Annie Bats 
Translator

on Lyrikline: 18 poems translated

from: الكاتالوينية to: الفرنسية

Original

Translation

Perquè avui feia el seu ple

الكاتالوينية | Maria-Mercè Marçal

Perquè avui feia el seu ple
la lluna se’ns posa a taula.
Quin pany de cel de quadrets
de cuina les estovalles!
En acabat de sopar
l’amor ens tira les cartes.
Al primer tomb de la sort
la color se’ns transmudava.
Al segon, els gots de vi
tacaren les estovalles.
Al tercer se’ns va trencar
la lluna de porcelana.

© Fundació Maria Mercè Marçal
from: Bruixa de dol
San Boi de Llobregat: Llibres del Mall, 1979
Audio production: Fundació Maria-Mercè Marçal

Cette nuit la lune est pleine

الفرنسية

Cette nuit la lune est pleine,
elle s’invite à notre table.
Quel pan de ciel à carreaux
de cuisine, notre nappe!
Après la fin du repas,
l’amour nous tire les cartes.
Au premier pli de la chance,
nous étions devenus pâles.
Au second, les verres de vin
tachèrent le tapis de table.
Au troisième se brisa
notre lune en porcelaine.

Translated by Annie Bats

La nit em clava

الكاتالوينية | Maria-Mercè Marçal

La nit em clava
el seu ullal
i el coll em sagna.

Sota les pedres
l’escorpit
balla que balla.

La pluja, lenta,
fa camí
fins a la cambra.

L’escala fosca
del desig
no té barana.

© Fundació Maria Mercè Marçal
from: Bruixa de dol
San Boi de Llobregat: Llibres del Mall, 1979
Audio production: Fundació Maria-Mercè Marçal

La nuit me mord

الفرنسية

La nuit me mord
de son croc
et mon cou saigne.

Dessous les pierres,
le scorpion
danse et redanse.

Lente, la pluie,
s’achemine
jusqu’à la chambre.

L’escalier sombre
du désir
n’a pas de rampe.

Translated by Annie Bats

Pujaré la tristesa dalt les golfes

الكاتالوينية | Maria-Mercè Marçal

Pujaré la tristesa dalt les golfes
amb la nina sense ulls i el paraigua trencat,
el cartipàs vençut, la tarlatana velIa.
I baixaré les graus amb vestit d'alegria
que hauran teixit aranyes sense seny.

Hi haurà amor engrunat al fons de les butxaques.

© Fundació Maria Mercè Marçal
from: Bruixa de dol
San Boi de Llobregat: Llibres del Mall, 1979
Audio production: Fundació Maria-Mercè Marçal

Je monterai la tristesse au grenier

الفرنسية

Je monterai la tristesse au grenier
avec le parapluie cassé, la poupée borgne,
le cahier périmé, la vieille tarlatane.
Je descenderai les marches dans la robe de joie
qu’aurant tissée des araignées toquées.

Il y aura de l’amour émietté au fond des poches.

Translated by Annie Bats

La poesia

الكاتالوينية | Antònia Vicens

plana sobre
la vida fulgors d’altres mons
t’esclata als ulls també
estrelles
d’aigua eixugades a la cala
de la infantesa quan
retuts tornen
els àngels ja sense
sal sense ales i tu
intentes agafar-ne les ombres
penjalls als fils
d’estendre les paraules l’hora
que més voldries
revocar els morts que
et pugen per
les cames
baldament omplis
la nit
de colomes blanques tot
esperant
una espurna de foc
que t’encengui el poema.

© Antònia Vicens
Audio production: Catalunya Ràdio

La poésie

الفرنسية

elle plane sur
la vie clartés d’autres mondes
elle t’éclate aux yeux aussi
étoiles
d’eau séchées dans la crique
de l’enfance quand
fourbus reviennent
les anges sans
sel sans ailes et que tu
cherches à en attraper les ombres
lambeaux sur les fils
à étendre
les mots l’heure
que tu aimerais le plus
révoquer les morts qui
te grimpent
sur les jambes
bien que tu remplisses
la nuit
de colombes blanches en
attendant
une étincelle de feu
qui embrase ton poème.

Traduit par Annie Bats
ILC, Dia mundial de la poesia 2017.

Inundació

الكاتالوينية | Anna Gual

I si no la veig? I si m’enfonso
abans que la vegi?
Què faig, eh, què faig? Obro els ulls
i que m’entri l’aigua pels forats?

Jo m’enfonso i no la veig.
Et ben juro que no la veig.

I això s’inunda, això va
cap avall com una mala cosa
i no la veig,
em pots ben creure que no la veig.

Moc els braços
però l’aigua m’absorbeix
i no la veig
i no la veig
i no la veig i m’absorbeix.

I digue’m,
què he de fer si no m’espera
i decideix no aparèixer
i decideix aparèixer quan jo ja no la veig?

I és que això és el que passa
i és que no hi és
o no la veig i sí que hi és i molt m’enganya.

Obro la boca i que m’entri l’aigua
i si hi és
i és que no la veig
que vingui a treure’m
del mar negre,
que vingui a obrir-me
les costelles,
que em xucli l’aigua
dels pulmons.

Si hi és a temps, si apareix.

from: Implosions
LaBreu Edicions, 2008
Audio production: Radio Vilafranca

Inondation

الفرنسية

Et si je ne la vois pas? Et si je sombre
avant de la voir ?


Qu’est-ce que je fais, hein ? J’ouvre les yeux
et je laisse l’eau m’entrer par les trous?


Je sombre et je ne la vois pas.
Je te jure que je ne la vois pas.


Et ça s’inonde, et ça roule
vers le bas c’est fou
et je la vois pas,
tu peux me croire, je ne la vois pas.


Je remue les bras
mais l’eau m’avale
et je ne la vois pas
et je ne la vois pas
et je ne la vois pas et elle m’avale.


Et dis-moi,
que dois-je faire si elle ne m’attend pas
qu’elle décide de ne pas apparaître
qu’elle décide d’apparaître quand je ne la vois pas?


C’est ça, c’est ce qui se passe,
c’est ça, elle n’est pas là
ou alors je ne la vois pas, elle est là, elle me berne.


J’ouvre la bouche pour que l’eau entre en moi
et si elle est là
si c’est moi qui ne la vois pas
qu’elle vienne me tirer
de la mer noire,
qu’elle vienne m’ouvrir les côtes,
qu’elle aspire
l’eau de mes poumons.


Si elle arrive à temps, si elle apparaît.

Traduit par Annie Bats

Vers del no dir re

الكاتالوينية | Dolors Miquel

Ben bé no sé pas poc què dir
i poso punt on hi va pont,
perquè no tinc pas res a dir
que tinc un tap enmig del front
i faig el vers per no dormir
que el vers s’assembla a la son.

Tinc tanta son que trobo el tinc
dur i molt fer i hi vaig clapant
cap al camí del sense cinc
que fou trobat tot badallant.
Caigué del seny com qui fa clinc
i busco el clinc amb mà i amb guant.

I trobo un clanc, un clonc i un clunc
i en vers envers qui no se sap
amb mots ben tots de res ben func
i on-als hi vaig-vaig-vaig de cap.
Com caic de cul sobre el rim punk
no sé si dormo o menjo rap.

Un rap de peix que put a mar,
vora un amar que put a peix
i ara ho rimaré tot amb far
que la erra sona amb llum i es creix
al cap que rar i car com bar
no se sap que el dos a l’u és greix.

Ben bé no sé pas què he dit
i si ho sabés “passo” diria.

© Dolors Miquel
from: Aioç
Audio production: Catalunya Ràdio

Vers du ne-rien-dire

الفرنسية

Je n’sais pas trop pas bien quoi dire,
je mets un point où il faut un pont,
car je n’ai rien mais rien à dire
dans mon crâne y a un gros bouchon,
je fais le vers pour n’pas dormir,
c’est comme le sommeil, la chanson.

Pour qui sont ces sommeils qui sifflent
dans ma tête, en ronflant je vais
vers le chemin du sans-radis
qu’on a trouvé la bouche bée
tombé sur la tête en un clic
je cherch’ le clic de mes doigts d’fée.

Et j’trouve un clac, un cloc et un clunc
et en vers envers qui je n’ sais pas
avec des p’tits mots d’ rien très funks
où j’vais vais vais la tête dans l’ tas.
j’tombe sur le cul pour la rim’ punk,
est-ce que j’dors ou j’mange du rap?

Un rap de lotte qui sent la mer
au bord d’un mec qui sent la lotte
là j’vais tout rimer en amer
le R ça vibre et ça brille fort
dans l’air, et cher et fier comme bière
n’savent pas qu’ le deux est à la flotte.

Je n’sais pas trop ce qu’il faut dire,
Si je’ l savais, « m’en fous », j’dirais.

Traduit par Annie Bats.

Plany de la mare

الكاتالوينية | Dolors Miquel

Vai parir un imbècil, un ingenu.
Jo el vai fer a les meues entranyes.
El vai parir en un món d’escurçons,
en un món de rates empestades i pudents.
Si pogués me’l tornaria a ficar dins,
l’empenyaria com un tampó cap a les entranyes,
com un farcit de carn cap a dins del pollastre.
Vai parir-lo, sí, però:
He de veure patir així aquest innocent?
He de veure com és maltractat pels porcs?
He de sentir com li diuen boig, els necis?
He de topar amb la rialleta nauseabunda
dels anormals que el jutgen?
Aquest idiota que va amb el cor a la mà
en un món ple de feres
és el meu fill. Sí, el meu fill.
Ah, la dona estèril, la que mai ha parit,
la que mai ha vist sortir un monstruós àngel
de les seves carns i venes!
La que mai sentirà el dolor de veure l’altre
regnant i aixafant el fill de la humanitat!!!
Demano que Ella em comprengui. Ell és un imbècil,
un ingenu, una bona persona, gairebé un orat.
Jo sóc la seva mare, si algú en té la culpa…
Carn meva… quina revolta no m’has fet…

© Dolors Miquel
from: Missa pagesa
Audio production: Catalunya Ràdio

Plainte de la Mère

الفرنسية

J’ai mis au monde un imbécile, un ingénu.
Je l’ai fait, moi, dans mes entrailles.
Le monde où je l’ai mis est un nid de vipères,
un monde de rats empestés et puants.
Si je pouvais, je le remettrais dedans,
je le pousserais comme un tampon dans mes entrailles
comme une farce de chair dans un poulet.
Oui, je l’ai mis au monde, mais :
Dois-je voir souffrir ainsi cet innocent ?
Dois-je le voir maltraiter par les salauds ?
Dois-je entendre les crétins le traiter de fou ?
Dois-je supporter le petit rire nauséabond
des anormaux qui le jugent ?
Cet idiot qui a le cœur sur la main
dans un monde de bêtes féroces
c’est mon fils. Oui, mon fils.
Ah, la femme stérile, celle qui n’a jamais accouché,
celle qui n’a jamais vu sortir un ange monstrueux
de ses chairs et de ses veines !
Celle qui n’aura jamais la douleur de voir l’autre
dominant et écrasant le fils de l’humanité !!!
Je demande à ce qu’Elle me comprenne. C’est un imbécile,
un ingénu, un très gentil, presque un toqué.
C’est moi sa mère, si quelqu’un est coupable…
Ma chair… quelle émeute as-tu fais en moi ?

Traduit par Annie Bats.

Que sempre fos setembre

الكاتالوينية | Jaume Subirana

Que sempre fos setembre, que l'hivern
ens esperés en va.
Que cada aiguat,
que tot el fred, que tanta absurda pressa,
que tot el que s'acosta, trist octubre,
fos cada cop com la sorpresa amable
de la primera pluja,
de la primera cita,
del retrobat jersei.

© Jaume Subirana
from: Pel viure extrem
Proa, 1985
Audio production: Institut Ramon Llull

Si c'était toujours septembre

الفرنسية

Si c’était toujours septembre, si l’hiver
nous attendait en vain.
Si chaque averse,
si tout le froid, si tant d’absurde hâte,
si tout ce qui s’approche, triste octobre,
était chaque fois l’aimable surprise
de la première pluie,
du premier rendez-vous,
du tricot retrouvé.

Traduction de Annie Bats

Restes

الكاتالوينية | Jaume Subirana

Ho escolto en l’abraçada.
Potser encara no ho sap. Hi ha els ulls, però,
hi ha els ulls, tan vora els meus que se m’escapen,
i l’altra mà, la del consentiment,
que juga sorda, lluny, desemparada.
És com si m’ho digués, mentre ens besem,
com si amb els llavis m’avancés la brama
dels cent petits sorolls del comiat:
la porta, el cop, les passes per la grava,
l'udol trencat del gos, germans tots dos
abandonats com quan l’estiu s’acaba.
Se’n va, se n’anirà. M’endinso a cegues
en el mal temps del cos que n’ha quedat.

© Jaume Subirana
from: Final de festa
Proa, 1989
Audio production: Institut Ramon Llull

Restes

الفرنسية

J’entends ça dans l’étreinte.
Elle l’ignore encore peut-être. Pourtant
il y a les yeux, il y a les yeux
si proches des miens qu’ils m’échappent, il y a
l’autre main, la main du consentement,
qui joue sourde, à l’écart, désemparée.

Elle semble me le dire dans nos baisers
comme si ses lèvres annonçaient la rumeur
des cent petits bruits de l’adieu: le coup,
et la porte, et les pas dans le gravier,
le hurlement cassé du chien, mon frère
abandonné comme à l’été fini.

Elle part, elle partira. Je plonge aveugle
dans le sale temps du corps qui reste d’elle.

Traduction de Annie Bats

La poesia

الكاتالوينية | Josep Piera

No són veus celestials, que de lluny
endins ens parlen. Són veus estimades.
Veus de dins, veus distants, veus que diuen
un camí que ningú no sap on va.

Hi ha veus que són fanals en un carreró fosc;
com n’hi ha que són remors de llunyanies.
Hi ha veus que ens han fet ser de mots.
Veus callades, veus absents, veus silencis...

La poesia són veus convertides en sons
que diuen d’on venim, on anem, i qui som.

© Edicions 62
from: En el nom de la mar
Barcelona: Edicions 62, 1999
Audio production: Institut Ramon Llull

LA POÉSIE

الفرنسية


Ce ne sont pas des voix célestes, qui de loin
au dedans nous parlent. Ce sont de voix aimées.
Voix du dedans, voix distantes, voix qui disent
un chemin dont personne ne sait où il va.

Il y a des voix qui sont des feux dans une rue obscure;
comme d’autres sont des rumeurs de lointains.
Il y a des voix qui nous ont fait être de mots.
Des voix muettes, des voix absentes, des voix silences...

La poésie ce sont des voix devenues sons
qui disent d’où l’on vient, où l’on va, qui l’on est.

Traduit par Annie Bats

POESIA: UNA VISIÓ PERSONAL

الكاتالوينية | Marta Pessarrodona

Tal com va dir el prevere de les Mallorques:
guaita l’horitzó de les coses futures.
Enllà de l’Atlàntida, una poeta va predicar
que també pel passat pot fer-hi via.

Sabem que tot s’hi val si res no és mentida.
En el principi és la paraula i molt mimada.

Un súbdit britànic ens va ensenyar
que podíem envellir als trenta anys:
la reina d’ulls metamorfosats en perles,
en un  mes de risc i crueltats variades.

A casa, un dandi ens escrivia l’epitafi:
el fred era ben a prop i un polsim de melanconia.

L’àngel, el del sant poeta, el de la creu,
per sort, ens va assenyalar ja de petites.
Després, l’hem hagut de venerar, cercar,
per a cadascuna de les seves visites.

Ningú no ens va prevenir de l’alt risc que corríem.
Ningú no ens va avisar que tot i tot canviaria.

És sempre  la passió. A la prosa,
encara que florida, hi va l’amor.
És el cim de la piràmide literària i,
envejosos, la vesteixen de parenta captiva.

Llir entre cards de la nostra tradició, del nostre cavaller.
Rosa amb espines que fan brollar, amb sort, sang divina.

© Marta Pessarrodona
Audio production: institut ramon llull

POESIE: UNE VISION PERSONNELLE

الفرنسية

Comme disait le prêtre des Majorques :
elle guette l’horizon des choses à venir.
Par-delà l’Atlantide, une poète prêchait
qu’elle peut aussi transiter par le passé


On sait que tout y est permis si rien ne ment
Au commencement est le verbe et bien choyé.

Un sujet britannique nous a appris
qu’on pouvait vieillir à trente ans:
la reine aux yeux changés en perles
au mois du risque et de quelques cruautés.

Chez nous, un dandy écrivait l’epitaphe:
le froid était tout pres et une poussiere de melancolie.

L’ange, celui du saint poète, de la croix,
Heureusement, nous a désignées des l’enfance
Plus tard, nous avons dû le venerer, le chercher,
à chacune de ses visites.

Personne ne nous a dit que nous étions en grand danger
Personne ne nous a dit que tout, tout allait changer.

Elle est toujours passion. Pour la prose,
même fleurie, c’est l’amour qui convient.
Elle est en haut de la pyramide littéraire, et
les envieux l’habillent en parente captive.

Lys entre chardon de notre tradition, de notre chevalier.
Rose aux épines qui font jaillir, par chance, le sang divin.

Translated into French by Annie Bats

Transmigració

الكاتالوينية | Jaume Subirana

És de nit i m’hi veig
i els cotxes duen llums que ja no necessito.
Als arbres un mostrari de cent verds,
un munt de formes mudes
que miro d’abraçar amb les mans:
ploc amb els dits a cada fulla,
serpejo a les capçades,
nodreixo les arrels.
Les veus hi són, és cert, i me’n recordo
d’un temps que vaig tenir-hi
alguna cosa a veure.
Ara voldria escriure i sóc tan sols
un lleu soroll als arbres.

© Jaume Subirana
from: En altres coses
Edicions 62, 2002
Audio production: Institut Ramon Llull

Transmigration

الفرنسية

C’est la nuit et j’y vois,
sur les autos des phares dont je n’ai plus besoin.
Aux arbres, des échantillons de cent verts,
un tas muet de formes
qui ne tiennent pas dans mes mains.
Je pleut avec les doigts sur chaque feuille,
je serpente dans les branchages.
Les voix sont là, c’est vrai, je me souviens
qu’un jour j’eus quelque chose
à voir avec cela.
Je voudrais écrire et ne suis
que bruit dans les arbres.

Traduit par Annie Bats

Senyal de trànsit

الكاتالوينية | Jaume Subirana

Evoco la teva memòria
per unes marques de vi sec
damunt del marbre de la cuina.
Hi passo el dit. No sé qui fa
de marbre, avui, ni qui de lila
cercle concèntric assecat
i repetit. Ja no existeixen
el vi i l’ampolla, però tu
i jo tornem a donar voltes
sense destí dins del meu dit
com en un cotxe sense portes,
com en un xoc sense final.

© Jaume Subirana
from: En altres coses
Edicions 62, 2002
Audio production: Institut Ramon Llull

Attention Danger

الفرنسية

J’évoque ta mémoire
par des empreintes de vin sec
sur le marbre de la cuisine.
J’y passe le doigt. Je ne sais
qui est le marbre, qui le cercle
violet concentrique séché,
répété. Le vin, la bouteille
n’existent plus, mais toi et moi
de nouveau nous tournons en rond
sans issue à travers mon doigt
comme dans une auto sans portes,
comme dans un choc incessant.

Traduit par Annie Bats

Per immersió

الكاتالوينية | Jaume Subirana

He ficat les dues mans
a la peixera dels dies
i l’aigua se m’esmunyia
com si fos un animal,
com el vi si l’aigualia,
com la llengua de l’amant,
com el nus que ningú tiba
i la lletra d’aquell salm,
com el nom que se m’oblida,
com els jocs al pis de dalt,
com un record quan el colles.
A la peixera dels dies
he ficat dues mans buides,
i n’he tret dues mans molles.

© Jaume Subirana
from: La Traductière
Audio production: Institut Ramon Llull

Par immersion

الفرنسية

J'ai plongé mes deux mains
dans l'aquarium des jours,
l'eau me filait des doigts
tel un animal vif,
tel le vin qu'on mélange,
et la langue de l'amant,
le nœud qu'on ne serre pas,
tels les mots de ce psaume,
et le nom qui m'échappe,
tels les jeux à l'étage,
le souvenir qu'on traque.
Dans l'aquarium des jours
j'ai plongé deux mains vides,
sorti deux mains mouillées.

Traduit par Annie Bats

Patrimoni

الكاتالوينية | Jaume Subirana

El verd del vent entre les fulles,
l'ombra de l'hora a la paret,
un gest que fa mentre es despulla
i l'aire que ens envolta, net
de paraules com una treva:
el món és ple de coses meves.

© Jaume Subirana
from: El rastre de l’animal més lliure
Proa, 1994
Audio production: Institut Ramon Llull

Patrimoine

الفرنسية

Le vert du vent parmi les feuilles,
l’ombre de l’heure sur le mur,
un geste quand elle se dénude
et l’air qui nous entoure, vierge
de paroles comme une trêve:
le monde est plein de choses à moi.

Traduit par Annie Bats

Germà gos

الكاتالوينية | Jaume Subirana

Si la mort si la malaltia
de l’altre són també la nostra
pròpia mort i malaltia
aquest cop sec aquest udol
tallant del gos atropellat
la sang de les potes inertes
el gest tibant el cap els ulls
envidreïts de nina vella
em diuen què de quina
meva sort?

© Jaume Subirana
from: En altres coses
Edicions 62, 2002
Audio production: Institut Ramon Llull

Frère chien

الفرنسية

Si la mort si la maladie
de l’autre sont aussi la nôtre
sont notre mort et maladie
ce coup brusque ce hurlement
incisif du chien écrasé
le sang de ses pattes inertes
le geste rigide la tête
les yeux creux de vieille poupée,
que me disent-ils de quel
destin pour moi?

Traduit par Annie Bats

Bol

الكاتالوينية | Jaume Subirana

Buit, que l'hivern és cru,
busca en l'espera
grans de raïm, la llum
de les cireres.
Ara mateix l'olor
del fons és freda,
talment un cor amb por.
Però batega.

© Jaume Subirana
from: El rastre de l’animal més lliure
Proa, 1994
Audio production: Institut Ramon Llull

Panier

الفرنسية

Vide, l’hiver est rude,
il se rappelle
le raisin, la lumière
des cerisiers.
À l’instant la senteur
du fond est froide,
comme un cœur qui a peur,
et pourtant bat.

Traduit par Annie Bats

A la poesia

الكاتالوينية | Ponç Pons

Des d’una illa de mots,
entre ullastres i llibres,
mentre sent escoltant
la bellesa del vent
que escriure és respirar,
comprendre, fer l’amor
i l’art ens humanitza,
t’ho diré passional:
t’estim i sense tu
res tindria emoció
ni seria tan cert
açò que en diuen viure.

Amb les llengües del cor
i tinta com el mar
generós de les illes,
sembram versos per fer
florir lliures i oberts
al sagrat cos del món
sentit i veritat.

Més que d’on hem nascut
som del lloc que estimam
i lectors agraïts
que tenim el que dam
feim diversos un sol
gran poema on no hi ha
més pàtria que la vida.

© Dia mundial de la poesia
Barcelona: Dia mundial de la poesia, 2009
Audio production: Institut Ramon Llull

à la poésie

الفرنسية

Dans une île de mots,
entre oliviers et livres,
je sens à écouter
la beauté du grand vent
qu’écrire est respirer,
penser, faire l’amour,
que l’art nous humanise ;
je le dis passionnel :
je t’aime et sans toi rien
n’aurait plus de saveur,
je ne serais plus sûr
de ce que c’est que vivre.
Par les langues du coeur,
l’encre comme la mer
généreuse des îles,
on sème des vers pour
faire fleurir ouverts
au corps sacré du monde
le sens, la vérité.
On n’est pas d’où l’on vient,
on est du lieu qu’on aime,
lecteurs reconnaissants
qui ont cela qu’ils donnent
et divers font un seul
grand poème où il n’est
de patrie que la vie.

traduit par Annie Bats