Matias Tugores Carati 
Übersetzer:in

auf Lyrikline: 2 Gedichte übersetzt

aus: katalanisch nach: französisch

Original

Übersetzung

Solstici

katalanisch | Antoni Vidal Ferrando

Les paraules són cérvoles que fugen de la mort
Tenen fred i se'n duen la tarda dins els ulls
Se'n duen instants liles com la mar de Menorca
Mai no he tornat d’aquells horitzons que eren música
Ardents sacerdotesses hi ballaven descalces
Embriagues d'aromes de roser imperial
Des d'un vaixell corsari pensaria els seus besos
Pensaria un rivet de notes d'oboè
A més de laberints les paraules són cérvoles
Beuen aigua dins l'últim batec de la tardor
Esdevenen deesses amb flors a la cintura
Volen créixer com taques de rovell i desfici
Mentre passa el perfil malva-rosa del vent
Passen contrabandistes pels sorrals de l'absència
Som l'amo de la seva tristesa i d'un vell gos
Tot allò que m'espera no té nom a cap mapa

© Antoni Vidal Ferrando
aus: Cap de cantó
Proa, 2004
Audio production: Institut Ramon Llull

Solstice

französisch

Les mots ressemblent à des cerfs qui s'en vont de la mort
Ils ont froid et ils emportent la tombée du jour de leurs yeux
Ils emportent des moments lilas comme la mer de Minorque
Je ne suis jamais retourné de ces horizons où dans lesquels
D'ardentes prêtresses y dansaient pieds nus
Enivrées d'un arôme d'un rosier impérial
D'un bateau pirate je pensais à leurs baisers
Je songeais à un liseré de notes d'un hautbois
En plus de labyrinthes les mots sont des cerfs
Ils boivent de l'eau dans le dernier battement de l'automne
Ils se transforment en déesses aux fleurs à la ceinture
Ils veulent grandir comme des tâches de rouille et de soucis
Pendant que passe le vent au profil couleur des géraniums rosés
On voit des contrebandiers dans les bancs de sable de l'absence
Je suis le maître de sa tristesse et d'un vieux chien
Tout cela qui m'attend n’à son nom dans aucune carte.

Traduit par Matias Tugores Carati

Estornells

katalanisch | Antoni Vidal Ferrando

La tarda s'enamora d'aquell lloc. Parl d'un pati
amb gàbies d'ocell i dibuixos amb guix,
que eren de sols i grans navilis a la vela.
Com una oració, els diumenges, amb suc
de llimona, la mare m'enllustrava els cabells.
Jo duia dins la boca mil estrelles de mar.
Pels carrers veien créixer l'abril sense geranis.
Quan ploraven els gossos enyoràvem els morts.
Les penes de l'infern formen part del paisatge
i de la dialèctica més pura d'aquells dies.
Encara, en evocar-los, el novembre convoca
un neguit de filferros i d'ornaments litúrgics.
Diluvia a les pletes dels nostres paradisos.
Els esbarts d’estornells em recorden els cels
al•legòrics del Bosch i el tema literari
de la caducitat de la vida i dels somnis.
Em recorden les trenes llargues del primer amor,
les roses que es podrien a tombes dels vençuts
i la meva infantesa d’arlequins i metralla.

© Antoni Vidal Ferrando
aus: Cap de cantó
Proa, 2004
Audio production: Institut Ramon Llull

Étourneaux

französisch

L'après-midi tombe amoureuse de cet endroit. Je pense à une cour
avec des cages d'oiseaux et des dessins à la craie,
qui étaient des soleils et des grands bateaux à voile.
Comme une prière, les dimanches, avec du jus
de citron, ma mère me faisait briller les cheveux.
J'avais dans la bouche mille étoiles de mer.
Dans les rues on voyait grandir l'avril sans géraniums.
Quand les chiens pleuraient, on languissait les morts.
Les peines de l’enfer forment part du paysage
et de la plus pure des dialectiques de ces jours.
Encore aujourd'hui, en les évoquant, novembre convoque
une inquiétude de barbelés et d'ornements liturgiques.
Il pleut à seaux dans les pares de nos paradis.
Les bandes d'étourneaux me rappellent les cieux
allégoriques de Bosch et le thème littéraire
de l'expiration de la vie et des rêves.
Elles me rappellent les longues tresses du premier amour,
les roses qui se pourrissaient sur les tombes des vaincus
et mon enfance d'arlequins et de mitraille.

Traduit par Matias Tugores Carati