrée et,
flottant au soleil brûlant de l'après-midi,
nue et singulière,
à appeler ensuite le garçon indécis,
encore en train d'enlever paresseusement
son slip sur un amas de pierres, sauvage, poreux

2001-08-18

Traduit du croate par Vanda Mikšić

Putna groznica

kroatisch | Sonja Manojlović

Na stolu je popis onoga
do čega mi je stalo
Mažene stvari, odbačene stvari
Mile kroz poluživo kamenje i travu,
provuku se i uruše
I ptica se, na nebeskim raskrižjima
pjevajući, uruši sama u sebe
I čovjek, idući za samim sobom,
kao da je drugi,
pruži ruku
i uruši se
Pa, tko bi mogao baš ono nevidljivo
zaista htjeti, bez svjedoka
Ono sveprisutno prisvojiti
za vječno disanje

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

Fievre du voyage

französisch

Sur la table la liste des choses
auxquelles je tiens
Des choses dorlotées, des choses rejetées
rampent à travers la pierraille et l'herbe mi-vivantes
se glissent et s'affaissent
Un oiseau aussi, au carrefour céleste
il s'affaisse sur lui-même, en chantant
Un homme aussi, en se poursuivant
comme s'il était un autre,
il tend le bras
et s'affaisse
Qui, donc, pourrait vraiment vouloir
justement l'invisible, sans témoins
S'approprier de l'omniprésent
pour respirer à jamais

Traduit par Vanda Mikšić

prilozi za povijest odustajanja

kroatisch | Branko Čegec

Kada sam prestao pisati kritike
pisao sam ih u svakoj izgovorenoj rečenici.
Kada sam prestao pisati
svaki susret s riječima postajao je literatura.
Kažem “postajao je” jer ovog sam časa ponovno
s olovkom u ruci
i bilježim dnevnik vlastitih odustajanja
od jezika, od riječi, od stvari.
Oduvijek sam više volio nesigurnost;
mnogobrojni oblici samopouzdanja redovito su me
ispunjavali tužnim prostranstvima praznine
iza koje su virili tamni prsti hobotnice
i samoća raskošnih trikova ništavila,
koje sam jutros pročitao u pjesmi jednog prijatelja,
a u koje su se zaklinjali “očevi i djeca”
sretnih generacija. Visoko na horizontu, iza kojeg
vidim još jedino vlastiti lik
u ogledalu oceana, leti osamljena ptica.
To je moja izgovorena ili samo za trenutak
zaustavljena rečenica sukobljenih vibracija.
Svejedno se ponosim njome više negoli izgovorenim
značenjem.

aus: Ekrani praznine
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

Contributions à l’histoire du renoncement

französisch

Au moment où j’ai arrêté d’écrire des critiques
je les écrivais dans chaque phrase exprimée.
Au moment où j’ai arrêté d’écrire
toute rencontre avec la parole devenait littérature.
Je dis « devenait » car en ce moment je suis de nouveau
le crayon à la main
et je tiens le journal de mes renoncements
à la langue, à la parole, à la chose.
Depuis toujours j’ai préféré l’incertitude;
de nombreuses formes de prétention me remplissaient
régulièrement des tristes étendues du vide
derrière lequel on entrevoyait des doigts sombres de pieuvre
et la solitude des illusions somptueuses du néant,
que ce matin j’ai lues dans le poème d’un ami,
et sur lesquelles juraient «les pères et les enfants»
des générations heureuses. Haut à l’horizon, au-delà duquel
je ne vois plus que ma propre figure
dans le miroir de l’océan, vole un oiseau solitaire.
C’est, prononcée ou suspendue pour un instant,
ma phrase aux vibrations en conflit.
J’en suis plus fier tout de même que d’une signification
prononcée.

1988

Traduit du croate par Vanda Mikšić

Pridjevi crne kraljice

kroatisch | Sonja Manojlović

Još samo tako živim
nabrajam, izvolijevam,
kroz rukavce čula šišaju pridjevi
Ni imena, ni utočišta!
Zašto pljušti oko kuće mjesečina?
Zašto bez usana ljube?
Stoput je rečeno zašto
preko lirskog
žara
s urlikom mantre
k tebi padam
na zapovijed
- Neobično obično zaustavi se,
ti!

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

Les adjectifs de la Reine noire

französisch

Je ne vis qu'ainsi
j'énumère, je prétends,
à travers les bras morts des sens filent les adjectifs
Pas de nom, pas d'abri!
Pourquoi le clair de lune tombe-t-il à verse autour de la maison?
Pourquoi embrassent-ils sans bouche?
On a dit mille fois pourquoi
à travers la braise
lyrique
avec le cri d'une mantra
je tombe vers toi
sur l'ordre
- Singulièrement simplement arrête-toi,
toi!

Traduit par Vanda Mikšić

POSLIJE PREDMETA

kroatisch | Marko Pogačar

Takvom brzinom spusti se s neba ništa:
u jučer, u nigdje, u mi, mokru šumu.
takvom brzinom da noć ne stigne doći
u istom času za sve: netko je požuri na
njeno mjesto, njegove oči.

svi se sjećamo nekoga tko je, tako, od negdje stigao:
iz zatvora, iz sobe, iz priče. sjeo i,
kao mahnita predodžba, napustio samog sebe.

poput ledenih cvjetova otvarali su se predmeti
u čisto prkošenje. pojavljivali se i nestajali poput
Poljske, u istom spaljenom polju. zatim ih je trebalo
ubrati i pustiti sušenju, negdje gdje zrak i struje
sami obave svoje, gdje nema grabežljivaca.

tamo u ništa, u suho i tupo nigdje odlaze predmeti.
ja kada nekamo odlazim obično ugasim svjetlo
i mislim samo te tama, nigdje, samo te mrak dokazuje.
tamo se uspinje tvoje vrijeme
u jednom kišnom kronometru gdje ništa
ujutro vježba svoju prokrvljenost i širi se, troši.

tamo šuti i smišlja jedno jasno pravilo: od ničeg
nije moguće oduzeti, ništa se samo sa sobom zbraja.
predmeti koji su u svojoj srži pirati, zauzimaju uvijek
nečije, nekome otimaju. u prozor, u noć, u mi, mokru
šumu gdje, kao da se ništa ne dešava dišu, zelene lišće.

poslije predmeta dolaze drugi predmeti.

© Marko Pogačar
aus: Predmeti
Zagreb: Algoritam, 2009
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

À LA SUITE D´UN OBJET

französisch

À une telle vitesse, le rien descend du ciel :
dans le hier, le nulle part, le nous, la forêt trempée.
à une telle vitesse, que la nuit n´arrive pas à tomber
au même moment pour tout le monde : quelqu´un la presse
de regagner sa place, ses yeux à lui.

on se rappelle tous quelqu´un venu, comme ça, de quelque part :
d´une prison, d´une chambre, d´une histoire. il s´est assis et,
telle une représentation furieuse, il s´est quitté lui-même.

comme des fleurs glacées, des objets s´ouvraient
en pure obstination. ils apparaissaient et disparaissaient
telle la Pologne, dans le même champ brûlé. ensuite,
il fallait les cueillir et laisser sécher, à l´endroit où l´air et ses courants
font tout eux-mêmes, où il n´y a pas de prédateurs.

là, dans le rien, dans le nulle part sec et obtus, s´en vont les objets.
moi, d´habitude, quand je pars, j´éteins la lumière
et je pense il n´y a que cette obscurité, nulle part,
il n´y a que ces ténèbres qui prouvent ton existence.
c´est là que monte ton temps,
dans un chronomètre de pluie où le rien,
au matin, entretient son irrigation sanguine et s´étend, se consume.

c´est là qu´il se tait, en inventant une règle claire et nette : on ne peut
rien soustraire au rien, rien s´additionne à lui-même.
les objets qui par leur essence sont des pirates, envahissent toujours
et toujours enlèvent. par la fenêtre, dans la nuit, le nous, la forêt
trempée où, comme s´il ne se passait rien, ils respirent, verdissent les feuilles.

à la suite d´un objet il en arrivent d´autres.

Traduit par Vanda Mikšić

pjena dana

kroatisch | Branko Čegec

nakon dva sata nervozne vožnje po makadamskoj
cesti ušli smo, još vreli od puta, u automatsku
autopraonicu. iz mnogobrojnih je mlaznica
sunula gusta pjena i vidik se u vozilu sasma zamračio.
uzela sam njegovu desnu ruku i privukla je na svoje koljeno.
slika svijeta u hipu se promijenila: kao da ga je
ošinula adrenalinska metla, šmugnuo je rukom
prema gore: vlaga je probila gaćice brže od slapova
koji su se rabijatno slijevali niz svijetle padine vozila.
naglim je pokretom istu ruku zavukao ispod moje guze,
ne pomičući se sa sjedala, i tankim nervoznim srednjakom
počeo dirigirati ratnu izvedbu beethovenove devete,
meni uglavnom znane iz paklene naranče: filharmonija,
jedan poznati židovski solist teško pamtljiva imena,
jedna treptava svjetiljka daleko od pozornice
i ruka koja dirigira energičnim pokretima.
sagnula sam se brzinom jaguara i tako mu
otvorila put. jednim trzajem rascvala sam zatvarač
na njegovim tamnoplavim bermudama s džepovima
sa strane i veseli, lijepo oblikovani kurac već mi se
koprcao u ustima. snažno sam svrdlala jezikom,
sve dok me sladunjavi preljev nije
podsjetio na okolnosti. po satu na armaturi
prošle su četiri minute, ako sam dobro zapamtila
vijeme ulaska. veliki višecjevni fen sušio je
automobil koji se ljeskao pod nepodnošljivim
svjetlom još vreloga ljetnog popodneva.
upalilo se zeleno na semaforu i on je
rutinskim pokretom ubacio u brzinu.
blagajnica na izlazu lijeno je
mahnula pozdrav.

2001-08-26

aus: Tamno mjesto
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

L’écume des jours

französisch

après avoir roulé nerveusement sur le macadam pendant deux heures
nous sommes entrés, encore chauds, dans un car-wash
automatique. de nombreuses lances se sont mises
à cracher une écume dense, en couvrant entièrement la vue de l’extérieur.
j’ai pris sa main droite en la posant sur mon genou.
l’image du monde a tout d’un coup changé : comme
fouetté par un balai d’adrénaline, il a porté sa main
plus haut : l’humidité a imprégné ma culotte plus vite que les cascades
descendant furieusement les côtes claires de la voiture.
d’un mouvement brusque il a glissé sa main sous mes fesses,
sans bouger de son siège, et s’est mis à diriger,
avec son majeur fin et agité, la version guerrière de la neuvième de beethoven,
que je me rappelle avoir entendue dans l’orange mécanique : une philharmonie,
un soliste juif connu au nom difficile à retenir,
une lampe vacillante loin de la scène
et un bras qui dirige énergiquement.
à la vitesse d’un jaguar je me suis penchée en lui
libérant la voie. d’un geste j’ai ouvert la fermeture éclair
de son short bleu foncé aux poches latérales
et sa queue joyeuse, bien modelée, se débattait déjà
dans ma bouche. ma langue travaillait dur,
jusqu’à ce qu’un coulis douceâtre ne me rappelât
les circonstances. selon l’horloge du tableau de bord
quatre minutes s’étaient écoulées, si j’avais bien retenu
l’heure de l’entrée. un immense appareil à plusieurs tuyaux séchait
la voiture qui brillait à la lumière insoutenable
d’un après-midi d’été encore brûlant.
le feu vert s’est allumé et lui,
par un geste machinal, est passé en première.
à la sortie, une caissière flemmarde
nous a salués de la main.

2001-08-26

Traduit du croate par Vanda Mikšić

PERMANENTNA REVOLUCIJA JEZIKA LJUBAVNE POEZIJE. UMORNIM TROCKISTIMA

kroatisch | Marko Pogačar

Kako, godine 2007., pisati ljubavnu poeziju?
ovo je vrijeme gusto od ljubavi.

svi nas, naime, umjereno vole.
teorija govori o potpunom izostanku kretanja.

tržište kaže: ako govoriš o ljubavi,
govoriš o bogu, ili obrnuto.

Pogačar misli: sve je bog = bog je ništa.  
bombarder prepun opasnog značenja.

ali negdje u kutku te ljubavi, kada je pritisneš uz zid,
izrasta nešto bezrezervno.

rezervat uzimanja i davanja.
i u njemu baobab čijom se krošnjom uspinješ k nebu.

na kraju znaš: jedina strašnija stvar od fašizma
je umjereni fašizam.

© Marko Pogačar
aus: Poslanice običnim ljudima
Zagreb: Algoritam, 2007
Audio production: Literaturwerkstatt Berlin 2010

RÉVOLUTION PERMANENTE DU LANGAGE POÉTIQUE D´AMOUR. AUX TROTSKISTES ÉPUISÉS

französisch

Comment, en 2007, écrire de la poésie amoureuse ?
ce temps est dense en amour.

car, tout le monde nous aime modérément.
la théorie parle de l'absence totale de mouvement.

le marché dit: si tu parles d'amour,
tu parles de dieu, ou vice-versa.

Pogačar, lui, pense : tout est dieu = dieu est rien.
un bombardier chargé de signification dangereuse.

mais quelque part, dans un coin de cet amour, quand tu
le coinces contre le mur, pousse une chose sans réserve.

une réserve où l´on prend et l´on donne. et, en elle,
la frondaison d´un baobab qui te laisse grimper au ciel.

à la fin, tu sais : la seule chose plus terrible que le fascisme,
c´est le fascisme modéré.

Traduit par Vanda Mikšić

oči, uši, ogledalo

kroatisch | Branko Čegec

četrdeset zelenih zmajeva pozdravlja moj tupi dolazak.
idem samo tako. razvijam se kao krilo peloponeskog ždrala,
duboko oko za literaturu, razlivena površina; razrok je
i ustrajan svaki zarez, patlidžan, paprika, jug, gorgonzola;
kristali radničke djece i semantike koja se ne da zaustaviti:
govorim si kao da je povijest doista jedina svenazočna
alternativa, kojom se zeleni starci zmajeva, hip-hop,
razlijevaju melankoličnom površinom nevine, blijede,
sifilitične ljubljanice, pune mora i obala, uz koje pristaju
plahi brodovi kokaina & laškog goldinga.
rijeka samo stenje, suhih usana i tromih trzaja.
gdje je uopće ta rugobna statua povijesti?
imao sam je u lijevom džepu, ali je ispala,
imao sam je u oku, u uhu, u raspaloj converse tenisici,
punoj balkanskog znoja i jeftinih europskih contra sprayeva.
gdje je, uopće, ta bijesna i anemična štikla europa?
na sjeveru, zapadu, istoku i jugu. i između.
svuda gdje sam sâm. prelamam se u ogledalima,
u višebojnoj tišini vlastita glazbenog sjećanja,
koje mi ne da progovoriti. kao svakom strancu.

1986

aus: Melankolični ljetopis
Rijeka
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

Les yeux, les oreilles, les miroirs

französisch

quarante dragons verts saluent mon arrivée obtuse.
j’avance comme ça. je me déploie comme une aile de la grue du péloponèse,
l’oeil profond pour la littérature, la surface répandue; strabiques
et persévérants sont chaque virgule, aubergine, poivron, sud, gorgonzola;
des cristaux d’enfants d’ouvriers et de sémantique que l’on ne peut arrêter:
je me dis, comme si l’histoire était véritablement la seule alternative
omniprésente, qui fait que les vieillards verts de dragons, le hip-hop,  
se répandent sur la surface mélancolique de ljubljanica innocente,
pâle, syphilitique, pleine de mers et de côtes, abordées par
des navires timides chargés de cocaïne et de bière laški golding.
le fleuve ne fait que gémir, les lèvres sèches et les sursauts gourds.
où est d’ailleurs l’horrible statue de l’histoire?
je l’avais dans ma poche gauche, mais elle en est tombée.
je l’avais dans mon oeil, dans mon oreille, dans ma chaussure de tennis converse défoncée,
pleine de sueur balkanique et d’anti-sprays européens bon marché.
où est d’ailleurs cet escarpin furieux et anémique de l’europe?
au nord, à l’ouest, à l’est, au sud, et au centre.
partout où je suis seul. je me réfracte dans les miroirs,
dans le silence bariolé de ma propre mémoire musicale,
qui ne me permet pas de parler. comme à tout étranger.

1986

Traduit du croate par Vanda Mikšić

Odlučivanje gledanjem

kroatisch | Sonja Manojlović

Ni žena, ni dijete, sretna zvijer
u plitkoj šumi, u izlogu ležim
tabanima okrećući grad
tako pođoh vidjet
čuti zrno , vapaj hrane
kao da ću lovit, stići, jesti
grizući za vrat
Ne
Ni danas, ni sutra, ni ikada

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

Décider en regardant

französisch

Ni femme, ni enfant, une bête heureuse
dans un bois peu profond, je suis couchée dans une vitrine
en tournant la ville de la plante de mes pieds
ainsi, je suis allée voir
entendre la balle, le cri de la nourriture
comme si j'allais chasser, atteindre, manger
en mordant le cou
Non
Ni aujourd'hui, ni demain, ni jamais

Traduit par Vanda Mikšić

Nenapisana autobiografija

kroatisch | Sonja Manojlović

Ponekad kažu da su ljudi
ponekad da su mačke
i ja sam na njih svikla
da mi se na pola puta nadju

Kažu da su bliski,
uštihani uz put,
i umirim se tada,
u rijetkom zraku i sama kiborg
doneseno biće

Kako se baš na pravom mjestu nađem?
Kako do tebe stižem?
Zatvorim oči, udahnem duboko

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

Une autobiographie non-écrite

französisch

Des fois ils disent être des hommes
des fois ils disent être des chats
et je me suis habituée à eux
à la possibilité de les retrouver à mi-chemin

Ils disent être proches,
plantés au bord de la route,
et je me calme alors,
dans l'air raréfié moi-même un cyborg
un être apporté

Comment se fait-il que je me trouve au bon endroit?
Comment est-ce que j'arrive jusqu'à chez toi?
Je ferme les yeux, respire profondément

Traduit par Vanda Mikšić

Dođe bilo kad

kroatisch | Sonja Manojlović

Dođe bilo kad
budim se i liježem sama
Za trpezu zasjednemo
ručava i večerava moje tijelo
Zavirimo i u spise porodične
tu su recepti za sve što se ikad
za njegova usta spravljalo štedro
Što od njega hoću?
Igraj se, dijete, nije ti stalo!
Da izmamim osmjeh?
Ni jedan jedini!
Kad prazan glas zapjeva
ako je koja zaostala riječ

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

Il vient n'importe quand

französisch

Il vient n'importe quand
je me réveille et me couche seule
On se met à table
c'est mon corps qu'il déjeune, dîne
On jette un coup d'œil dans les écrits familiaux
on y trouve des recettes de tout ce qui a jamais
été généreusement préparé pour sa bouche
Qu'est ce que je veux de lui?
Joue, enfant, tu n'y tiens pas!
Et si je sollicitais un sourire?
Pas un seul!
Au moment où une voix vide se met à chanter
si quelque parole est restée en arrière

Traduit par Vanda Mikšić

kako da te oslovim?

kroatisch | Branko Maleš

moja je žena zaspala na krevetu!
televizija se sama ugasila i postala
namještaj, ja sam udahnuo duboko i
sada ronim!
u takvoj tišini sve uspijeva!
kao munja, oslobođena iz najlonske
vrećice, mojoj je ženi sijevnula brada!
kad se okrenula, imala je bradu kao
filozofija!
koliko hegela na krevetu!
dao sam joj ruže i rekao:
kakav dan!
izbjegavali smo denuncijaruću sintaksu,
nije se, zapravo, znalo tko s kim razgovara
a tko spava!
bio je toliko učtiv da je svjetiljka pregorjela!
hoćemo li? rekao sam pokazujući mrak
svjetlo je konačno postalo tema!
nisam znao napušta li me kad je krenula,
kad je krenuo prema iscrpljenoj žarulji?
možda je već postala sveta!
možda je negdje već slave kao datum!
možda je slana ispod brade?
tko to zna, dragi?
vodoinstalateri su bistri ljudi, ali gdje
naći tako brzo jednog bistrog vodoinstalatera
u zagrebu
koji je ekonomsko, političko i kulturno središte
hrvatske?
moram odmah na mjesec! koliko smeća?!
haa! vikat ću prema zajčevoj!
moja žena sanja, a ja gledam njen san!
probudit ću je,
slika je sve lošija,
boje su dlakave!
ako se probudi, pričat ćemo o video-recorderu!
sve je tema!

© Branko Maleš
aus: Praksa laži
Rijeka: Izdavački centar Rijeka, 1986
Audio production: Udruga radio mreža, 2008

comment m’adresser à toi

französisch

ma femme s’est endormie au lit!
le téléviseur s’est éteint tout seul devenant
mobilier, moi j’ai aspiré profondément et
à présent je plonge!
dans un tel silence tout réussit!
comme un éclair, libéré du sac
en plastique, une barbe a poussé à ma femme!
quand elle a tourné la tête, elle avait la barbe comme
la philosophie!
combien de hegels au lit!
je lui ai offert des roses en lui disant:
quelle journée!
on a évité la syntaxe qui dénonce,
on ne savait pas réellement qui parlait à qui
et qui dormait!
j’étais poli à tel point que l´ampoule
a grillé!
on y va? Ai-je dit en désignant les ténébres
la lumière est finalement devenue un sujet!
je ne savais pas si elle me quittait quand elle était partie,
quand il était parti vers l'ampoule épuisée?
il se peut que déjà elle soit devenue sainte!
il se peut que quelque part on la fête déjà comme une date!
il se peut que qu'au-dessous de sa barbe elle soit salée?
qui le sait, mon cher?
les plombiers sont des gens malins, mais où
trouver aussi rapidment un plombier malin
à zagreb
qui est le centre économique, politique et culturel
de croatie?
je dois tout de suite partir à la lune! combien de déchets?!
haa ! je vais crier vers la rue zajčeva *!
ma femme fait des rêves, et moi, je les observe!
je la révellerai,
l'image est toujours pire,
les couleurs son poilues!
si elle se réveille, on parlera des magnétoscopes!
tout est un sujet!


* Une rue de Zagreb. (NdT)

Traduit par Vanda Mikšić

boja bure, zanos kose

kroatisch | Branko Čegec

morris bi sprayem slikao piramide:
skinuo bi majicu, stavio masku i
raspalio bojom po nazubljenu kartonu:
uokolo se skupljala rulja i skandirala.
onda bi došli gutači vatre, bubnjari i nemirne djevojčice,
u predvečerje, kada se stuštila bura s druge strane zaljeva,
i kada su suncobrani poletjeli u nebo
zajedno s betonskim držačima i gostima na terasi:

yves i dabo sjedili su nasuprot,
kao i prethodne večeri:
onda se tanja premjestila jer nije mogla zauzdati kosu.
tako je zajebala moju, koja je drsko ulijetala u usta,
u pivsku pjenu,  koja je presijecala pogled prema rijetkim,
drhtavim šetaćicama na korzu

morris bi i dalje sprayem slikao piramide,
vjetar bi raznosio raznobojnu maglicu u lica promatrača
s prisilno usidrena broda,
jedan je gost na terasi preko puta naručio
ožujsko i četiri apaurina
jedna se žarulja naprasno ugasila.
tanja je rekla:  to sam bila ja;
uspijem svaki put kada to stvarno poželim.

2001-08-12

aus: Tamno mjesto
Audio production: Tomislav Krevzelj, Udruga radio mreza 2011

Couleur de la bora, exaltation des cheveux

französisch

morris peignait des pyramides à la bombe :
il enlevait son t-shirt, enfilait son masque et
projetait de la couleur sur le carton denté :
autour de lui la foule se rassemblait et acclamait.
puis arrivaient des cracheurs de feu, des batteurs et des fillettes agitées,
au crépuscule, quand la bora se précipita de l’autre côté de la baie,
et que des parasols s’envolèrent au ciel
avec leurs socles en béton et des clients de la terrasse :

yves et dabo étaient assis en face,
comme le soir précédent :
puis tanja se déplaça, ne pouvant plus retenir ses cheveux.
c’est ainsi qu’elle niqua les miens, qui se mirent à pénétrer avec insolence ma bouche,
l’écume de ma bière, à entrecouper ma vue sur de rares
promeneuses frémissantes sur le cours

morris continuait à peindre des pyramides à la bombe,
le vent dispersait la brume bariolée sur les visages observant
depuis leur bateau cloué à quai,
un client à la terrasse d’en face commanda
une stella et quatre calmants
une ampoule s’éteignit subitement.
tanja dit: c’était moi ;
j’y arrive à chaque fois que j’en ai vraiment envie.

Traduit du croate par Vanda Mikšić

Pa, što, ako nevješto živim

kroatisch | Sonja Manojlović

Pa, što, ako nevješto živim
Ako bauljam
na hiljadu očiju razmrcvarena
Gotovo pobijene, do kasno razvrstavam sićane slavuje
Otvaram i otvaram u njima ekrane daljine
Što, ako hoću disati, jesti
gdje ima hranjive juhe od zraka i knjiga
za koje ću zasjesti
bradu naslonit na dlan
dok ruka ne usahne
i kapci ne pripotvrde
Pa, što, ako od vas uzmem samo knjige
usta za naš poljubac

© Sonja Manojlović
aus: Upoznaj Lilit – izabrane pjesme
Zagreb: Konzor, 2002
Audio production: Udruga radio mreža 2008

Je vis sans habileté, et alors?

französisch

Je vis sans habileté, et alors?
Je titube
déchirée en mille yeux
Jusqu'à tard je classe des rossignols menus, presque tués
Je n'arrête pas d'ouvrir en eux des écrans de la distance
Je veux respirer, manger, et alors?
Là où il y a de la soupe nourrissante à l'air et aux livres
près desquels je m'assoirai et resterai assise
le menton dans la paume
jusqu'à ce que mon bras sèche
et que mes paupières confirment
Je ne vous prendrai que des livres, et alors?
- la bouche pour notre baiser

Traduit par Vanda Mikšić